Aller au contenu principal

« La couverture du risque prix en génère d’autres » estime christian Pèes de Coop de France

Maîtriser le risque prix est devenu un enjeu majeur pour les coopératives confrontées à la volatilité des cours des grains. Une révolution qui influence la relation aux adhérents.

Coop de France a récemment lancé la Charte de bonnes pratiques de gestion du risque prix auprès des coopératives. Quel est son but ?
Cette charte est une étape supplémentaire après la publication, en 2012, d’un guide des bonnes pratiques sur ce sujet. Nos marchés ont violemment évolué depuis 2007 avec l’accroissement de la volatilité. Les agriculteurs et les coopératives en ont perçu les opportunités, mais aussi les risques. D’autant plus que l’utilisation d’outils de couverture, qui s’est fortement développée, peut elle-même conduire à des prises de risques. Il fallait donc répondre au besoin d’harmonisation des pratiques exprimé par les coopératives. Cette charte vise aussi à démontrer aux partenaires financiers et institutionnels du monde coopératif le sérieux de ces entreprises. Il s’agit notamment de donner des garanties à FranceAgriMer et, indirectement, à Bercy.


Pourquoi les outils de couverture génèrent-ils du risque ?


Le principal enjeu est celui de la mobilisation de la trésorerie. Sur les marchés à terme, les appels de marge peuvent représenter des millions d’euros ! Ainsi, un compte d’exploitation peut être dans une perspective positive lorsque arrivera le moment de déboucler les positions, mais avec un passage périlleux à franchir avant. C’est la limite du système : la couverture ne doit pas dépasser les capacités de chaque structure à faire face aux appels de marge. L’adhérent ne se rend pas toujours compte qu’aller chercher la meilleure performance prix se traduit souvent par un risque prix fort pour sa coopérative, et peut mobiliser énormément de cash. La volatilité change donc également la relation avec l’adhérent et nécessite beaucoup de pédagogie. Les coopératives se dotent de boîtes à outils pour répondre à l’appétit plus ou moins grand des agriculteurs, outils allant du prix moyen à des stratégies présentant des risques de perte.


Qu’apporte la charte ?


Les coopératives n’ont pas attendu la charte pour mettre en place des choses, mais celle-ci permet de vérifier qu’il n’y a pas de trous dans la raquette. Elle comporte quinze engagements, qui feront l’objet d’audit par des prestataires externes. Chaque coopérative doit connaître et mesurer son risque afin de ne pas partir à l’aventure, puis fixer les limites acceptables, qui dépendent notamment de sa capacité en fonds propres. Si ces derniers sont importants, le conseil d’administration peut donner à ses équipes des possibilités supplémentaires pour optimiser ses positions. Vient ensuite la création du cadre de gestion, qui détermine les moyens mis en œuvre pour respecter ces limites, et enfin la mise en place d’un véritable contrôle en interne séparé de la décision et de l’exécution. Ce contrôle était un peu le parent pauvre dans les coopératives et constitue une véritable innovation.


Qu’implique ce contrôle ?


Une fois les limites fixées, il faut s’assurer qu’elles sont bien respectées. L’activité de commercialisation des grains est devenue un métier extrêmement technique, avec un jargon parfois incompréhensible. Il y a bien souvent un ou des spécialistes au sein de la coopérative, mais ils doivent être sous le contrôle de la direction générale et du conseil d’administration. Il est indispensable que ces instances sachent, à une fréquence adaptée, où en est la coopérative dans ses positions. La collégialité de la responsabilité est désormais indispensable. Il y a bien sûr des gens très compétents, mais le trader magique, c’est un fantasme. La performance est avant tout une question de travail et d’organisation.

Identité

Christian Pèes est président de Coop de France-Métiers du grain. Il est également, depuis 2000, président du groupe Euralis, groupe coopératif agricole et agroalimentaire basé à Pau, et a été élu en 2012 président de la Cogeca (Confédération générale des coopératives agricoles de l’Union européenne).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures