Aller au contenu principal

Réchauffement climatique
Hausse de 20 % du nombre d'espèces de pucerons en trente ans

En trente ans de suivi des populations de pucerons en Europe, on dénombre une hausse de 20% du nombre d’espèces. Les chercheurs sont formels : la hausse des températures en est la cause.

Les pucerons aiment la douceur de notre climat. Cela tombe bien pour eux : il fait de plus en plus doux. Après quarante ans de piégeage sur tout le territoire européen, les chercheurs l’affirment : le réchauffement climatique favorise l’augmentation du nombre d’espèces de pucerons en France. « L’optimum de température des pucerons est de 20 °C, explique Maurice Hullé, chercheur en biologie des organismes et des populations à l’Inra de Rennes. Or, la température moyenne est aujourd’hui de 12 °C. Le phénomène va donc s’amplifier. Déjà en France, nous capturons quarante espèces de plus qu’il y a trente ans, soit une hausse de 20 %. » C’est colossal ! Cette augmentation suit de très près celle des températures moyennes qui, dans le même laps de temps, ont gagné plus de 1 °C dans l’Hexagone. En fait, plusieurs phénomènes se conjuguent. « La situation s’explique d’abord par l’introduction d’espèces nouvellesvenant des régions tropicales et des États-Unis. C’est le cas de pucerons des agrumes », précise le chercheur.Déjà plus de 8 % des espèces européennes de pucerons sont d’origine exotique. « À cela, il faut ajouter l’augmentation de la population d’espèces déjà présentes sur notre territoire. Jusqu’alors, elles étaient en nombre tellement limité qu’on ne les détectait pas dans nos pièges. C’est le cas d’un puceron spécifique de l’oignon et un autre sur pin ornemental. »

23 GÉNÉRATIONS PAR AN
Avec une température moyenne de 12 °C, un puceron donne vie à 18 générations par an en moyenne. Or, les pucerons vivent en dessous de leur température optimale de développement. Si les températures augmentent de 2 °C, les pucerons passent à 23 générations par an. Avec une fécondité moyenne de 40 larves par puceron et par génération, on multiplie alors le nombre d’individus potentiels par cent millions ! Heureusement, la hausse du nombre d’espèces de pucerons ne s’est pas accompagnée d’une hausse du nombre d’individus. « La température engendre une augmentation du nombre des pucerons, mais elle s’accompagne d’une recrudescence de leurs ennemis naturels, comme les coccinelles, les syrphes, les hyménoptères parasites ou les champignons entomopathogènes », explique Maurice Hullé. Un équilibre semble donc se créer entre les pucerons ennemis des cultures et leurs prédateurs ou parasites. « Cela fait 35 ans que je surveille l’évolution des pucerons et je n’ai pas observé de bouleversements majeurs dans la répartition des espèces ni dans leur fréquence, alors que les modes de production ont changé et que les rendementsont augmenté. C’est plutôt rassurant », constate Charles-Antoine Dedryver, chercheur à l’Inra de Rennes.

UN MOIS D’ACTIVITÉ EN PLUS

Grâce au réseau de piégeage européen nommé Examine(1), en plus de l’augmentation du nombre d’espèces, les chercheurs ont fait le constat d’un allongement de la période d’activité des pucerons au cours de l’année. « En tout début de printemps, les pucerons qui ont passé l’hiver sous un arbre produisent des individus ailés chargés de coloniser d’autres plantes, explique Maurice Hullé. Nous avons constaté une avance d’un mois par rapport aux années 70. De même, l’activité de ces insectes se prolonge en automne, ce qui peut avoir des conséquences notables pour les céréales avec les pucerons vecteurs de virus. » Cet avan-cement du cycle a été mis en évidence en Grande-Bretagne avec le puceron vert du pêcher (Myzus persicae), très polyphage. De plus, les chercheurs craignent qu’avec le réchauffement climatique, il se produise une désynchronisation dans le temps des cycles de développement entre les plantes, les pucerons et leurs ennemis naturels, ce qui pourrait avoir de lourdes conséquences.

UN ÉQUILIBRE PRÉCAIRE

Par exemple, si un prédateur a une température de développement légèrement plus basse que celle du puceron, lors des printemps précoces et chauds, il émergera trop tôt et mourra faute de pucerons pour se nourrir. Si ce phénomène se répète plusieurs années de suite, cela peut conduire à son extinction.Autre exemple avec le puceron du pois (Acrythosiphum pisum) après un hiver particulièrement doux, les pucerons émergent très tôt, bien avant les coccinelles. Ils peuvent alors prospérer sans être freinés par la prédation des coccinelles, qui en consomment chacune une petite centaine par jour dès leur premier stade larvaire ! Les pucerons ont encore de beaux jours devant eux. Le réchauffement climatique pourrait même leur permettre de se passer de la reproduction sexuée puisque ces drôles d’insectes ont la faculté de se multiplier par clonage (ou parthénogénèse), ce qui leur permettrait d’augmenter encore le nombre annuel de générations. Étonnant non ! !

Nicole Ouvrard

(1) Le réseau de piégeage Examine comprend 70 pièges répartis dans 19 pays européens depuis 1967. Il s’agit du plus ancien observatoire permanent de populations d’insectes au monde.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures