Aller au contenu principal

Gestion des risques
InVivo fait son entrée sur le marché de l’assurance récolte

Bioline Insurance, filiale d’InVivo spécialisée dans le courtage en assurance et créée en 2017, lance une nouvelle offre d’assurance récolte, proposée aux agriculteurs via leur coopérative.

« Il n’y a aujourd’hui que 28 % des agriculteurs qui assurent leurs récoltes. C’est embêtant pour eux et bien plus que pour eux seuls, car ils font prendre un risque à l’ensemble de la chaîne de valeur, et en premier lieu, aux coopératives », a expliqué Antoine Poupart, directeur général de Bioline Insurance, en conférence de presse le 12 novembre à Paris. C’est ce marché des agriculteurs qui ne souscrivent pas d’assurance récolte que vise la société. Cette filiale d’InVivo créée en mars 2017 est spécialisée dans le courtage d’assurance. Depuis le mois d’août, elle propose par l’intermédiaire des coopératives de nouvelles offres d’assurance récolte aux agriculteurs, pas moins chères mais comprenant davantage de garanties, en particulier un seuil de franchise plus faible.

Pour positionner son offre, Bioline Insurance a réalisé une enquête auprès de 1185 agriculteurs : « les trois-quarts des agriculteurs non assurés trouvent l’assurance récolte proposée aujourd’hui inutile ou trop chère », a résumé Antoine Poupart. Bioline Insurance a donc choisi de proposer des franchises basses par défaut de 15 % (au lieu de 25 % actuellement avec seuil de déclenchement à 30 %), qui peuvent descendre à 10 %. Les prix sont au niveau des assurances récoltes actuelles. Les contrats proposés répondent aux exigences de Bruxelles et peuvent donc être subventionnés par l’Etat.

Massification et digitalisation pour baisser les coûts

Pour pouvoir proposer cette offre plus attractive, la société a misé sur la massification. « On peut adresser via les coops 300 000 agriculteurs, soit 50 % des agriculteurs français et 80 % du marché français des agriculteurs professionnels », a expliqué Thierry Blandinières, directeur général d’InVivo. Ce potentiel a convaincu un assureur (également réassureur) de portée mondiale de garantir l’ensemble des contrats qui pourront être souscrits. L’objectif de Bioline Insurance est de conquérir un million d’hectares sur les deux campagnes à venir (2019/2020 et 2020/2021), 2018/2019 étant une campagne test. La société compte également développer son produit à l’étranger, au Brésil, ce qui permettra de diversifier encore davantage le risque porté par l’assureur.

La société de courtage table également sur la digitalisation et la simplification de la gestion administrative des contrats : ceux-ci seront proposés par les coopératives qui vont les déployer en option de contrats qu’elles signent déjà avec l’agriculteur (prix de campagne, appro…). L’exploitant souscrira le contrat dédié à l’assurance récolte lui-même, sur une plateforme digitale dédiée et indépendante. Il recevra un pdf avec une signature électronique.

11 coopératives se sont engagées dans le projet pour le moment. Parmi elles, Océalia a déjà fait signer les premiers contrats à des agriculteurs. Les dirigeants de Bioline Insurance pensent monter « assez rapidement » à trente.

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Sur céréales, l'intensité des dégâts est lié à l’espèce, au stade et à l’exposition. © C. Baudart
Gel : des pertes autour de 10 % en colza et betterave
Les dégâts liés à l’épisode de gel qui a frappé les campagnes françaises à partir du 12 avril commencent à être chiffrés en…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures