Aller au contenu principal

FISCALITE
La dotation pour aléas remise en selle

Les nouvelles modalités encadrant l’utilisation de la DPA devraient permettre à cet outil d’intéresser un plus grand nombre d’exploitations.

La dotation pour aléas (DPA) va-t-elle connaître le succès de sa cousine, la déduction pour investissement (DPI)? Lancée en 2002, la DPA a pour vocation de permettre aux exploitants de faire face aux fluctuations de leur revenu. Contrairement à la DPI, il ne s’agit pas uniquement d’une écriture comptable : la DPA correspond à de l’argent défiscalisé placé sur un compte bancaire, donc soustrait à la trésorerie. Les mauvaises années, cet argent peut être réintégré au compte de résultat et refiscalisé.

PLAFOND INDÉPENDANT

Cet outil de lissage n’a que peu été utilisé jusqu’ici. Cela pourrait changer avec les nouvelles modalités définies par les pouvoirs publics en 2009. Tout d’abord, le plafond commun pour la DPA et la DPI a été supprimé afin de rendre les deux systèmes indépendants. Le plafond de la dotation pour aléas s’élève désormais à 23 000 euros par exercice (à multiplier au maximum jusqu’à trois par le nombre d’associés dans le cas d’un Gaec ou d’une EARL), dans la limite du bénéfice. Les sommes placées devront être réintégrées dans les 10 ans qui suivent et pourront cumuler jusqu’à 150000 euros. Les règles de déblocage ont également été assouplies en novembre dernier avec la reconnaissance de l’aléa économique. Auparavant, il n’était possible de piocher dans cette épargne de précaution qu’en cas de survenance de certains risques (incendie, dégât sur les cultures…) ou d’un accident climatique non assuré et reconnu par les pouvoirs publics. L’exploitant a désormais le droit de faire appel à cette réserve en cas de baisse de 10 % de la marge brute par rapport à la moyenne des trois dernières années.Cette disposition entérine le rôle « d’amortisseur » face aux aléas économiques de la DPA, puisque celle-ci peut désormais être utilisée en cas de violente baisse des prix.Une contrainte n’est pas levée: l’obligation de souscrire une assurance récolte pour accéder à la DPA.

ASSURANCE RÉCOLTE OBLIGATOIRE

« La DPA présente un intérêt si elle est raisonnée en articulation avec l’assurance récolte, estime Stéphane Gin, directeur des risques professionnels agricoles chez Groupama. Ces deux systèmes sont complémentaires, car je ne crois pas à la possibilité d’auto-assurer ses cultures à 100 %. À l’assurance récolte de prendre le relais, notamment en adaptant le niveau de franchise à l’épargne constituée. » Même si l’on est encore loin d’une « assurance revenu » permettant d’effacer les effets de la volatilité, la DPA apporte une nouvelle pièce au système de gestion des risques privé, appelé à se substituer aux mécanismes publics. Sans un coup d’arrêt à la dérégulation à l’oeuvre depuis plusieurs années, apprendre à jongler avec les DPI, DPA, assurance récolte et autres outils à inventer sera bientôt aussi nécessaire que l’optimisation du système de production.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures