Aller au contenu principal

Insecticide colza : le phosmet interdit dès 2022

La Commission européenne a décidé le non-renouvellement de l’approbation du phosmet, insecticide utilisé sur colza pour lutter principalement contre les altises. Un mauvais coup pour la filière.

Sur une pression moyenne de ravageurs cet automne 2021, le produit Boravi WG (phosmet) a été vendu pour 700 000 hectares de colza.
Sur une pression moyenne de ravageurs cet automne 2021, le produit Boravi WG (phosmet) a été vendu pour 700 000 hectares de colza.
© C. Gloria

Le sort du phosmet était scellé, il fallait s’y attendre. La Commission européenne a pris la décision le 24 janvier de ne pas renouveler l’approbation du phosmet, l’une des toutes dernières substances actives insecticides encore performante sur colza en France.

« Cette approbation arrive à expiration le 31 juillet 2022 », précise le règlement d’exécution de la Commission. Or, les insecticides à base de cette matière active (Boravi WG…) constituent la meilleure arme pour lutter contre les altises à l’automne, très nuisibles sur colza certaines années. Les autres produits sont peu efficaces contre ce ravageur.

Dès décembre 2020, Terres Inovia alertait sur un « scénario catastrophe de non-réapprobation du phosmet. » En l’absence de ce moyen de lutte, « les surfaces plafonneront à 900 000 hectares les bonnes années et à 700 000 hectares les mauvaises années, estime l’institut technique. Les secteurs géographiques les plus touchés seront les zones intermédiaires, où le colza constitue depuis plusieurs décennies une culture clé dans des assolements à dominante céréalière. »

Un délai d’utilisation jusqu’au 1er novembre ?

La Commission européenne présente plusieurs arguments à l’encontre du phosmet : « L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a mis en lumière un risque inacceptable pour les opérateurs, les travailleurs, les passants et les résidents, même avec l’utilisation d’équipements de protection individuelle ou l’application des mesures d’atténuation disponibles. Elle a également mis en évidence un risque aigu et chronique élevé pour les consommateurs et les organismes aquatiques, ainsi qu’un risque élevé pour les oiseaux, les mammifères et les arthropodes non ciblés (y compris les abeilles). »

Les États membres se voient accorder un délai pour retirer les autorisations des produits phytopharmaceutiques contenant du phosmet. L’article 4 du règlement précise que « tout délai de grâce accordé par les États membres conformément à l’article 46 du règlement (CE) n° 1107/2009 expire au 1er novembre 2022. » Pour les producteurs de colza, l’espoir de pouvoir utiliser le phosmet contre les altises cet automne avant novembre subsiste.

« Nous attendons la notification de l’Anses sur la décision européenne qui pèsera sur celle du gouvernement. Si un délai est accordé jusqu’au 1er novembre, cela couvrira les applications contre les adultes d’altises mais peu contre les larves dont la lutte se déroule plus tard en saison, précise Olivier Deneufbourg, responsable de la société Gowan France, qui commercialise Boravi WG. Cette campagne, avec une pression moyenne en ravageurs, les ventes de produit ont été réalisées pour 700 000 hectares de colza. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les blés en sols superficiels et les parcelles tardives sont les plus pénalisés par la sécheresse, tout comme les orges de printemps. Pour les autres cultures, le retour rapide des pluies est nécessaire pour ne pas dégrader les potentiels de rendement.
Sécheresse 2022 : quelles cultures sont les plus à risque ?
En sols très superficiels et dans le sud-est de la France, la sécheresse actuelle aura un impact sur le rendement des céréales à…
Fumier alimentant un méthaniseur. Le modèle français privilégie les effluents et les Cive en méthanisation  pour préserver la vocation alimentaire de l'agriculture, mais certains pointent des dérives, faute de contrôles.
Méthanisation agricole : la réalité du modèle français remise en question
La méthanisation agricole à la française affiche se veut vertueuse : elle n’est pas censée concurrencer l’alimentation, en s’…
Méthaniseur agricole. Le futur de la méthanisation agricole est menacé par l'évolution d'un contexte réglementaire et économique favorable aux grandes unités industrielles.
Hausse des coûts, baisse des tarifs : la méthanisation agricole prise en étau
Après une phase de fort développement, tiré par l’injection, la méthanisation agricole connaît un coup d’arrêt provoqué par l’…
Les échanges fréquents sont indispensables pour une bonne relation employeur-employé
Embauche en agriculture : 5 conseils pour recruter le bon salarié et le garder
Trouver un salarié est souvent un souci : l’agriculture peine à trouver des bras. Pour attirer les profils recherchés, le salaire…
Élaborer son cadre de gestion permet de dissocier la réflexion de l’action, évitant les tergiversations ou les intuitions au doigt mouillé lorsque se pose la question de vendre.
Commercialisation des grains : établir un cadre de gestion pour sécuriser ses décisions
Il est indispensable d’élaborer au calme une stratégie de commercialisation avant la campagne pour être réactif et rationnel au…
Des plaques engluées avec des capsules émettant des substances attractives de bruches peuvent permettre de faire baisser de 50 % les grains bruchés.
Féverole : des leurres olfactifs pour détourner les bruches de la culture
Les moyens de lutte efficaces manquent contre la bruche de la féverole. L’utilisation de solutions de biocontrôle à base de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures