Aller au contenu principal

La formation agricole accélère sa mue numérique

Réaliser des formations permet d’actualiser, de compléter ses connaissances dans un cadre qui va au-delà de l’échange entre pairs des réseaux sociaux. Le confinement a accéléré la mutation vers des stages en partie à distance.

De plus en plus, les formations jouent la complémentarité entre les échanges de groupe et le travail à distance, où chacun peut avancer à son rythme. © C. Gloria
De plus en plus, les formations jouent la complémentarité entre les échanges de groupe et le travail à distance, où chacun peut avancer à son rythme.
© C. Gloria

Mais pourquoi diable s’inscrire à une formation en 2020 ? Désormais, toute personne dotée d’une connexion internet est à quelques clics de l’information. Et, sur les réseaux sociaux, des groupes permettent d’échanger conseils et expériences sur à peu près tous les sujets agricoles.

L’ère numérique de l’information n’a pourtant pas sonné le glas de la formation. « Les actifs agricoles sont globalement plus mobilisés sur la formation que les autres catégories professionnelles », rappelle Pascal Girard, directeur de l’ALPA, centre de formation pour les agriculteurs en Lorraine. Pour le spécialiste, ce pouvoir de séduction auprès des agriculteurs s’explique en partie par le fait qu’ils y trouvent un moyen de sortir de leur isolement et de se retrouver avec leurs pairs dans un contexte différent de leur exploitation. « Les évaluations à l’issue des formations sont souvent positives, notamment car les stagiaires sont contents d’avoir pu réfléchir ensemble sur des projets communs », affirme Pascal Girard.

Le formateur, un facilitateur d’échanges

Les réseaux sociaux sont des lieux d’échanges permettant de s’enrichir du savoir des autres, mais les cursus de formation apportent en plus un cadre et un médiateur. « On peut échanger entre pairs, mais ce n’est pas pareil lorsqu’il y a un médiateur entre nous qui aide à faire fonctionner le groupe. Créer du lien, de l’échange, c’est toute la force de l’animateur-formateur, souligne Marianne Dutoit, agricultrice et présidente du fonds de formation Vivea. Le formateur, en plus d’apporter de la matière, peut faire réfléchir les gens entre eux et amener au bout du compte un plan d’action. »

Mettre en pratique la connaissance acquise en accédant à une réelle autonomie n’est pas si simple. « Le vrai sujet pour nos formations, c’est de sortir avec quelque chose d’utile que l’on va mettre en application, pas juste d’être un peu reboosté avant de retomber dans notre quotidien, résume Marianne Dutoit. On a encore besoin de cet aller-retour sans écran devant nous, mais l’un n’empêche pas l’autre ».

Jouer la complémentarité entre présence et distance

Combiner travail de groupe en chair et en os et travail à distance est une piste explorée depuis quelques années par les organismes de formation. Pour Pascal Girard, la phase de confinement forcé va contribuer à l’ancrer dans les pratiques. « La crise que l’on traverse est un accélérateur de la modernisation de la formation pour aller vers le numérique, estime l’expert. Ces formes trouvent leur public, y compris chez les agriculteurs, et l’on ne fera pas machine arrière ». La complémentarité entre présentiel et travail à distance, au cœur du principe des formations mixtes digitales (FMD), est en train de faire ses preuves. Leur adoption sous la contrainte, Covid-19 oblige, a même permis de convaincre des acteurs jusqu’ici récalcitrants.

Concrètement, ces nouvelles modalités de formation offrent des avantages tels qu’une grande souplesse d’organisation et d’adaptation du temps de travail. « La formation à distance permet d’apporter la théorie, les fondamentaux, voire des aspects ludiques avec des outils comme les quizz, explique Gaëlle Panarello, responsable de l’équipe formation au sein de la chambre régionale d’agriculture du Grand Est. Pendant ces phases à distance, chacun peut prendre le temps nécessaire pour assimiler les choses afin de pouvoir se consacrer à l’échange au moment des rencontres avec le groupe. Mais il faudra toujours un temps en présentiel pour les apports techniques, les gestes, les savoir-faire pratiques ».

Un coût souvent très modique

Pour les organismes de formation, l’un des obstacles à cette mutation numérique est l’accès encore limité à une bonne connexion internet dans certaines zones rurales. L’une des réponses est de proposer aux stagiaires un accès à du matériel dans les locaux des chambres d’agriculture, qui maillent tout le territoire. Ce qui est certain, c’est que le coût ne doit pas être un frein au désir de formation. L’immense majorité des stages est subventionnée par le fonds Vivea, alimenté par les cotisations des agriculteurs. Bien souvent, il ne vous en coûtera que les frais de dossiers qui se montent au plus à quelques dizaines d’euros.

De la technique, mais pas que…

Bien dialoguer avec la société, créer sa page Facebook ou calculer ses coûts de production… Ces thématiques, et bien d’autres, font l’objet de formations qui ne rencontrent pas toujours le succès. « Les agriculteurs optent souvent pour des formations techniques car c’est concret, avec la perception immédiate du retour sur investissement, explique Gaëlle Panarello, de la chambre régionale d’agriculture du Grand Est. Pourtant, participer à un stage pour apprendre à communiquer sur son métier permet de travailler son expression en public, de ne pas être pris de court et donc de gagner en assurance… C’est un vrai bénéfice en termes de bien-être, et source de productivité ». Le temps de la formation est aussi un moment pour lever la tête du guidon. « On est tous les jours sous pression et l’on se dit que l’on n’a pas le temps, alors que la formation fait justement gagner du temps, insiste Marianne Dutoit, présidente du fonds Vivea. Ne pas savoir s’arrêter pour se poser des questions sur les améliorations possibles de son système peut parfois mener à la catastrophe ».

Les plus lus

Avec un coefficient d’équivalence doublé par rapport à l’ancienne PAC, il peut être intéressant de miser sur la haie pour atteindre le ratio minimum d’IAE exigé par la conditionnalité.
Les haies dans la PAC 2023 : est-il intéressant d’en planter ?
Plusieurs volets du PSN font référence à la haie : la conditionnalité, les écorégimes et les MAEC. L’incitation à planter des…
Se passer de glyphosate peut donner le droit à un crédit d'impôt pour les exploitations agricoles.
Tout savoir sur le Crédit d’impôt glyphosate 2023
La loi de finances 2023 a prolongé le crédit d’impôt « sortie du glyphosate » pour les entreprises agricoles qui s’engagent dans…
Le site sucrier de Tereos à Escaudœuvres, dans le Nord, menacé de fermeture.
Fermeture de l'usine Tereos : l'intégralité des betteraves sera transformée sur d'autres sites du groupe
Le sucrier Tereos annonce un plan de restructuration industrielle qui prévoit notamment la fermeture de l'activité sucrière du…
Contacter la gendarmerie est le premier réflexe à avoir en cas de vols ou dégradations sur une exploitation agricole
Vols et dégradations sur le matériel d'irrigation : comment s'en prémunir ?
Alors que la saison d’irrigation s’apprête à démarrer en grandes cultures, certains agriculteurs sont actuellement confrontés à…
La fauche, le pâturage, ainsi que la mise en culture (sauf maïs, soja et taillis à courte rotation) des jachères sont autorisés pour la campagne 2023.
Déclaration PAC : comment profiter de la dérogation jachère Ukraine ?
La nouvelle PAC est entrée en vigueur le 1er janvier. Pour 2023, une dérogation dite « Ukraine » allège les…
Le manque d'eau sur céréales peut limiter fortement l'efficience du premier apport d'azote.
Apport d'azote : quelles conséquences sur les cultures face au manque de pluie ?
L’absence de pluviométrie pendant plus d’un mois va avoir des conséquences sur les cultures, en particulier sur l'apport d'azote…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures