Aller au contenu principal

La guerre de la compétitivité sucrière aura lieu

Avec la fin des quotas, l’accès au marché mondial sera stratégique pour le sucre européen.

La fin des quotas devrait avoir une double conséquence sur le marché communautaire : d’une part une hausse de la production de sucre de 1 à 2 millions de tonnes (Mt), d’autre part une progression de la part de marché de l’isoglucose à ses dépends. Le sucre sera donc contraint de trouver des débouchés à l’export pour équilibrer son bilan. Pour cela, il lui faudra être compétitif face à des géants comme l’Inde ou le Brésil — qui accapare 40 % du marché mondial mais est fragilisé par des coûts de production en hausse, ainsi que face à des puissances montantes comme la Thaïlande, passée en dix ans d’une production de 2 Mt à 10 Mt.


La France a déjà refait une bonne partie de son retard sur ses concurrents les mieux placés,
et n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Les betteraviers comptent notamment sur la hausse des rendements. Ces derniers pourraient même se hisser à 123 t/ha à 16 degrés de sucre en 2025 si le programme de recherche Aker atteint son objectif : faire passer de 2 à 4 % le progrès génétique annuel.
L’économie d’énergie dans les sucreries, l’allongement de la durée de campagne et la baisse des charges fixes des planteurs via des organisations de travail collectives font également partie des chantiers engagés par la filière.

En face, le Brésil peine à rebondir. Le pays a vu sa productivité grevée par la crise économique de 2008, qui a retardé les investissements dans les usines et le renouvellement des champs de cannes. Le débouché sucre est également concurrencé par la transformation en éthanol, qui a absorbé 54 % de la production cannière en 2013. « Il faut un prix du sucre supérieur à 0,22 dollar la livre pour que les industriels brésiliens soient incités à investir dans leurs outils », a affirmé lors du congrès de la CGB Plinio Nastari, président de la société Datagro. « C’est plutôt de bon augure, car, à ce prix, nous serons présents », a assuré Roland Cuni, de la CGB. La marge est toutefois étroite : un cours mondial de 19 cents (proche du niveau actuel) correspond à un prix de 340 euros départ usine pour le sucre européen, soit environ 22 euros la tonne de betterave. « Et à ce prix là, a reconnu l’expert, ni le fabricant, ni le planteur ne gagne un sou. »

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
L'adaptation des dispositifs actuels est indispensable pour faire face à la multiplication des aléas climatiques, à commencer par la sécheresse, estime le député Frédéric Descrozaille. © G. Omnès
Assurance récolte : comment le rapport Descrozaille veut sauver la multirisque climatique
Face au changement climatique, le rapport du député Descrozaille propose la réarticulation de l’intervention de l’État et de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures