Aller au contenu principal

Semis du colza
Graines recherchent produits inertes pour mélange profitable

Pour le semis d´hybrides ou d´associations variétales de colza, les doses de graines préconisées à l´ha sont environ la moitié de celles conseillées pour les lignées. Ceci incite le producteur à mélanger ses semences avec des anti-limaces, engrais... Dans certaines situations, c´est très pratique.


A quelle densité semer son colza ? L´agriculteur doit viser une densité de plantes à la sortie hiver et estimer le taux de pertes entre son semis et février-mars pour calculer sa dose de graines à l´hectare. Qualité du lit de semences, type de sol et de préparation, dates de semis, attaques de limaces, conditions d´humidité, résidus de cultures, climat de la région... les facteurs influant sur la réussite de l´implantation et de la levée du colza sont multiples.
Pour les lignées, les préconisations de densités de plantes à la sortie hiver tournent autour de 60 pieds au m2. C´est une densité sécuritaire. Les colzas peuvent présenter des rendements remarquables à des densités plus faibles. C´est le cas notamment pour les associations variétales (composites) et les hybrides restaurés. Ces derniers prennent une place croissante en France.
Dans la présentation de leurs hybrides, les semenciers insistent sur les densités de semis à respecter. Exemple de Dekalb. &quote;Nous recommandons des densités en sortie hiver de 30 plantes au m2 pour nos hybrides Extra et Explusu, rapporte Lionel Lordez, chef de marché oléagineux.
Pour Alain Treil, NK : &quote;On peut se permettre de viser une densité sortie hiver de 20 à 30 plantes/m2 mais l´optimum se situe à 30-35 pieds/m2.&quote; Le semencier Rustica apporte les mêmes recommandations avec plutôt un objectif de 20 plantes/m2 à la sortie hiver.
Avec les hybrides NPZ Pronto et Talent, Jacques Hunzinger, de Ringot, considère &quote;qu´il ne faut pas dépasser les 10 pieds au mètre linéaire, et ce quel que soit l´écartement entre rangs. La concurrence sur la ligne influe fortement sur le développement du colza et la production.&quote; Et d´ajouter : &quote;Si l´agriculteur travaille dans de très bonnes conditions au semis, il peut se permettre de semer nos hybrides NPZ entre 30 et 35 grains au m2. En situation plus difficile, il ne faudra jamais dépasser les 60 grains/m2.&quote;
Lutin est un hybride restauré particulier pour lequel le conseil de semis est de 45 à 60 grains/m2. &quote;Cet hybride demi-nain peut être soumis à une concurrence forte des adventices. On a intérêt à avoir un peuplement de l´ordre de 40 à 50 pieds/m2 en sortie hiver.&quote;
Avec un semoir de base
Tous les semoirs ne permettent pas des réglages jusqu´aux basses densités exigées pour les hybrides restaurés ou associations variétales. Il est possible de mélanger des semences qui seront à la bonne dose avec un produit de mêmes granulométrie et densité. On arrivera ainsi à une quantité totale que le semoir pourra ensemencer avec précision. Semences non-viables, brisures de riz, granulés anti-limaces, engrais starter,... les solutions ne manquent pas pour trouver un substitut &quote;inerte&quote; aux semences.
Les sociétés phytosanitaires commercialisant des spécialités molluscicides (Bayer, De Sangosse, Aventis, Jouffray-Drillaud...) ont des conseils précis sur le mélange de leurs granulés avec des semences. De Sangosse propose un produit spécifique : Magisem. &quote;Nous avons lancé la commercialisation de ce produit en 2000. Dans l´emploi de Magisem, le but est d´apporter un granulé pour une graine de colza, explique Antoine Livran, chef produit chez De Sangosse. 4 kg/ha de Magisem apporte 440 000 granulés qui seront mélangés avec 450 000 graines/ha de colza. C´est généralement la dose conseillée pour les hybrides (= 45 grains/m2 au semis).&quote; Magisem est vendu en doses de 1 320 000 granulés prévues pour traiter 3 hectares.
A 110 francs/ha, son prix est légèrement supérieur à celui de Métarex RG (même composition pour des traitements en plein avec des granulés plus denses).
Anti-limace et engrais starter
La régularité de semis est-elle respectée avec un tel type de mélange ? &quote;Dans les essais des semenciers, cette régularité est largement acceptable et le colza a une forte capacité d´adaptation pour corriger les éventuels défauts. En tous les cas, les remontées du terrain avec les témoignages d´agriculteurs sont excellentes, assure Antoine Livran.
Même son de cloche chez Bayer Agro. Mesurol Pro peut être utilisé en mélange avec des semences : jusqu´à 3 kg/ha. Chef de marché molluscicides chez Bayer, Lionel Gripon apporte des précisions : &quote;La densité des granulés de Mesurol Pro est de 0,75 (750 g/l), proche de celle des semences de colza, ce qui assure un mélange homogène avec les semences et ne modifie pas la régularité de semis.&quote; Il ajoute : &quote;En mélange avec les semences, l´anti-limace protègera bien la culture, notamment des attaques souterraines de limaces noires. C´est l´une des deux espèces majeures rencontrées en grandes cultures.&quote; Ce passage spécifique ne dispense pas l´agriculteur d´effectuer un autre traitement en plein de Métarex RG, de Mesurol Pro ou d´un autre produit molluscicide pour lutter plus particulièrement contre les limaces grises, cette fois-ci.

Les semences de colza peuvent être mélangées avec un engrais. Une société est en train de mettre au point un fertilisant de forme perlée et de densité voisine de celle des graines de colza. &quote;C´est un fertilisant NPK 7-5-5, à base organique, conseillé à la dose de 2 kg/ha avec les semences, précise le consultant de la société*. Le fertilisant produit un effet starter à la culture et en favorise l´implantation.
A 2 kg/ha, la dose d´azote est marginale et n´engendre pas de risque de lessivage. Par rapport à la législation de la directive Nitrates, ce produit est classé de type 2, ce qui signifie qu´il peut être appliqué jusqu´au 1er novembre, contrairement à l´azote de synthèse (classe 1) qui est interdit d´épandage au delà du 1er septembre.&quote;
L´application de ce produit est conseillée avec les semences de toutes variétés de colza pour lesquelles il est recommandé des densités de semis faibles : hybrides, associations variétales, &quote;mais aussi certaines lignées&quote;, affirme le consultant. L´utilisation de ce type de produit ne doit pas se traduire par un coût supplémentaire sans gain de rendement suffisant.


* Celle-ci ne souhaite pas communiquer son nom tant que le produit n´a pas d´autorisation de vente.

Semences inertes : le micro-onde se rend utile
Le passage au micro-onde des graines de colza (de ferme !) permet de leur faire perdre leur faculté de germination. &quote;Dix-douze minutes à pleine puissance suffisent à inerter 2 kg de semences&quote;, estimait Jean-François Mallein, Rustica, dans un de nos articles paru en juin 2000 (page 33). &quote;Une heure permet d´inerter des graines pour l´équivalent de 10 hectares.&quote; Le mélange avec des semences viables permet d´atteindre la dose de graines recherchée pour son semis.

Semis d´hybrides : besoin d´espace pour exprimer un fort potentiel
&quote;Les hybrides montrent un développement végétatif important avec un nombre de ramifications élevé. Si la densité de pieds est trop forte, on observe des plantes qui poussent très haut sur lesquelles il manque manifestement des ramifications. A basse densité, les ramifications démarrent dès la base de la tige.
Les hybrides atteignent les 10 000 siliques au m2 quand les variétés classiques en restent à 8-9000 siliques&quote;, rapporte Lionel Lordez, Dekalb. Pour le Cetiom, Emmanuelle Mestries voit aussi &quote;une élongation trop importante si la densité d´un hybride est trop forte et donc un risque élevé de verse.&quote; Alain Treil, NK, remarque que, &quote;pour l´instant, la tenue de tige des hybrides restaurés apparaît moyenne par rapport aux lignées.&quote; On a d´ailleurs vu des hybrides ne pas atteindre les résultats escomptés en terme de ventes à cause d´une sensibilité forte à la verse.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Apport de solution azotée sur colza. Pour limiter le stress des cultures, mieux vaut suspendre les interventions. © Gutner archives
Retour des gelées : 5 points à connaître pour préserver les cultures et le matériel
Il est urgent de stopper vos interventions en plaine : un épisode de froid s’amorce dans une grande moitié nord de la France, qui…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Le mariage de titans entre InVivo et Soufflet pousserait à l'extrême la logique de restructuration à l’œuvre chez les OS. © N. Ouvrard / J. Nanteuil
[Edito] Fusion InVivo-Soufflet, un rapprochement symbolique à plus d'un titre

Pour les initiés, ce n’était pas un mystère : le groupe Soufflet cherchait un repreneur, à défaut de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures