Aller au contenu principal

La betterave et la canne ne sont pas les seules plantes à forte teneur en sucre

Pour augmenter le pouvoir sucrant, les industriels de l’agroalimentaire (et les start-up) explorent de nombreuses pistes, dont celle des plantes non traditionnelles.

De la famille des astéracées, le yacon est un parent proche du topinambour et du tournesol.
© De la famille des astéracées, le yacon est un parent proche du topinambour et du tournesol.

Fortement mise en avant il y a quelques années, la stevia s’avère décevante en termes de ressenti de goût, certes. Mais d’autres projets prennent le relais. Parmi ceux-ci, FlavorHealth, une jeune entreprise américaine du New Jersey, qui travaille sur le repérage de cellules fortes en pouvoir sucrant dans différents végétaux. Elle a récemment affirmé, lors d’une rencontre internationale rassemblant les chercheurs en alimentation, qu’elle serait en mesure de commercialiser un « édulcorant naturel de haute intensité avec un profil de saveur bien plus proche de celui du sucre que de celui de la stevia ». Autrement dit, il fournirait tout le goût du sucre apprécié par les consommateurs européens sans les effets d’amertume et d’arrière-goût désagréable.

De la « poire de terre » pour sucrer les barres énergétiques

Dans le Nevada, la start-up Rowdy Prebiotic Foods (spécialiste des aliments contenant des sucres facilitant la digestion) vient de lancer une barre énergétique utilisant la yacon ou poire de terre. En Chine, l’Institut de botanique de Kunming de l’Académie chinoise des sciences a déclaré cet été travailler dans le Yunnan sur deux plantes 25 fois plus sucrantes que le sucre classique et qui présenteraient une sensation gustative plus proche du sucre actuel que la stevia. Il s’agit de Myriopteron extensum et de Derris eriocarpa. « Réduire le sucre ajouté tout en créant des produits délicieux et nutritifs sont des challenges clés de l’industrie agroalimentaire » expliquait pour sa part Roquette lors d’un webinaire (séminaire web) destiné aux acteurs de l’agroalimentaire intitulé « Réduction du sucre ? Tactiques et techniques pour atteindre votre but », en juillet 2018. La société, spécialiste des ingrédients et des nouvelles protéines végétales, reconnaissait toutefois que le sujet était complexe, naviguant entre science, changement de règlementation, santé publique, perception des consommateurs et idées fausses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures