Aller au contenu principal

La meunerie revisite son évaluation des variétés

Gagner du temps, élargir le spectre des variétés étudiées, optimiser les coûts : c’est en substance ce qui a poussé l’ANMF (Association nationale de la meunerie française) à revisiter le protocole d’évaluation de ses « variétés recommandées ». Mise à jour chaque année, cette liste qui peut servir de référence dans les contrats est très attendue. Principal changement : l’ANMF étudie désormais les variétés sur 2 ans et non 3. Les essais en micro-parcelles sont supprimés. En contrepartie, les blés sont évalués sur 6 à 8 lieux d’essais contre 4 auparavant, grâce à un partenariat renforcé avec Arvalis. « La diversité variétale s’étant accentuée en même temps que le taux de rotation des variétés, on arrivait parfois après l’apogée de la variété », a souligné Bernard Valuis, président de l’ANMF en conférence de presse le 10 avril à Paris.

Ces évaluations sont complétées par une étude de la valeur meunière réalisée dans un moulin pilote. Aux obtenteurs de fournir les 400 kg de grains pour les essais de mouture, une façon d’alléger les coûts pour l’ANMF. Grâce à cette rénovation, la structure étudiera désormais toutes les variétés panifiables, non plus seulement une sélection : « le vieux critère selon lequel les variétés de qualité ne peuvent pas faire de rendement est battu en brèche, a souligné Bernard Valluis. Sur cette base, nous aurions par exemple raté Rubisko. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures