Aller au contenu principal

La monoculture de maïs à l’épreuve de la diversification

Dans une situation de sol de vallée alluviale de la Garonne, l’école d’ingénieurs de Purpan (INP Toulouse) a démarré une expérimentation en 2011. À une monoculture conventionnelle de maïs tardif irrigué sont comparés deux modes de conduite : une monoculture de maïs de variété demi-précoce avec le semis au stade 6-8 feuilles d’un couvert à base de deux tiers de trèfle incarnat et d’un tiers de ray-grass d’une part, une rotation maïs-soja-blé tendre entrecoupée de couverts végétaux d’interculture. L’expérimentation comprenait des objectifs d’économie sur les tours d’eau et sur les applications de produits phytosanitaires. Après cinq années de suivi, les résultats sont mitigés sur le plan économique. « La monoculture avec couvert sous semis donne de bons résultats, comparables à 10 euros/hectare près à la marge brute de la monoculture conventionnelle malgré l’utilisation d’une variété plus précoce et moins d’apport en eau, précise Lionel Alletto, de l’école de Purpan. En revanche, la rotation rapporte de 150 à 200 euros/hectare en moins en marge brute sur la moyenne de quatre années même si l’on a approché l’objectif de réduire de 50 % les apports d’eau et des phytos. Nous sommes dans un système très peu émetteur de produits phytosanitaires, ce que l’on a pu mesurer dans des cases lysimétriques avec l’eau de percolation qui montrait un net gain de qualité en termes de pollution par les produits chimiques. » La performance économique du système reste le point négatif. « La simple rotation maïs-soja est plus rentable, constate Lionel Alletto. Et l’on se pose la question de remplacer le blé tendre par le blé dur dans le système 'rotation' pour des situations irriguées sécurisantes. »

 

Voir aussi article " La diversification végétale offre de multiples facettes ".

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures