Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Gestion des risques
InVivo fait son entrée sur le marché de l’assurance récolte

Bioline Insurance, filiale d’InVivo spécialisée dans le courtage en assurance et créée en 2017, lance une nouvelle offre d’assurance récolte, proposée aux agriculteurs via leur coopérative.

« Il n’y a aujourd’hui que 28 % des agriculteurs qui assurent leurs récoltes. C’est embêtant pour eux et bien plus que pour eux seuls, car ils font prendre un risque à l’ensemble de la chaîne de valeur, et en premier lieu, aux coopératives », a expliqué Antoine Poupart, directeur général de Bioline Insurance, en conférence de presse le 12 novembre à Paris. C’est ce marché des agriculteurs qui ne souscrivent pas d’assurance récolte que vise la société. Cette filiale d’InVivo créée en mars 2017 est spécialisée dans le courtage d’assurance. Depuis le mois d’août, elle propose par l’intermédiaire des coopératives de nouvelles offres d’assurance récolte aux agriculteurs, pas moins chères mais comprenant davantage de garanties, en particulier un seuil de franchise plus faible.

Pour positionner son offre, Bioline Insurance a réalisé une enquête auprès de 1185 agriculteurs : « les trois-quarts des agriculteurs non assurés trouvent l’assurance récolte proposée aujourd’hui inutile ou trop chère », a résumé Antoine Poupart. Bioline Insurance a donc choisi de proposer des franchises basses par défaut de 15 % (au lieu de 25 % actuellement avec seuil de déclenchement à 30 %), qui peuvent descendre à 10 %. Les prix sont au niveau des assurances récoltes actuelles. Les contrats proposés répondent aux exigences de Bruxelles et peuvent donc être subventionnés par l’Etat.

Massification et digitalisation pour baisser les coûts

Pour pouvoir proposer cette offre plus attractive, la société a misé sur la massification. « On peut adresser via les coops 300 000 agriculteurs, soit 50 % des agriculteurs français et 80 % du marché français des agriculteurs professionnels », a expliqué Thierry Blandinières, directeur général d’InVivo. Ce potentiel a convaincu un assureur (également réassureur) de portée mondiale de garantir l’ensemble des contrats qui pourront être souscrits. L’objectif de Bioline Insurance est de conquérir un million d’hectares sur les deux campagnes à venir (2019/2020 et 2020/2021), 2018/2019 étant une campagne test. La société compte également développer son produit à l’étranger, au Brésil, ce qui permettra de diversifier encore davantage le risque porté par l’assureur.

La société de courtage table également sur la digitalisation et la simplification de la gestion administrative des contrats : ceux-ci seront proposés par les coopératives qui vont les déployer en option de contrats qu’elles signent déjà avec l’agriculteur (prix de campagne, appro…). L’exploitant souscrira le contrat dédié à l’assurance récolte lui-même, sur une plateforme digitale dédiée et indépendante. Il recevra un pdf avec une signature électronique.

11 coopératives se sont engagées dans le projet pour le moment. Parmi elles, Océalia a déjà fait signer les premiers contrats à des agriculteurs. Les dirigeants de Bioline Insurance pensent monter « assez rapidement » à trente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures