Aller au contenu principal

Juridique
La pluriactivité possible en Gaec

Le cadre est contraint, mais un associé installé en Gaec peut être double actif. Précisions.

Depuis 2011, les règles se sont assouplies et rendent possible la double activité en Gaec.
© Pixabay

En Gaec, les associés ont la stricte obligation de se consacrer aux travaux de la société. Pourtant, depuis 2011, « le Gaec s’est vu attribuer des règles plus souples pour la gestion de la pluriactivité de ses membres », rappelle Céline Dubreuil-Boullier, juriste, sur le site internet de la chambre d’agriculture du Calvados. Elle explique qu’une seconde activité est autorisée, mais elle « est soumise à une décision collective du Gaec à l’unanimité ». Une fois validée en interne, cette décision requiert une autorisation par la commission départementale d’orientation de l’agriculture validée par le préfet. Mais ce dernier ne pourra autoriser la seconde activité que si elle est « accessoire ». C’est-à-dire dans une limite de 536 heures annuelles ou qu’elle est « exercée dans une structure de commercialisation et/ou de transformation des produits du Gaec, structure créée par tous les associés du Gaec et majoritairement détenue par des chefs d’exploitation à titre principal », précise la juriste.

Les multiples avantages de la fiscalité agricole

« Les revenus d’un exploitant individuel appartiennent à la catégorie des bénéfices agricoles (BA) et sont soumis à l’impôt sur le revenu, rappelle Marie Kientzler, conseillère installation pour la chambre d’agriculture du Cher. C’est un statut fiscal plus avantageux qu’aux régimes des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou des bénéfices non commerciaux (BNC) qui dépendent de l’impôt sur les sociétés. » Parmi les avantages du BA, le régime d’imposition au réel permet d’absorber le déficit par les autres revenus. Et s’il n’est pas entièrement absorbé, il peut être reporté sur les revenus des six années suivantes. De plus, l’exploitant adhérant à un centre de gestion agréé bénéficie d’une non-majoration du revenu imposable, d’une déduction des salaires du conjoint et d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 915 euros par an pour les exploitants au bénéfice réel simplifié sur option. D’après la MSA (1), la plupart des céréaliers dépendent du régime réel simplifié, réalisant entre 82 200 et 350 000 euros de chiffre d’affaires sur trois ans consécutifs.

(1) Mutuelle sociale agricole.

Les plus lus

Mention " archives " obligatoire / discussion technique entre agricultrice et technicien / itinéraires culturaux et utilisation des produits phytosanitaires / marges / ...
Conseil stratégique phytosanitaire : le dispositif définitivement abandonné dans sa forme actuelle

Parmi les mesures prises par le gouvernement Attal pour répondre à la colère des agriculteurs figure la suppression du conseil…

Moisson dans l' Indre près d' Issoudun le 8 juillet 2022. Agriculteur et sa fille dans une parcelle de blé
Fermage : comment sécuriser la transmission des baux hors cadre familial ?

Sans repreneur familial, la cession du foncier loué peut s’avérer compliquée. Il existe des outils, qui dans l’idéal sont à…

Simon Avenel, agriculteur à Goderville (76),"La marge économique dégagée par le miscanthus à l'hectare est supérieure à celle du blé ou du colza grâce à la ...
Lutte contre l’érosion : « J’ai implanté 7 kilomètres de bandes de miscanthus pour faire obstacle au ruissellement »

Agriculteur à Goderville (Seine-Maritime), Simon Avenel a réduit la taille de ses parcelles et planté du miscanthus en…

Culture intermédiaire fixatrice d’azote
Jachère 2024 : la dérogation et ses nouvelles conditions publiées par Bruxelles

La Commission européenne a tranché et publie ce jour un règlement accordant aux agriculteurs européens une exemption partielle…

Famille agricole, père avec sa fille et ses petits-enfants dans une parcelle agricole
Transmission d’exploitation agricole : quelles sont les options pour le foncier en propriété ?
Être propriétaire des terres que l’on exploite permet de mieux maîtriser le foncier lors de la transmission. Une réflexion reste…
Parcelle agricole en jachère
Jachère : Bruxelles propose une nouvelle dérogation pour 2024

La Commission européenne propose une nouvelle dérogation pour la jachère 2024, à la demande notamment de la France.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures