Aller au contenu principal

Réchauffement climatique
Insérer l´agriculture dans les marchés du carbone

L´agriculture génère 20 % des gaz à effet de serre émis sur le territoire français. La Saf-agriculteurs de France suggère de valoriser son potentiel de réduction.


« L ´agriculture présente un fort potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre, évalué à plus d´une quinzaine de milliers de tonnes d´équivalent CO2 évitées par an. Cependant le cadre actuel ne lui permet pas de tirer un bénéfice financier incitant la mise en oeuvre de projets réducteurs d´émissions. »
C´est le constat établi par la Saf-agriculteurs de France qui a initié début 2005 un groupe de travail « agriculture et effet de serre », en partenariat avec l´Ademe et la mission climat de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), et a lancé une étude dont elle vient de publier le rapport. L´objectif est de montrer comment le secteur agricole peut participer aux marchés du carbone pour valoriser sa contribution aux réductions d´émissions de gaz à effet de serre (GES).
©J.-J. Biteau

L´agriculture non soumise à quota d´émissions
« Sa contribution à la lutte contre le réchauffement climatique est triple : réduire ses émissions, participer à la substitution d´énergie fossile par la biomasse et séquestrer du CO2 », souligne le rapport rédigé par Alexia Leseur, aujourd´hui en poste à la mission climat de la CDC.
L´agriculture comme les secteurs des transport ou du bâtiment, n´est pas soumise à quotas d´émissions. C´est-à-dire qu´elle n´entre pas dans le cadre du marché européen de crédits carbones mis en place dans l´UE, concernant certains acteurs économiques. Il en résulte que « pour l´instant, seules 30 % des émissions françaises de GES sont concernées par ce mécanisme financier. Ce dernier permet de pénaliser les industries qui accroissent leurs émissions et rémunère celles qui les réduisent ». Non inclus dans ce marché, les acteurs économiques générant près des trois quarts restants n´ont donc pas accès à ce mécanisme d´incitation pour les réduire. L´agriculture, en particulier, représente pourtant 20 % des émissions françaises.

Au-delà du potentiel de réduction que cela représente, elle joue aussi un rôle significatif via sa capacité à séquestrer du carbone grâce à la photosynthèse et comme fournisseur de biomasse destinée à remplacer une part de l´énergie fossile.
« Certains marchés du carbone existants dans le monde intègrent l´agriculture, comme en Nouvelle-Zélande, Australie, Canada ou Etats-Unis », souligne le rapport.
A leur image, une autre voie pourrait être développée en France au travers de projets dits « domestiques ». Le principe « est de permettre une valorisation financière des réductions d´émissions de gaz à effet de serre via l´attribution de crédits carbone ou de leur valeur correspondante ». Il consisterait à faire agréer par les pouvoirs publics des projets de réduction, dont les émissions évitées par rapport à une situation de référence sont dûment évaluées puis vérifiées. Le financement de la rémunération est généré par la contribution du projet à la diminution des émissions globales de la France venant alors augmenter le nombre de crédits carbones qu´elle pourra valoriser dans le cadre du protocole de Kyoto.
©J.-J. Biteau

Des décisions à prendre par les pouvoirs publics
D´ores et déjà, des actions « éprouvées et relativement simples à mettre en oeuvre » pourraient entrer dans ce schéma et se développer. « Parmi celles-ci, figurent les projets d´utilisation de la biomasse (paille, bois, cultures dédiées) à des fins énergétiques, la méthanisation des déjections animales ou encore la modification de pratiques agricoles du type introduction de trèfle dans les prairies ». Elles permettraient de réduire l´usage d´engrais azotés, gros émetteurs de GES. Concrètement, pour regrouper un nombre suffisant d´agriculteurs et peser significativement en termes de réductions, « les projets devraient être portés par l´ensemble d´une filière, une coopérative, des associations d´agriculteurs ou autres organismes agricoles ».
Pour la Saf-agriculteurs de France, le secteur agricole devra « tôt ou tard engager des actions pour réduire ses émissions ». Plutôt qu´attendre passivement une nouvelle contrainte, elle préconise d´utiliser les marchés du carbone « pour trouver des retours intéressants tant en termes financier que d´image ». Mais les conditions pour qu´un tel mécanisme voit le jour et donne lieu à appel à projets « ne sont pas réunies aujourd´hui en France. Elles relèvent en grande partie de décisions des pouvoirs publics qui restent à prendre ». Les regards sont tournés vers les ministères de l´Écologie et de l´Agriculture.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures