Aller au contenu principal

La guerre de la compétitivité sucrière aura lieu

Avec la fin des quotas, l’accès au marché mondial sera stratégique pour le sucre européen.

La fin des quotas devrait avoir une double conséquence sur le marché communautaire : d’une part une hausse de la production de sucre de 1 à 2 millions de tonnes (Mt), d’autre part une progression de la part de marché de l’isoglucose à ses dépends. Le sucre sera donc contraint de trouver des débouchés à l’export pour équilibrer son bilan. Pour cela, il lui faudra être compétitif face à des géants comme l’Inde ou le Brésil — qui accapare 40 % du marché mondial mais est fragilisé par des coûts de production en hausse, ainsi que face à des puissances montantes comme la Thaïlande, passée en dix ans d’une production de 2 Mt à 10 Mt.


La France a déjà refait une bonne partie de son retard sur ses concurrents les mieux placés,
et n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Les betteraviers comptent notamment sur la hausse des rendements. Ces derniers pourraient même se hisser à 123 t/ha à 16 degrés de sucre en 2025 si le programme de recherche Aker atteint son objectif : faire passer de 2 à 4 % le progrès génétique annuel.
L’économie d’énergie dans les sucreries, l’allongement de la durée de campagne et la baisse des charges fixes des planteurs via des organisations de travail collectives font également partie des chantiers engagés par la filière.

En face, le Brésil peine à rebondir. Le pays a vu sa productivité grevée par la crise économique de 2008, qui a retardé les investissements dans les usines et le renouvellement des champs de cannes. Le débouché sucre est également concurrencé par la transformation en éthanol, qui a absorbé 54 % de la production cannière en 2013. « Il faut un prix du sucre supérieur à 0,22 dollar la livre pour que les industriels brésiliens soient incités à investir dans leurs outils », a affirmé lors du congrès de la CGB Plinio Nastari, président de la société Datagro. « C’est plutôt de bon augure, car, à ce prix, nous serons présents », a assuré Roland Cuni, de la CGB. La marge est toutefois étroite : un cours mondial de 19 cents (proche du niveau actuel) correspond à un prix de 340 euros départ usine pour le sucre européen, soit environ 22 euros la tonne de betterave. « Et à ce prix là, a reconnu l’expert, ni le fabricant, ni le planteur ne gagne un sou. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures