Aller au contenu principal
Font Size

Juridique
La pluriactivité possible en Gaec

Le cadre est contraint, mais un associé installé en Gaec peut être double actif. Précisions.

Depuis 2011, les règles se sont assouplies et rendent possible la double activité en Gaec.
© Pixabay

En Gaec, les associés ont la stricte obligation de se consacrer aux travaux de la société. Pourtant, depuis 2011, « le Gaec s’est vu attribuer des règles plus souples pour la gestion de la pluriactivité de ses membres », rappelle Céline Dubreuil-Boullier, juriste, sur le site internet de la chambre d’agriculture du Calvados. Elle explique qu’une seconde activité est autorisée, mais elle « est soumise à une décision collective du Gaec à l’unanimité ». Une fois validée en interne, cette décision requiert une autorisation par la commission départementale d’orientation de l’agriculture validée par le préfet. Mais ce dernier ne pourra autoriser la seconde activité que si elle est « accessoire ». C’est-à-dire dans une limite de 536 heures annuelles ou qu’elle est « exercée dans une structure de commercialisation et/ou de transformation des produits du Gaec, structure créée par tous les associés du Gaec et majoritairement détenue par des chefs d’exploitation à titre principal », précise la juriste.

Les multiples avantages de la fiscalité agricole

« Les revenus d’un exploitant individuel appartiennent à la catégorie des bénéfices agricoles (BA) et sont soumis à l’impôt sur le revenu, rappelle Marie Kientzler, conseillère installation pour la chambre d’agriculture du Cher. C’est un statut fiscal plus avantageux qu’aux régimes des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou des bénéfices non commerciaux (BNC) qui dépendent de l’impôt sur les sociétés. » Parmi les avantages du BA, le régime d’imposition au réel permet d’absorber le déficit par les autres revenus. Et s’il n’est pas entièrement absorbé, il peut être reporté sur les revenus des six années suivantes. De plus, l’exploitant adhérant à un centre de gestion agréé bénéficie d’une non-majoration du revenu imposable, d’une déduction des salaires du conjoint et d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 915 euros par an pour les exploitants au bénéfice réel simplifié sur option. D’après la MSA (1), la plupart des céréaliers dépendent du régime réel simplifié, réalisant entre 82 200 et 350 000 euros de chiffre d’affaires sur trois ans consécutifs.

(1) Mutuelle sociale agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte 2020 : le spectre de 2016 plane au-dessus des blés français
Surfaces de céréales d’hiver très basses, nombre d’épis réduit par l’excès de pluies automnales puis par la sécheresse…
Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Une fertilisation au semis ne compense jamais une mauvaise levée. © J.-C. Gutner
Colza : fertiliser au semis avec discernement
Pour favoriser la croissance à l’automne et limiter la nuisibilité des attaques d’insectes aux stades jeunes du colza, fertiliser…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures