Aller au contenu principal

En chiffres
La lentille cumule les bons points

Grâce à ses nombreux atouts agronomiques et à sa marge brute élevée, la lentille verte gagne du terrain depuis huit ans. Agriculteur dans l'Aube, Karl Dhulst en produit sous contrat pour Soufflet.

La filière lentilles vertes de France reprend du poil de la bête. D’abord cultivée dans l’Aube et la Marne, elle s’est introduite dans les rotations des agriculteurs bourguignons et berrichons. Agriculteur à Fontvannes dans l’Aube, région historique de production de lentilles, Karl Dhulst a inclus progressivement la légumineuse dans sa rotation pour arriver à 15 hectares en 2016 et 23 hectares en 2017. Il souhaitait se diversifier afin de réduire ses risques liés au climat ou aux marchés. « J’ai choisi la lentille non seulement parce qu’elle a de nombreux atouts agronomiques, mais aussi parce que mon père en cuisinait et que j’aimais le goût », raconte-t-il.

Un contrat signé un an à l’avance

Depuis 2008, chaque année, en septembre, Karl Dhulst contractualise la totalité de sa production avec le groupe Soufflet pour la récolte de l’année suivante, à un prix fixe et pour un volume donné. « Le prix garanti m’a aidé à me lancer. Je pense même que pour se diversifier, il faut impérativement être dans une filière. La clé c’est le contrat ", estime-t-il. Au niveau de la qualité des lentilles livrées, Soufflet demande un taux d’humidité maximum de 15 %, pas plus de 1 % de brisure, ainsi qu'un taux de lentilles tachetées et germées en dessous de 1 %. Les lentilles doivent être pures. « Je livre au silo près de chez moi car je suis dans un bassin de production important. Mais avant, un camion venait chez moi chercher la marchandise », explique l’agriculteur. Tous les silos de Soufflet ne sont pas adaptés à la reception des lentilles. Le site doit être capable de garder une cellule vide après la moisson, de bien isoler la culture et d'être équipé de sondes adéquates pour effectuer les échantillons. « Nous projetons d’augmenter le nombre de silos en Bourgogne et dans la région Centre », prévoit Georges Lemineur, directeur de la région Bourgogne chez Soufflet agriculture. Le groupe Soufflet est en pleine extension (voir encadré). La sole française qu'il contractualise avec les agriculteurs en lentille est passée de 1 300 hectares en 2015 à 2 000 hectares en 2016. « Pour 2017, nous envisageons une hausse des surfaces à 3 200 hectares », estime Thierry Lievin, directeur général de Soufflet alimentaire.

Des prix stables depuis cinq ans

Si on assiste à cet engouement, c’est parce que la lentille a de nombreux atouts agronomiques. Cette légumineuse n’a pas besoin d’azote et demande peu d’investissement au départ. « Je n’ai pas eu besoin d’acheter du matériel spécifique, la préparation du sol et le semis se font comme en céréales, même si le travail du sol doit être plus précis. Entre agriculteurs, nous disons que c’est du jardinage », relate Karl Dhulst. La légumineuse est récoltée à partir de fin juillet jusqu’à fin août, le chantier s’intercale bien entre ceux des céréales, du chanvre et des betteraves. « La culture est plus risquée et moins stable que le blé », constate l’agriculteur. Depuis huit ans, les rendements oscillent entre 12 et 39 q/ha. En 2016, les lentilles de Karl Dhulst ne s’en sont pas trop mal sorties et ont repris leur développement après les inondations. « J’ai fait 2,7 t/ha, c’est ma meilleure marge brute de l’année », avoue l’Aubois. Avec un contrat de 550 €/t, quasiment stable depuis cinq ans, et 500 €/ha de charges, l'agriculteur évalue sa marge brute entre 700 et 900 €/ha en 2016. « C’est une bonne tête de rotation et c’est donc une alternative au colza, qui est en difficulté dans la région. En allongeant ma rotation, je gagne d’un point de vue agronomique et je subis moins les aléas des marchés », complète-t-il. Comptabilisée dans les SIE (surfaces d’intérêt écologique), et promue lors de l’année internationale des légumineuses, la lentille semble avoir le vent en poupe dans les campagnes.

Une maturité difficile à estimer

« Toutefois, la récolte de la lentille est délicate car il est parfois difficile de déterminer son niveau de maturité ", observe Karl Dhulst. " Le changement de couleur, l’humidité nous aident mais c’est avant tout l’expérience qui nous guide. Il faut également bien régler sa moissonneuse pour avoir le moins de brisures possible et bien la nettoyer pour plus de pureté », poursuit l’Aubois. Côté traitements, l’agriculteur applique jusqu’à deux fongicides et deux insecticides selon la pression. « D’ailleurs, c’est parfois compliqué puisque les produits phytos homologués sur les lentilles sont peu nombreux. Quant à la semence, elle est fournie par le groupe Soufflet et je regrette qu’on ne me propose qu’une seule variété. J’aimerais en avoir une plus précoce pour enchaîner après les blés sans avoir besoin de ressortir ma moissonneuse, d’autant plus que le chanvre se récolte tout de suite après », admet Karl Dhulst. Autre limite : le terrain. Les lentilles ne doivent pas représenter plus de 10 % de la sole puisqu'elles ne peuvent pas revenir avant sept ans sur une même parcelle. Et la légumineuse ne se développe bien que dans des terres argilo-calcaires très filtrantes puisqu’elle n’apprécie guère l’eau stagnante. « J’ai remarqué que la lentille se plaît dans des petites terres et sur les coteaux exposés au soleil », ajoute Karl Dhulst. Si la lentille demande un certain savoir-faire et a ses exigences, cela reste un atout pour l'agriculteur en termes de rotation, avec à la clé une belle marge brute.


" En allongeant ma rotation avec la lentille, je gagne d’un point de vue agronomique et je subis moins les aléas des marchés."
Karl Dhulst, à Fontvannes dans l’Aube
CARTE DE LOCALISATION : Fontvannes (Aube)

Soufflet souhaite développer sa filière lentille

Le groupe Soufflet vend chaque année 180 000 tonnes de lentilles à travers l’Europe. 60 % de la marchandise est récoltée dans l'Hexagone. « À terme, nous souhaiterions que la totalité des lentilles vendues aux grandes et moyennes surfaces soient produites en France », explique Thierry Lievin, directeur général de Soufflet alimentaire. Sur le site de Valenciennes —l'un des trois centres destinés au conditionnement des légumes secs — les lentilles sont principalement vendues sous la marque des distributeurs et aussi sous le nom de Vivien Paille. Une plus petite partie est destinée à l’industrie agroalimentaire, et moins d’un tiers à la restauration hors foyer. D’ailleurs, le groupe a investi sur ce site dans de nouveaux outils dédiés au conditionnement des lentilles prêtes à consommer. Soufflet alimentaire est le leader sur le marché de la lentille verte française avec 30 % des parts de marché.

La lentille dans l’air du temps

Longtemps boudée par les consommateurs, la lentille est de plus en plus appréciée et demandée. Riche en protéines végétales, elle surfe sur la vague des marchés sans gluten et vegan. Considérées comme longues à cuisiner, les lentilles ont vu leur conditionnement évoluer pour faciliter leur préparation. Soufflet alimentation commercialise des lentilles prêtes à consommer au microondes, des lentilles à poêler ou encore en sachets de légumes secs mélangés. On retrouve également des lentilles dans les farines de légumineuses, qui sont utilisées dans la conception de produits plus élaborés sans gluten comme des snacks, des chips ou encore des pizzas. « Il faut apprendre à utiliser autrement la lentille », assure Yannick Hus, directeur des achats et ventes B to B chez Soufflet alimentaire. Il ajoute que « longtemps, la lentille a été délaissée par les industriels de la conserve pour celle blanche de Chine, plus facile à cuisiner. L’enjeu est de réadapter les processus pour qu’ils utilisent la lentille verte française ».

5 % de lentilles en 2016

97 ha de blé
51 ha d'orge
43 ha de colza
37 ha d'escourgeon
16 ha de luzerne
15 ha de lentille
15 ha de chanvre
7 ha de pois
6,5 ha de betteraves
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures