Aller au contenu principal

Interview de Philippe Mangin
« Il faut soutenir les PME du secteur agroalimentaire »

Philippe Mangin, président de la coopérative EMC2 et de Coop de France, défend un secteur agroalimentaire français puissant, associant grandes entreprises et PME.


Quelle place occupent les coopératives dans l´agroalimentaire français ?
Philippe Mangin - Environ 40 % du chiffre d´affaires de l´industrie agroalimentaire française est réalisé par des coopératives. Ceci est variable selon les secteurs. Par exemple dans le sucre, la coopération transforme les deux tiers des volumes. En malterie avec Malteurop, en meunerie avec Nutrixo, les coopératives sont parmi les entreprises leaders de leur secteur en France et en Europe.
Cette place est-elle reconnue ?
P. M. - Du grand public, du consommateur, certainement pas. Qui sait que Florette, marque leader en 4e gamme, est une filiale de la coopérative Agrial ? Nous n´avons jamais mis en avant l´origine « coopérative » des produits. C´est sans doute un tort et nous réfléchissons à cette question autour de la certification AgriConfiance qui est une marque propriété de la coopération. Faire figurer AgriConfiance sur l´étiquette pourrait être un moyen d´identifier l´origine coopérative du produit.
Vous avez été à l´origine du plan pour l´agroalimentaire. Pourquoi cette demande ?
P. M. - Effectivement en décembre 2003, à l´occasion de la création de Coop de France, j´ai demandé au Premier ministre de lancer un plan pour l´agroalimentaire français. Il en a accepté l´idée et nommait six mois plus tard un secrétaire d´État, Nicolas Forissier, chargé de l´élaboration de ce plan. J´ai fait cette demande avec une grande conviction. Le secteur agroalimentaire en France est le premier secteur de l´économie en chiffre d´affaires et le second en emplois. Il transforme plus de 70 % de la Ferme
« France » et est devenu premier exportateur mondial. C´est dire si, sans lui, l´agriculture française serait menacée. Avec la réforme de la Pac et les négociations à l´OMC, nous avons besoin d´une industrie de transformation encore plus innovante, plus performante et plus agressive sur les marchés européens et mondiaux. Il en va de l´avenir de nos élevages comme de nos champs : nous aurons besoin d´usines à leur proximité !
Enfin, depuis vingt-cinq ans, pas un ministère ne s´occupait réellement de l´agroalimentaire ou de l´agro-industrie, c´est incroyable, mais vrai. Le résultat, c´est que les 10 000 PME étaient livrées à elles-mêmes.
Or, nous avons besoin de ce tissu de PME qui garantit la diversité de l´alimentation française et de ses traditions, comme nous avons besoin qu´il existe en France de grands leaders mondiaux. Savez-vous que sur les cent premières entreprises mondiales de l´agroalimentaire, on n´en compte que cinq françaises et que la première est à la quatorzième place ? Si nous ne réagissons pas, on se fera bousculer par des grandes multinationales étrangères et l´agriculture française en souffrira terriblement.
Que pensez-vous de ce plan ?
P. M. - Le plan élaboré par Nicolas Forissier est un bon début : d´abord parce qu´il a permis de faire un état des lieux que le ministère de l´Agriculture ne possédait même pas ; ensuite, parce qu´il débouche sur une première série de mesures en faveur des PME qu´il était urgent d´obtenir pour renforcer la recherche-innovation, pour participer de façon plus musclée à des salons dans le monde, pour élaborer des stratégies d´exportation ou pour transmettre les entreprises souvent de taille familiale. Je me battrai donc pour que ce plan ne soit pas abandonné et qu´au contraire on passe à la vitesse supérieure. Les agriculteurs sont face à deux enjeux indissociables : le prix des produits agricoles et les débouchés de leurs produits.
Les coopératives sont-elles concernées par la Loi d´orientation agricole ?
P. M. - La LOA ne traite pas au fond les deux enjeux que je viens d´évoquer. On nous dit « mais l´État ne peut rien faire. ». C´est faux.
Comme le proposent les Jeunes Agriculteurs à l´occasion de leur congrès, l´État doit d´abord se battre pour que Bruxelles réaffirme un autre principe de préférence communautaire et corrige le droit de la concurrence.
Ensuite, l´État doit inciter les agriculteurs à mieux maîtriser la commercialisation de leurs produits et ce par la contractualisation. Il doit encourager les producteurs à s´organiser plus et mieux face à leurs clients et inviter tous les acteurs des filières à constituer des interprofessions efficaces.
Le projet de loi reprend nos propositions visant à développer une meilleure appropriation de la coopérative par ses adhérents, en améliorant certains points de la gouvernance.
La loi prévoit la constitution d´un Haut Conseil de la Coopération Agricole qui aurait, comme nous le souhaitons, deux missions : une mission éthique visant au bon respect des spécificités coopératives et une mission de veille stratégique en vue d´une meilleure structuration des filières.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
Terres agricoles : l'indice des fermages 2020 est publié
Le nouvel indice du fermage est connu. En légère hausse de 0,55 %, il est de 105,33. Ce chiffre permet de déterminer le montant…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures