Aller au contenu principal

Jaunisse betterave: des alternatives aux néonicotinoïdes efficaces à condition de les associer (Anses)

Des efficacités qui n’atteignent pas celles des insecticides de synthèse, à moins de combiner plusieurs leviers. Tel est en résumé le dernier avis de l’Anses sur les méthodes de lutte alternatives aux néonicotinoïdes contre les pucerons de la jaunisse sur betterave.

Contre la jaunisse véhiculée par les pucerons, les insecticides restent les solutions les plus efficaces mais avec le risque de développement de populations résistantes de pucerons. © Réussir SA
Contre la jaunisse véhiculée par les pucerons, les insecticides restent les solutions les plus efficaces mais avec le risque de développement de populations résistantes de pucerons.
© Réussir SA

Début juin 2021, l’Anses a remis son avis reposant sur un Rapport d’expertise collective sur « l’Efficacité des traitements disponibles pour lutter contre les pucerons de la betterave ». Plus clairement, il s’agit de trouver des solutions alternatives aux néonicotinoïdes pour lutter contre les virus de la jaunisse transmis par des pucerons.

Faute d’avoir la solution miracle pour remplacer à terme les néonicotinoïdes avec une performance identique, l’Anses préconise « la combinaison de plusieurs de ces méthodes pour obtenir une efficacité suffisante et durable. Utilisées seules, ces méthodes ont des efficacités insuffisantes pour réduire les niveaux de dégâts sous le seuil d’acceptabilité commerciale. »

Sur la base d’une analyse de près de 4000 références bibliographiques, l’Anses réactualise un avis émis en 2018. Le rapport d’expertise met en avant l’efficacité d’insecticides foliaires déjà disponibles à base de flonicamide (Teppeki) et de spirotetramat (Movento). Ces insecticides ont toutefois montré leurs limites lors de la pullulation de pucerons constatée en 2020.

Les autres méthodes étudiées montrent globalement un niveau d’efficacité moindre, mais plus durables, les spécialités chimiques pouvant générer des résistances des pucerons à terme. Les méthodes culturales (paillage, fertilisation, associations végétales…) se montreraient relativement performantes tout étant facilement opérationnelles. Il en est de même des produits phytosanitaires d’origine naturelle. Mais le rapport ne mentionne pas le coût économique de tels produits ou méthodes. L’efficacité des autres solutions (médiateurs chimiques, microorganismes, macroorganismes, stimulateurs de défense des plantes…) est plus en retrait. Un programme de recherche de 20 millions d'euros a été lancé à l'automne dernier pour mieux identifier le mode de propagation des virus et les modes d'action des outils disponibles pour l'enrayer.

 

 
Le tableau récapitulatif dressé par l'Anses montre que les leviers alternatifs ont des efficacités moindres que les produits phytosanitaires de synthèse, mais ces derniers sont aussi les moins durables. Source : Anses

 

Qu’en est-il des variétés de betteraves tolérantes aux virus de la jaunisse ? « Leur déploiement semble une option très prometteuse car de nombreux gènes de résistance ont récemment été identifiés, explique le rapport. Cette méthode aurait de plus l’avantage de l’efficacité et de la facilité de mise en œuvre pour les agriculteurs, sans impact négatif sur l’environnement. Des obstacles doivent cependant être rapidement levés pour permettre l’introduction de ces gènes de résistance dans des variétés commerciales. »

Les plus lus

betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
[vidéo] Pyrale du maïs : un quad customisé pour épandre les trichogrammes
Un quad avec épandeur de trichogramme intégré : cette innovation testée par Bioline et la coopérative Oxyane permet de simplifier…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Avec ce coup de chaud, les parcelles superficielles risquent de décrocher. Les parcelles profondes ou irriguées peuvent passer le cap sans trop de dégâts.
Coup de chaud sur les blés : faut-il craindre une chute de rendement ?
Les jours à venir s’annoncent très chauds. Par endroits, la pluviométrie de mai est déjà consommée par les plantes et le risque…
discussion trilogue
PAC : les négociations entre eurodéputés et ministres achoppent sur les mesures environnementales
Au bout de trois jours de trilogue, les négociations entre la Commission européenne, le Parlement européen et les ministres se…
Michel et Nicolas Dostes, agriculteurs à Astaffort (47)  -   "Avec des colzas développés suffisamment tôt grâce au semis direct et précoce, aucun insecticide n'a été employé l'automne dernier." © Gaec Dostes
Colza : « Ma stratégie permet d’économiser 50 à 70 euros/hectare d’insecticides »
A Astaffort dans le Lot-et-Garonne, Nicolas Dostes est passé au semis direct et à une implantation précoce du colza. La pression…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures