Aller au contenu principal

Phoma du colza
Identifier les génotypes variétaux

Partielle et durable ou totale mais friable : la résistance parfaite du colza au phoma n´existe pas. Inra et Cetiom étudient et évaluent la résistance de chaque variété.


Dans les variétés de colza, la résistance dite « spécifique » est gouvernée par un seul gène (Rlm) et elle est efficace seulement si le champignon possède le gène d´avirulence (Avrlm) correspondant. C´est une relation gène pour gène. Cette résistance monogénique est de niveau très élevé puisqu´elle empêche la formation de macules dès les premiers stades végétatifs du colza. Mais des souches de phoma n´ont pas le gène d´avirulence et sont donc virulentes sur la variété. Une utilisation massive de variétés avec le même gène de résistance provoquera le développement de ces populations pour rendre finalement caduque la lutte variétale contre le phoma.
Dans les variétés, il existe un autre type de résistance dite quantitative (car gouvernée par plusieurs gènes) et partielle. Cette résistance n´évite pas la formation de macules sur les feuilles mais agit sur la nécrose au collet en réduisant son développement. Or, c´est finalement ce dernier symptôme qui induit les pertes de rendement.
©Cetiom

Cette résistance partielle peut se révéler assez efficace pour préserver tout le potentiel productif du colza. Elle a l´avantage d´être durable dans le temps car elle ne peut être contournée par le phoma. Des variétés de colza possèdent cette résistance. à des niveaux plus ou moins élevés. L´Inra et le Cetiom souhaitent favoriser l´utilisation de résistances quantitatives.
Quelques gènes de résistance spécifiques (Rlm) sont connus sur colza. Certains ne sont pas efficaces car les souches françaises de phoma avec les gènes d´avirulence correspondants sont très rares. D´autres ne sont efficaces que dans certains secteurs de culture. Peut-on en déduire que les variétés reconnues TPS aujourd´hui combattent le phoma grâce à un niveau de résistance quantitative élevé ? Ou que ces variétés ne peuvent présenter le caractère TPS sur l´ensemble des situations agricoles en France ? L´Inra (Versailles et Rennes) et le Cetiom s´emploient à lever les zones d´ombre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures