Aller au contenu principal

JEAN-PIERRE BUTAULT, ÉCONOMISTE A L'INRA
"Il existe un risque de céréalisation de la France"

Depuis 1995, l’agriculture française voit sa compétitivité se tasser. Pour l’économiste Jean-Pierre Butault, cette évolution amène à s’interroger sur l’organisation des filières.

La baisse de la compétitivité de l’agriculture française est-elle avérée ?
Depuis 1995, on constate que les importations augmentent plus vite que les exportations, ce qui témoigne d’un recul de la compétitivité. Celle-ci mesure en effet la capacité des entreprises à répondre à la demande intérieure tout en s’implantant sur des marchés étrangers. On la relie souvent à l’exportation, mais si, pour exporter, on perd en contrepartie le marché intérieur, cela n’a guère de sens.


Comment expliquer cette perte de vitesse ?
Du début des années 60, date de la mise en place du modèle intensif, jusqu’à 1995, la compétitivité a augmenté sous l’effet d’une forte hausse de la productivité de 2 % par an. L’utilisation accrue des intrants était alors largement compensée par la hausse des rendements. Le secteur des grandes cultures a joué un rôle moteur important. La moitié des gains de productivité enregistrés en élevage porcin s’expliquaient ainsi par la baisse du coût de l’aliment. Un retournement s’est opéré à partir de 1995. En grandes cultures, surtout en blé, on peut le mettre en relation avec la stagnation des rendements, qui ne provient pas d’une baisse des intrants. Pour d’autres secteurs, ce tassement de la compétitivité est lié à la libéralisation des échanges.


Pourquoi ?
Pour certaines productions, la compétitivité était artificielle. Par exemple, la suppression des restitutions s’est traduite par l’écroulement d’une partie du secteur avicole et par une baisse de la production en viande bovine.Mais y a-t-il un intérêt à exporter des volailles que l’on nourrit avec du soja brésilien, avec des marges très faibles et qui nécessitent des subventions ? Une des faiblesses de la France a été de miser sur des productions de base, comme l’export des volailles au Moyen Orient. Dans ces secteurs, le coût est une composante importante. Ces marchés étaient fortement protégés par la PAC, et la France s’est reposée là-dessus. Quand on a enlevé ces aides critiquables, peut-être n’a-t-on pas su s’organiser pour s’implanter sur des marchés plus porteurs. Il n’y a désormais plus qu’en grandes cultures que la France peut opter pour une production de commodities.


Les grandes cultures sont donc épargnées ?
Elles n’ont pas été touchées par des pertes de marché. Les céréales, c’est ce qui restera si on ne fait plus autre chose, et il existe d’ailleurs un risque de « céréalisation » de la France. La question de la compétitivité reste néanmoins importante, puisque c’est elle qui déterminera le nombre de producteurs et leur niveau de rémunération. Au jourd’hui, l’enjeu est d’enrayer la stagnation des rendements tout en essayant d’adopter des pratiques plus conformes au respect de l’environnement. La recherche a un rôle très important à jouer, car le rendement sera une composante essentielle du revenu des producteurs en grandes cultures. On peut aussi s’interroger sur la compétitivité réelle du colza ou de la betterave. Elle est actuellement très favorisée par la demande pour les agrocarburants, mais qu’en sera-t-il si l’on passe aux agrocarburants de seconde génération ?


L’état de la compétitivité de l’agriculture française est-elle alarmante ?
Il y a eu une dégradation,mais la France reste un grand pays exportateur et son agriculture dispose de nombreux atouts. Il est en revanche bénéfique de ne pas se voiler la face, comme on a pu le faire lorsque l’on refusait de voir qu’une large part de nos exportations dépendaient de subventions dans certains secteurs. La compétitivité est influencée par la productivité, qui joue sur les coûts de production, mais les aspects ‘hors coût’, tels que la capacité à s’adapter à l’évolution de la demande, sont décisifs. Il faut réfléchir à l’organisation des filières permettant de dégager de la valeur ajoutée.


IDENTITE

Jean-Pierre Butault est directeurde recherche à l’Inra. Économiste, il estspécialiste des questions de politiqueagricole et étudie depuis près dequarante ans les thématiques de lacompétitivité des agricultures et lessystèmes de production.

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
L'adaptation des dispositifs actuels est indispensable pour faire face à la multiplication des aléas climatiques, à commencer par la sécheresse, estime le député Frédéric Descrozaille. © G. Omnès
Assurance récolte : comment le rapport Descrozaille veut sauver la multirisque climatique
Face au changement climatique, le rapport du député Descrozaille propose la réarticulation de l’intervention de l’État et de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures