Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

La betterave et la canne ne sont pas les seules plantes à forte teneur en sucre

Pour augmenter le pouvoir sucrant, les industriels de l’agroalimentaire (et les start-up) explorent de nombreuses pistes, dont celle des plantes non traditionnelles.

De la famille des astéracées, le yacon est un parent proche du topinambour et du tournesol.
© De la famille des astéracées, le yacon est un parent proche du topinambour et du tournesol.

Fortement mise en avant il y a quelques années, la stevia s’avère décevante en termes de ressenti de goût, certes. Mais d’autres projets prennent le relais. Parmi ceux-ci, FlavorHealth, une jeune entreprise américaine du New Jersey, qui travaille sur le repérage de cellules fortes en pouvoir sucrant dans différents végétaux. Elle a récemment affirmé, lors d’une rencontre internationale rassemblant les chercheurs en alimentation, qu’elle serait en mesure de commercialiser un « édulcorant naturel de haute intensité avec un profil de saveur bien plus proche de celui du sucre que de celui de la stevia ». Autrement dit, il fournirait tout le goût du sucre apprécié par les consommateurs européens sans les effets d’amertume et d’arrière-goût désagréable.

De la « poire de terre » pour sucrer les barres énergétiques

Dans le Nevada, la start-up Rowdy Prebiotic Foods (spécialiste des aliments contenant des sucres facilitant la digestion) vient de lancer une barre énergétique utilisant la yacon ou poire de terre. En Chine, l’Institut de botanique de Kunming de l’Académie chinoise des sciences a déclaré cet été travailler dans le Yunnan sur deux plantes 25 fois plus sucrantes que le sucre classique et qui présenteraient une sensation gustative plus proche du sucre actuel que la stevia. Il s’agit de Myriopteron extensum et de Derris eriocarpa. « Réduire le sucre ajouté tout en créant des produits délicieux et nutritifs sont des challenges clés de l’industrie agroalimentaire » expliquait pour sa part Roquette lors d’un webinaire (séminaire web) destiné aux acteurs de l’agroalimentaire intitulé « Réduction du sucre ? Tactiques et techniques pour atteindre votre but », en juillet 2018. La société, spécialiste des ingrédients et des nouvelles protéines végétales, reconnaissait toutefois que le sujet était complexe, naviguant entre science, changement de règlementation, santé publique, perception des consommateurs et idées fausses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Le sytème de lavage de main embarqué S-Clean
[Covid-19] : S-Clean, un système de lavage de main embarqué sur tracteur
Le système doté d’un réservoir de 3 litres est équipé d’un porte-savon liquide et de deux vannes permettant 5 à 10 lavages de…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne. © C.Baudart
Engrais: faut-il acheter la solution azotée maintenant pour 2021 ?
Couvrir ses besoins en solution azotée pour 2021 est une stratégie qui peut être gagnante au vu des prix bas proposés…
Covid-19/grandes cultures : les bons gestes pour vous protéger !
Les recommandations pour lutter contre le coronavirus dans les travaux du quotidien en grandes cultures, entre lavage de mains,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures