Aller au contenu principal

Juridique
La pluriactivité possible en Gaec

Le cadre est contraint, mais un associé installé en Gaec peut être double actif. Précisions.

Depuis 2011, les règles se sont assouplies et rendent possible la double activité en Gaec.
© Pixabay

En Gaec, les associés ont la stricte obligation de se consacrer aux travaux de la société. Pourtant, depuis 2011, « le Gaec s’est vu attribuer des règles plus souples pour la gestion de la pluriactivité de ses membres », rappelle Céline Dubreuil-Boullier, juriste, sur le site internet de la chambre d’agriculture du Calvados. Elle explique qu’une seconde activité est autorisée, mais elle « est soumise à une décision collective du Gaec à l’unanimité ». Une fois validée en interne, cette décision requiert une autorisation par la commission départementale d’orientation de l’agriculture validée par le préfet. Mais ce dernier ne pourra autoriser la seconde activité que si elle est « accessoire ». C’est-à-dire dans une limite de 536 heures annuelles ou qu’elle est « exercée dans une structure de commercialisation et/ou de transformation des produits du Gaec, structure créée par tous les associés du Gaec et majoritairement détenue par des chefs d’exploitation à titre principal », précise la juriste.

Les multiples avantages de la fiscalité agricole

« Les revenus d’un exploitant individuel appartiennent à la catégorie des bénéfices agricoles (BA) et sont soumis à l’impôt sur le revenu, rappelle Marie Kientzler, conseillère installation pour la chambre d’agriculture du Cher. C’est un statut fiscal plus avantageux qu’aux régimes des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou des bénéfices non commerciaux (BNC) qui dépendent de l’impôt sur les sociétés. » Parmi les avantages du BA, le régime d’imposition au réel permet d’absorber le déficit par les autres revenus. Et s’il n’est pas entièrement absorbé, il peut être reporté sur les revenus des six années suivantes. De plus, l’exploitant adhérant à un centre de gestion agréé bénéficie d’une non-majoration du revenu imposable, d’une déduction des salaires du conjoint et d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 915 euros par an pour les exploitants au bénéfice réel simplifié sur option. D’après la MSA (1), la plupart des céréaliers dépendent du régime réel simplifié, réalisant entre 82 200 et 350 000 euros de chiffre d’affaires sur trois ans consécutifs.

(1) Mutuelle sociale agricole.

Les plus lus

Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
 © Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Sur céréales, l'intensité des dégâts est lié à l’espèce, au stade et à l’exposition. © C. Baudart
Gel : des pertes autour de 10 % en colza et betterave
Les dégâts liés à l’épisode de gel qui a frappé les campagnes françaises à partir du 12 avril commencent à être chiffrés en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures