Aller au contenu principal

Météo connectée
Juger les stations météo sur le conseil final

Il y a pléthore de stations météo connectées pour l’agriculture dorénavant, qui se valent sur la précision de leurs capteurs. La qualité de connexion ainsi que le conseil final sur les applications et les outils d’aide à la décision sont des éléments de comparaison.

Pour quelques centaines d'euros, on peut acquérir une station météo connectée avec les éléments de base pour les mesures de pluviométrie, de température, d'hygrométrie...
© C. Orus/Chambre d'agriculture d'Ile-de-France

Des milliers de stations météo connectées ont émergé des parcelles agricoles en quelques années en France. Qu’est ce qui explique cet engouement ? Le prix, d’abord. Avec un peu moins de 500 euros, on peut acquérir une station avec les éléments de base pour les mesures de pluviométrie, d’hygrométrie et de température. Il faut ajouter un peu plus pour la mesure du vent avec un anémomètre. « Avec une chute des prix sur les capteurs notamment, les tarifs sont devenus compétitifs pour les agriculteurs et les investissements paraissent dorénavant acceptables », analyse Olivier Deudon, dans une vidéo d’Arvalis (1). Il est vrai qu’en quelques années, les acteurs commercialisant des stations météo se sont multipliés comme des petits pains, d’où une concurrence sur les prix tirés vers le bas. Les offres sont proposées parfois à grand renfort de publicité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

La baisse des volumes d'engrais azotés disponibles sur le marché mondial complique l'approvisionnement de l'agriculture française, très dépendante des importations.
Pénurie d'engrais azotés : quels risques pour les agriculteurs au printemps ?
Coops et négoces s’inquiètent d’un risque de pénurie d’engrais azotés au printemps sur fond de flambée des prix et d’importations…
Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les taxes antidumping sur la solution azotée contribuent au déséquilibre du marché.
Prix des engrais : la taxe anti-dumping aggrave la situation
La mesure maintenue par Bruxelles amplifie la hausse des prix et congestionne le marché des engrais. Les syndicats agricoles l'…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures