Aller au contenu principal

Guerre en Ukraine : la production de semences touchée durablement

Limagrain, Maïsadour, Euralis : Les grands semenciers français sont très présents en Ukraine et la guerre affecte sérieusement leur activité. Faute de multiplication sur place, ils alertent sur une pénurie de semences pour les récoltes 2023 et 2024.

Pour les semenciers français, l’Ukraine constitue le deuxième marché hors UE.
Pour les semenciers français, l’Ukraine constitue le deuxième marché hors UE.
© N. Ouvrard

Quelles récoltes en Ukraine en 2022 ? L’inquiétude perdure tant la guerre affecte les disponibilités mondiales de blé, maïs et tournesol. Pour l’Union Française des Semenciers, dont une quinzaine d’entreprises adhérentes sont implantées en Ukraine, la production agricole sera « au mieux de 60 % de la production normale ».

Pire, « la récolte 2023 et peut même l’année suivante seront impactées », et cela même si la guerre devait rapidement trouver une issue. « Nous rentrons dans un tunnel d’au moins deux ans qui va être très perturbant pour l’ensemble des marchés », indiquait Claude Tabel, président de l’UFS, le 14 avril 2022. « S’il fallait revenir à une situation normale, nous n’aurions pas les semences nécessaires. Pour les semis de 2023, les plans de multiplication sont faits. Au mieux, il manquera 50 % de nos semences pour l’an prochain ».

Les deux tiers des semences utilisées en Ukraine sont produits sur place, notamment par des semenciers français, avec des variétés spécifiques adaptées au contexte. Le tiers des besoins est importé de France. Pour les entreprises françaises, l’Ukraine constitue le deuxième marché hors UE, avec un chiffre d’affaires en Ukraine de 400 millions d’euros. Rien que pour les exportations de semences vers l’Ukraine, le chiffre d’affaires des entreprises atteint 100 millions d’euros. « Nous exportons des semences commerciales, qui sont vendues aux agriculteurs pour faire une production de grains. Nous exportons aussi des semences de base, que l’on fournit à des agriculteurs multiplicateurs, qui produisent les semences qui seront vendues l’année d’après », précise Claude Tabel.

Depuis le début de la guerre, les entreprises présentes en Ukraine ont transféré leurs activités hors du pays, en particulier en Pologne. Sur place, le risque est réel : un obus aurait par exemple frappé une entreprise au sud-est de Kiev, sans faire de victime mais occasionnant des dégâts, l’abandon du site puis le pillage du stock.

« Depuis le 1er avril, nous constatons une reprise des activités de production et conditionnement sur place et une certaine reprise de l’acheminement des semences ». Grâce aux « green corridors » mis en place par le gouvernement ukrainien, 60 % des commandes de maïs et 90 % de celles de tournesol, sont arrivées à destination.

Pour la quinzaine d’entreprises françaises implantées dans le pays, dont Limagrain, RAGT, Maïsadour, Euralis ou Florimond-Desprez, l’impact économique est très net : 60 millions d’euros de chiffre d’affaires ne seront pas réalisés, soit une baisse de -20 %.  « Pour certains de nos membres, dont l’Ukraine représentait 30 à 40 % de leur chiffre d’affaires, l’impact est plus important », observe Claude Tabel. Dans tous les cas, le risque économique reste majeur : Outre le risque pour les populations, le risque de défaut de paiement des clients est important, comme le devenir des usines et les stocks dans les zones de guerre. Aucune assurance ne couvre désormais ces activités : la guerre est un cas de force majeure, qui rend tout contrat caduc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les blés en sols superficiels et les parcelles tardives sont les plus pénalisés par la sécheresse, tout comme les orges de printemps. Pour les autres cultures, le retour rapide des pluies est nécessaire pour ne pas dégrader les potentiels de rendement.
Sécheresse 2022 : quelles cultures sont les plus à risque ?
En sols très superficiels et dans le sud-est de la France, la sécheresse actuelle aura un impact sur le rendement des céréales à…
Méthaniseur agricole. Le futur de la méthanisation agricole est menacé par l'évolution d'un contexte réglementaire et économique favorable aux grandes unités industrielles.
Hausse des coûts, baisse des tarifs : la méthanisation agricole prise en étau
Après une phase de fort développement, tiré par l’injection, la méthanisation agricole connaît un coup d’arrêt provoqué par l’…
Fumier alimentant un méthaniseur. Le modèle français privilégie les effluents et les Cive en méthanisation  pour préserver la vocation alimentaire de l'agriculture, mais certains pointent des dérives, faute de contrôles.
Méthanisation agricole : la réalité du modèle français remise en question
La méthanisation agricole à la française affiche se veut vertueuse : elle n’est pas censée concurrencer l’alimentation, en s’…
Les échanges fréquents sont indispensables pour une bonne relation employeur-employé
Embauche en agriculture : 5 conseils pour recruter le bon salarié et le garder
Trouver un salarié est souvent un souci : l’agriculture peine à trouver des bras. Pour attirer les profils recherchés, le salaire…
Lorsque l'on commercialise soi-même sa récolte, le mental est le premier facteur de la performance, d'où l'importance de canaliser ses émotions.
Vendre sa récolte : déjouez les pièges de vos émotions
Au moment de décider de vendre, nos émotions exercent une influence considérable et rarement bénéfique. En avoir conscience…
Élaborer son cadre de gestion permet de dissocier la réflexion de l’action, évitant les tergiversations ou les intuitions au doigt mouillé lorsque se pose la question de vendre.
Commercialisation des grains : établir un cadre de gestion pour sécuriser ses décisions
Il est indispensable d’élaborer au calme une stratégie de commercialisation avant la campagne pour être réactif et rationnel au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures