Aller au contenu principal

Interview de René Carron, président du conseil d’administration de Crédit agricole SA
"La crise nous a affecté mais la maison est solide"

Le Crédit agricole est au coeur de la tourmente dans la crise financière. René Carron s’explique.

Quel regard portez-vous sur la crise financière et ses répercussions en France ?
Née aux USA, la crise s’est étendue aux marchés financiers par le mécanisme de titrisation(1) des crédits immobiliers. De nombreuses banques ont été affectées. Mais les banques françaises ont globalement très bien résisté à la crise.

Le Crédit agricole a-t-il fait une erreur d’appréciation par rapport aux subprimes ?
Les portefeuilles titrisés bénéficiaient des meilleures notations, ils étaient garantis par des organismes de rehaussement, très bien notés. Au Crédit agricole, nous sommes allés certainement trop vite et trop loin dans ces opérations.Mais nous avons réagi dès février 2007 en décidant l’arrêt de nos activités de dérivés de crédit. Je n’occulte en aucun cas nos erreurs, nous assumons nos risques.

Mais cela a affecté Crédit agricole SA
Oui, comme beaucoup d’autres banques. Nous avons décidé — nous avons été les premiers à le faire — d’être transparents et de procéder à des dépréciations d’actifs et à la constitution de provisions. S’il y a eu impact sur nos résultats, il s’agit de dépréciations d’actifs, non de pertes. Depuis le début de la crise en 2007, nous avons déprécié dans près de 4,5 milliards d’euros après impôts. Mais la maison est solide. Le Crédit agricole dégage des bénéfices sur les neuf premiers mois 2008 : 1,33 milliard d’euros pour Crédit agricole SA et 2,5 milliards d’euros pour le groupe Crédit agricole(2).De plus, avec 64 milliards d’euros de capitaux propres, nous sommes l’un des groupes bancaires les mieux capitalisés en Europe.

Comment se sont comportés les clients français?
Nous n’avons pas perdu de clientèle, au contraire. Et depuis le début 2008, les caisses régionales ont ouvert 292 000 nouveaux comptes et le réseau LCL 91000.

Comment avez-vous réagi à la volonté de reprise en main des caisses régionales ?
Il est légitime que les actionnaires s’interrogent. Ce qui a été décrit dans la presse ne correspond pas à la réalité. Les caisses régionales sont majoritairement représentées au sein du conseil d’administration de Crédit agricole SA, elles ont aussi des représentants dans les conseils d’administration de nos filiales. Dans ce contexte, parler de reprise en main n’a pas de sens. Le directeur général, Georges Pauget, avait une équipe resserrée autour de lui. Il a voulu la consolider pour renforcer le pilotage des grands pôles d’activité du groupe.

Qu’attendez-vous du plan de relance français ?
C’est un excellent plan. Il permet à chaque banque de continuer à faire son métier : financer l’économie. Il s’agit d’une enveloppe de 320 milliards d’euros,montant que les banques peuvent emprunter sur les marchés financiers avec la garantie de l’État. Il s’agit aussi d’une enveloppe de 10,5 milliards d’euros de fonds propres prêtés par l’État aux banques pour satisfaire aux évolutions réglementaires qui pourraient restreindre leur capacité de prêt. Si cette enveloppe était utilisée, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, elle serait rémunérée à 8 %, soit pour l’État une marge de 4 %. Évoquer un don de l’État envers les banques exprime une méconnaissance totale de la réalité, sinon une volonté de la travestir.

Dans quelle mesure les agriculteurs vont être touchés par cette crise ?
Les agriculteurs ne vont pas échapper à la crise, notamment du fait de la baisse des cours. Les fondamentaux sont solides. L’agriculture a beaucoup investi ces deux dernières années.Même si les investissements ralentissent dans les années à venir, cela n’aura pas de conséquence sur l’activité globale de l’agriculture française.

Propos recueillis par Nicole Ouvrard

(1) Produits financiers adossés aux créances des subprimes et vendus à d’autres banques.
(2) Crédit agricole SA et les caisses régionales.

IDENTITE

René Carron est président du conseil d’administration de Crédit agricole SA depuis décembre 2002 et président de la caisse régionale de Savoie depuis 1992. En 2001, il contribue à transformer la caisse nationale de Crédit agricole en société anonyme cotée. Sa conduite de l’OPA sur le Crédit lyonnais lui vaudra le prix du Stratège de l’année en 2003. Il a été agriculteur à Yenne et président de la chambre d’agriculture de la Savoie de 1983 à 1992.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Thierry Royer et Bruno Bremenson, agriculteurs dans l'Orne."Avec une prestation de coupe et déchiquetage assurée par Bois négoce énergie, les haies nous rapportent 12 euros la tonne de bois plaquette." © C. Gloria
Les haies, des atouts agronomiques et une source de revenu
Au-delà de l’intérêt environnemental et agronomique, deux producteurs de grandes cultures de l’Orne valorisent économiquement…
Le mariage de titans entre InVivo et Soufflet pousserait à l'extrême la logique de restructuration à l’œuvre chez les OS. © N. Ouvrard / J. Nanteuil
[Edito] Fusion InVivo-Soufflet, un rapprochement symbolique à plus d'un titre

Pour les initiés, ce n’était pas un mystère : le groupe Soufflet cherchait un repreneur, à défaut de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures