Aller au contenu principal

"Je ne suis pas dans la réaction immédiate face à ce que je vois", explique Yves Pluchet

Agriculteur sur 230 ha à Étrépagny, dans l'Eure, Yves Pluchet peut mettre en place un assolement diversifié : lin, betteraves, luzerne, blé, colza, escourgeon, maïs, pois, féverole.

Yves Pluchet : "Là où je manque encore de conseils, c'est sur tout ce qui est relatif au pulvé, tel que le choix des buses ou la protection de l'utilisateur. Personne ne s'intéresse à ces sujets".
© DR

« Je me suis installé en 2005 et au début, j’ai travaillé à la façon de mon père, avec les trois OS présents dans le village, une coop et deux négoces. Et puis avec ma femme, on s’est dit que les phytos représentaient quand même un gros budget. Un voisin m’a parlé du groupe de Bertrand Omon. J’ai décidé de le rejoindre. Les agriculteurs sont intéressants, on ne parle pas de matériel, on va voir ce qui se passe dans les champs, le conseil est plus abouti, plus réfléchi, il donne un autre regard sur la plaine. La stratégie est faite en amont, je ne suis pas dans la réaction immédiate face à ce que je vois dans la parcelle. Ce n’est pas la course au champ propre. Si ma parcelle est sale, je me dis par exemple qu’il faut peut-être que je réfléchisse aux limites du non labour.

J’ai d’autres conseillers qui viennent sur la ferme, bien sûr. Je les écoute, et je vois ensuite. Ce qui est sûr, c’est que je suis aujourd’hui dans la première phase de mise en route de l’agriculture intégrée. Ce n’est pas évident de ne pas faire comme les voisins, surtout quand on commence, mais ça ne me gêne pas : nous ne sommes pas dans la même logique. Par rapport aux autres agriculteurs du groupe, je me distingue parce que la ferme est plus grande. Avec 150 hectares de blé tendre, il y a un effet dimension : je ne peux pas me laisser déborder. Il se peut que je fasse un fongicide en préventif. Je ne veux pas me laisser manger par l’effet court terme. Ce qui signifie aussi que je ne veux pas changer tout le temps : j’ai choisi une méthode, je m’y tiens… ce qui crée parfois des tensions avec Bertrand Omon. »

Les plus lus

Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
 © C. Baudart
Comment réussir son départ en retraite quand on est agriculteur ?
Dans combien de temps partirez-vous à la retraite ? Quels seront vos revenus ? Que devient votre exploitation ? Des questions à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures