Aller au contenu principal

« La couverture du risque prix en génère d’autres » estime christian Pèes de Coop de France

Maîtriser le risque prix est devenu un enjeu majeur pour les coopératives confrontées à la volatilité des cours des grains. Une révolution qui influence la relation aux adhérents.

Coop de France a récemment lancé la Charte de bonnes pratiques de gestion du risque prix auprès des coopératives. Quel est son but ?
Cette charte est une étape supplémentaire après la publication, en 2012, d’un guide des bonnes pratiques sur ce sujet. Nos marchés ont violemment évolué depuis 2007 avec l’accroissement de la volatilité. Les agriculteurs et les coopératives en ont perçu les opportunités, mais aussi les risques. D’autant plus que l’utilisation d’outils de couverture, qui s’est fortement développée, peut elle-même conduire à des prises de risques. Il fallait donc répondre au besoin d’harmonisation des pratiques exprimé par les coopératives. Cette charte vise aussi à démontrer aux partenaires financiers et institutionnels du monde coopératif le sérieux de ces entreprises. Il s’agit notamment de donner des garanties à FranceAgriMer et, indirectement, à Bercy.


Pourquoi les outils de couverture génèrent-ils du risque ?


Le principal enjeu est celui de la mobilisation de la trésorerie. Sur les marchés à terme, les appels de marge peuvent représenter des millions d’euros ! Ainsi, un compte d’exploitation peut être dans une perspective positive lorsque arrivera le moment de déboucler les positions, mais avec un passage périlleux à franchir avant. C’est la limite du système : la couverture ne doit pas dépasser les capacités de chaque structure à faire face aux appels de marge. L’adhérent ne se rend pas toujours compte qu’aller chercher la meilleure performance prix se traduit souvent par un risque prix fort pour sa coopérative, et peut mobiliser énormément de cash. La volatilité change donc également la relation avec l’adhérent et nécessite beaucoup de pédagogie. Les coopératives se dotent de boîtes à outils pour répondre à l’appétit plus ou moins grand des agriculteurs, outils allant du prix moyen à des stratégies présentant des risques de perte.


Qu’apporte la charte ?


Les coopératives n’ont pas attendu la charte pour mettre en place des choses, mais celle-ci permet de vérifier qu’il n’y a pas de trous dans la raquette. Elle comporte quinze engagements, qui feront l’objet d’audit par des prestataires externes. Chaque coopérative doit connaître et mesurer son risque afin de ne pas partir à l’aventure, puis fixer les limites acceptables, qui dépendent notamment de sa capacité en fonds propres. Si ces derniers sont importants, le conseil d’administration peut donner à ses équipes des possibilités supplémentaires pour optimiser ses positions. Vient ensuite la création du cadre de gestion, qui détermine les moyens mis en œuvre pour respecter ces limites, et enfin la mise en place d’un véritable contrôle en interne séparé de la décision et de l’exécution. Ce contrôle était un peu le parent pauvre dans les coopératives et constitue une véritable innovation.


Qu’implique ce contrôle ?


Une fois les limites fixées, il faut s’assurer qu’elles sont bien respectées. L’activité de commercialisation des grains est devenue un métier extrêmement technique, avec un jargon parfois incompréhensible. Il y a bien souvent un ou des spécialistes au sein de la coopérative, mais ils doivent être sous le contrôle de la direction générale et du conseil d’administration. Il est indispensable que ces instances sachent, à une fréquence adaptée, où en est la coopérative dans ses positions. La collégialité de la responsabilité est désormais indispensable. Il y a bien sûr des gens très compétents, mais le trader magique, c’est un fantasme. La performance est avant tout une question de travail et d’organisation.

Identité

Christian Pèes est président de Coop de France-Métiers du grain. Il est également, depuis 2000, président du groupe Euralis, groupe coopératif agricole et agroalimentaire basé à Pau, et a été élu en 2012 président de la Cogeca (Confédération générale des coopératives agricoles de l’Union européenne).

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Avec ce coup de chaud, les parcelles superficielles risquent de décrocher. Les parcelles profondes ou irriguées peuvent passer le cap sans trop de dégâts.
Coup de chaud sur les blés : faut-il craindre une chute de rendement ?
Les jours à venir s’annoncent très chauds. Par endroits, la pluviométrie de mai est déjà consommée par les plantes et le risque…
discussion trilogue
PAC : les négociations entre eurodéputés et ministres achoppent sur les mesures environnementales
Au bout de trois jours de trilogue, les négociations entre la Commission européenne, le Parlement européen et les ministres se…
Michel et Nicolas Dostes, agriculteurs à Astaffort (47)  -   "Avec des colzas développés suffisamment tôt grâce au semis direct et précoce, aucun insecticide n'a été employé l'automne dernier." © Gaec Dostes
Colza : « Ma stratégie permet d’économiser 50 à 70 euros/hectare d’insecticides »
A Astaffort dans le Lot-et-Garonne, Nicolas Dostes est passé au semis direct et à une implantation précoce du colza. La pression…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures