Aller au contenu principal

Gestion des risques
InVivo fait son entrée sur le marché de l’assurance récolte

Bioline Insurance, filiale d’InVivo spécialisée dans le courtage en assurance et créée en 2017, lance une nouvelle offre d’assurance récolte, proposée aux agriculteurs via leur coopérative.

« Il n’y a aujourd’hui que 28 % des agriculteurs qui assurent leurs récoltes. C’est embêtant pour eux et bien plus que pour eux seuls, car ils font prendre un risque à l’ensemble de la chaîne de valeur, et en premier lieu, aux coopératives », a expliqué Antoine Poupart, directeur général de Bioline Insurance, en conférence de presse le 12 novembre à Paris. C’est ce marché des agriculteurs qui ne souscrivent pas d’assurance récolte que vise la société. Cette filiale d’InVivo créée en mars 2017 est spécialisée dans le courtage d’assurance. Depuis le mois d’août, elle propose par l’intermédiaire des coopératives de nouvelles offres d’assurance récolte aux agriculteurs, pas moins chères mais comprenant davantage de garanties, en particulier un seuil de franchise plus faible.

Pour positionner son offre, Bioline Insurance a réalisé une enquête auprès de 1185 agriculteurs : « les trois-quarts des agriculteurs non assurés trouvent l’assurance récolte proposée aujourd’hui inutile ou trop chère », a résumé Antoine Poupart. Bioline Insurance a donc choisi de proposer des franchises basses par défaut de 15 % (au lieu de 25 % actuellement avec seuil de déclenchement à 30 %), qui peuvent descendre à 10 %. Les prix sont au niveau des assurances récoltes actuelles. Les contrats proposés répondent aux exigences de Bruxelles et peuvent donc être subventionnés par l’Etat.

Massification et digitalisation pour baisser les coûts

Pour pouvoir proposer cette offre plus attractive, la société a misé sur la massification. « On peut adresser via les coops 300 000 agriculteurs, soit 50 % des agriculteurs français et 80 % du marché français des agriculteurs professionnels », a expliqué Thierry Blandinières, directeur général d’InVivo. Ce potentiel a convaincu un assureur (également réassureur) de portée mondiale de garantir l’ensemble des contrats qui pourront être souscrits. L’objectif de Bioline Insurance est de conquérir un million d’hectares sur les deux campagnes à venir (2019/2020 et 2020/2021), 2018/2019 étant une campagne test. La société compte également développer son produit à l’étranger, au Brésil, ce qui permettra de diversifier encore davantage le risque porté par l’assureur.

La société de courtage table également sur la digitalisation et la simplification de la gestion administrative des contrats : ceux-ci seront proposés par les coopératives qui vont les déployer en option de contrats qu’elles signent déjà avec l’agriculteur (prix de campagne, appro…). L’exploitant souscrira le contrat dédié à l’assurance récolte lui-même, sur une plateforme digitale dédiée et indépendante. Il recevra un pdf avec une signature électronique.

11 coopératives se sont engagées dans le projet pour le moment. Parmi elles, Océalia a déjà fait signer les premiers contrats à des agriculteurs. Les dirigeants de Bioline Insurance pensent monter « assez rapidement » à trente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures