Aller au contenu principal
Font Size

La formation agricole accélère sa mue numérique

Réaliser des formations permet d’actualiser, de compléter ses connaissances dans un cadre qui va au-delà de l’échange entre pairs des réseaux sociaux. Le confinement a accéléré la mutation vers des stages en partie à distance.

De plus en plus, les formations jouent la complémentarité entre les échanges de groupe et le travail à distance, où chacun peut avancer à son rythme. © C. Gloria
De plus en plus, les formations jouent la complémentarité entre les échanges de groupe et le travail à distance, où chacun peut avancer à son rythme.
© C. Gloria

Mais pourquoi diable s’inscrire à une formation en 2020 ? Désormais, toute personne dotée d’une connexion internet est à quelques clics de l’information. Et, sur les réseaux sociaux, des groupes permettent d’échanger conseils et expériences sur à peu près tous les sujets agricoles.

L’ère numérique de l’information n’a pourtant pas sonné le glas de la formation. « Les actifs agricoles sont globalement plus mobilisés sur la formation que les autres catégories professionnelles », rappelle Pascal Girard, directeur de l’ALPA, centre de formation pour les agriculteurs en Lorraine. Pour le spécialiste, ce pouvoir de séduction auprès des agriculteurs s’explique en partie par le fait qu’ils y trouvent un moyen de sortir de leur isolement et de se retrouver avec leurs pairs dans un contexte différent de leur exploitation. « Les évaluations à l’issue des formations sont souvent positives, notamment car les stagiaires sont contents d’avoir pu réfléchir ensemble sur des projets communs », affirme Pascal Girard.

Le formateur, un facilitateur d’échanges

Les réseaux sociaux sont des lieux d’échanges permettant de s’enrichir du savoir des autres, mais les cursus de formation apportent en plus un cadre et un médiateur. « On peut échanger entre pairs, mais ce n’est pas pareil lorsqu’il y a un médiateur entre nous qui aide à faire fonctionner le groupe. Créer du lien, de l’échange, c’est toute la force de l’animateur-formateur, souligne Marianne Dutoit, agricultrice et présidente du fonds de formation Vivea. Le formateur, en plus d’apporter de la matière, peut faire réfléchir les gens entre eux et amener au bout du compte un plan d’action. »

Mettre en pratique la connaissance acquise en accédant à une réelle autonomie n’est pas si simple. « Le vrai sujet pour nos formations, c’est de sortir avec quelque chose d’utile que l’on va mettre en application, pas juste d’être un peu reboosté avant de retomber dans notre quotidien, résume Marianne Dutoit. On a encore besoin de cet aller-retour sans écran devant nous, mais l’un n’empêche pas l’autre ».

Jouer la complémentarité entre présence et distance

Combiner travail de groupe en chair et en os et travail à distance est une piste explorée depuis quelques années par les organismes de formation. Pour Pascal Girard, la phase de confinement forcé va contribuer à l’ancrer dans les pratiques. « La crise que l’on traverse est un accélérateur de la modernisation de la formation pour aller vers le numérique, estime l’expert. Ces formes trouvent leur public, y compris chez les agriculteurs, et l’on ne fera pas machine arrière ». La complémentarité entre présentiel et travail à distance, au cœur du principe des formations mixtes digitales (FMD), est en train de faire ses preuves. Leur adoption sous la contrainte, Covid-19 oblige, a même permis de convaincre des acteurs jusqu’ici récalcitrants.

Concrètement, ces nouvelles modalités de formation offrent des avantages tels qu’une grande souplesse d’organisation et d’adaptation du temps de travail. « La formation à distance permet d’apporter la théorie, les fondamentaux, voire des aspects ludiques avec des outils comme les quizz, explique Gaëlle Panarello, responsable de l’équipe formation au sein de la chambre régionale d’agriculture du Grand Est. Pendant ces phases à distance, chacun peut prendre le temps nécessaire pour assimiler les choses afin de pouvoir se consacrer à l’échange au moment des rencontres avec le groupe. Mais il faudra toujours un temps en présentiel pour les apports techniques, les gestes, les savoir-faire pratiques ».

Un coût souvent très modique

Pour les organismes de formation, l’un des obstacles à cette mutation numérique est l’accès encore limité à une bonne connexion internet dans certaines zones rurales. L’une des réponses est de proposer aux stagiaires un accès à du matériel dans les locaux des chambres d’agriculture, qui maillent tout le territoire. Ce qui est certain, c’est que le coût ne doit pas être un frein au désir de formation. L’immense majorité des stages est subventionnée par le fonds Vivea, alimenté par les cotisations des agriculteurs. Bien souvent, il ne vous en coûtera que les frais de dossiers qui se montent au plus à quelques dizaines d’euros.

De la technique, mais pas que…

Bien dialoguer avec la société, créer sa page Facebook ou calculer ses coûts de production… Ces thématiques, et bien d’autres, font l’objet de formations qui ne rencontrent pas toujours le succès. « Les agriculteurs optent souvent pour des formations techniques car c’est concret, avec la perception immédiate du retour sur investissement, explique Gaëlle Panarello, de la chambre régionale d’agriculture du Grand Est. Pourtant, participer à un stage pour apprendre à communiquer sur son métier permet de travailler son expression en public, de ne pas être pris de court et donc de gagner en assurance… C’est un vrai bénéfice en termes de bien-être, et source de productivité ». Le temps de la formation est aussi un moment pour lever la tête du guidon. « On est tous les jours sous pression et l’on se dit que l’on n’a pas le temps, alors que la formation fait justement gagner du temps, insiste Marianne Dutoit, présidente du fonds Vivea. Ne pas savoir s’arrêter pour se poser des questions sur les améliorations possibles de son système peut parfois mener à la catastrophe ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
La gestion de l'interculture va devenir encore plus cruciale en cas d'interdiction du glyphosate. © J.-C. Gutner
Se passer du glyphosate en interculture, des solutions... et des questions
Le glyphosate sert principalement à gérer les vivaces et les graminées, et à détruire les couverts. Sa fin programmée amène à…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Une fertilisation au semis ne compense jamais une mauvaise levée. © J.-C. Gutner
Colza : fertiliser au semis avec discernement
Pour favoriser la croissance à l’automne et limiter la nuisibilité des attaques d’insectes aux stades jeunes du colza, fertiliser…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures