Aller au contenu principal
Font Size

La haie comme élément de régulation des ravageurs

Mis en place à Marcelcave dans la Somme, le dispositif d’étude de l’influence de haies sur des parcelles agricoles apporte des informations contrastées sur l’impact de ces infrastructures agroécologiques.

Nids à vermines ou refuges à auxiliaires ? Les haies sont mises en avant pour leur intérêt dans la préservation de la biodiversité. Une étude a été faite sur l’influence de la présence de haies sur les pucerons avec la Fredon Picardie aux manettes(1).

À l’issue de trois ans de suivi (2010 à 2012) à Marcelcave dans la Somme, la Fredon a tenté de déterminer les effets sur les populations de pucerons de parcelles de pommes de terre. « Nous observons une plus grande diversité d’espèces de pucerons dans la parcelle avec une haie à côté et à proximité de celle-ci, comparativement à une parcelle sans haie mitoyenne. Il s’agit surtout d’espèces non inféodées à la culture de la pomme de terre, et donc sans incidence sur celle-ci", remarque Pauline Lebecque, chargée d’études et entomologiste à la Fredon Picardie. "Cette situation peut représenter plusieurs avantages potentiels pour l’agriculteur, ajoute-t-elle. Elle entraîne une compétition entre espèces, défavorable à la pullulation des pucerons dommageables à la pomme de terre. D’autre part, elle apporte des pucerons qui n’auront pas d’impact sur la culture et qui se développent précocément sur les végétaux de la haie et de la bordure enherbée. Ils peuvent servir d’hôtes relais pour les insectes parasitoïdes ou de réserve alimentaire pour les prédateurs généralistes. Ces organismes auxiliaires seront alors plus nombreux pour limiter de manière précoce le pic majeur de pullulation des pucerons inféodés à la culture », interprète la spécialiste de la Fredon.

Toujours autant de pucerons sur pomme de terre

Plusieurs parcelles du GIE des Beaux Jours ont été suivies dans le cadre de l'étude. Sur l'une d'elles située à côté d'une haie et sur une autre sans haie, on retrouve des densités de pucerons (capturés dans des cuvettes jaunes) significativement identiques. Il s'agit majoritairement d'espèces nuisibles aux cultures. On pourrait donc penser que les auxiliaires hébergés dans la haie n’ont pas d’impacts sur les pucerons de la pomme de terre. Ou de manière plus positive, que la présence d’une haie n’aggrave pas la situation en termes de pucerons préjudiciables au tubercule. Pour le blé, le résultat est plus franc. « La présence de la haie s’accompagne d’une baisse de pucerons inféodés aux céréales, celles-ci se trouvant de l’autre côté de la haie. Cette dernière fait office de barrière physique au déplacement des pucerons, observe Pauline Lebecque. On remarque également que les pucerons sont moins nombreux à proximité de la haie qu’au centre de la parcelle, ce qui peut s’expliquer également par l’effet brise-vent de la haie. »

Sur les trois ans de l’étude, les populations de pucerons relevées ont été très variables entre années. En l’occurrence, les conditions climatiques (précipitations, froids) pèsent beaucoup plus sur les infestations que l’influence d’une haie. 2010 fut une année à forte pullulation de pucerons et ce fut la seule année où l’on a pu noter un effet bénéfique net de la haie envers les insectes parasitoïdes.

Davantage de carabes et de syrphes, insectes prédateurs de ravageurs

Dans l’étude, les haies sont constituées d’une grande diversité d’essences : trois espèces d’érables, de l’aulne, du charme, du tilleul, noisetier, cornouiller, troène, prunellier, deux types de saules et du sureau noir. Leur intérêt ne se limite pas à la régulation sur les pucerons par les organismes auxiliaires qu’elles hébergent. Sur la base de résultats de 2010 à 2012, la chambre d’agriculture de Picardie a pu estimer que ces haies engendraient dans les parcelles un plus grand nombre et une diversité plus riche des communautés de carabes et de syrphes, insectes prédateurs de ravageurs. Effet brise-vent, vente de son bois, lutte contre l’érosion, etc., la haie apporte encore d’autres effets bénéfiques que la simple biodiversité fonctionnelle pour l’agriculture.

(1) La Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles de Picardie a travaillé en partenariat avec d’autres organisations agricoles : Agro-Transfert Ressources et Territoires, les chambres d’agriculture, Picardie Nature et la Fédération des chasseurs de la Somme.

Un effet dépressif très léger sur le rendement

Une haie du type de celle de Marcelcave a un effet dépressif sur le rendement de la culture en bordure de parcelle (sur une largeur de 5 m) mais qui est compensé par un rendement amélioré à distance de la bordure. Cela se voit surtout sur la culture de la pomme de terre. L’explication vient notamment d’une irrigation rendue plus régulière grâce à l’effet antidérive de la haie. Dix ans après la plantation des haies, la chambre d’agriculture a mesuré l’effet global d’une haie sur une parcelle contigüe - 1,1 % sur le rendement de la pomme de terre et entre - 0,65 % et - 0,8 % sur le blé. Une paille.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures