Aller au contenu principal

Intercultures courtes
Gérer les pailles à la moisson par le broyage et le déchaumage

Les techniques sans labour nécessitent une attention accrue à la gestion des pailles. Les intercultures courtes sont particulièrement délicates.


Le développement des techniques culturales simplifiées met en lumière le problème de la gestion des pailles à la moisson.
Le traitement de la paille est surtout délicat dans les intercultures courtes (blé-colza, voire blé-blé) pendant lesquelles les débris ont peu de temps pour évoluer, avec un climat souvent sec et donc défavorable à leur décomposition. Les résidus de culture en surface posent plusieurs problèmes : une gêne mécanique pour les outils de semis qui peut occasionner des bourrages et un semis trop superficiel et un mauvais contact sol-graine avec une mauvaise levée, notamment pour des petites graines. Ces résidus constituent aussi un abri pour certains ravageurs. Le labour, même s´il permet de ne plus avoir de résidus en surface ne résoud pas forcément le problème de la décomposition des débris. Des pailles mal broyées et mal réparties auront du mal à se décomposer et pourront aussi avoir un effet dépressif sur la culture suivante.
Le principal facteur qui joue sur la vitesse de décomposition est la finesse de hachage de la paille. Arvalis préconise d´avoir deux tiers des brins à moins de cinq centimètres de longueur.
Le broyage effectué par la moissonneuse reste le plus économique et convient à la majorité des situations. ©Claas

Le broyage des chaumes coûte cher
Les broyeurs qui équipent les générations de moissonneuses actuelles sont généralement à même d´obtenir cette qualité de broyage. Certaines situations conduisent pourtant à faucher plus haut et rebroyer les chaumes après la moisson. Avec des machines assez vieilles par exemple, le volume de paille important à digérer réduit la vitesse de récolte par la surcharge des organes de séparation et la consommation de puissance du broyeur. Relever la coupe permet aussi de gagner en débit de chantier quand il faut aller vite (météo menaçante, récolte tardive).
Le rebroyage peut aussi être pratiqué pour avoir une préparation de sol plus fine afin de semer du colza sans labour avec du matériel traditionnel. « Chez nous, les agriculteurs sont plutôt bien équipés en moissonneuses et ont donc tendance à faucher bas et à déchaumer derrière », constate Jean-Bernard Leclercq, conseiller à la chambre d´agriculture d´Eure-et-Loir.
Les déchaumeurs à disques indépendants peuvent tronçonner les pailles pour favoriser leur décomposition. ©Vaderstad

En revanche, le rebroyage se pratique encore beaucoup en Champagne. « Les agriculteurs ont tendance à faucher plus haut notamment le soir, pour pouvoir continuer à travailler sans perdre trop aux secoueurs », témoigne Stéphane Devanlay, de la chambre d´agriculture de l´Aube. Pour Jean-Bernard Leclercq, « même si on augmente les performances de la moissonneuse en fauchant plus haut, le rebroyage coûte toujours plus cher que l´économie permise à la moisson. Il faut compter au minimum 20 à 25 euros par hectare pour broyer les chaumes. »
Les broyeurs de grande largeur à axes verticaux sont plus adaptés pour ce genre de travail car ils permettent des débits plus importants à puissance égale. Mais un tel investissement se justifie plus pour des exploitations qui font aussi du maïs grain.
Il faut aussi prendre en compte le temps de travail nécessaire au rebroyage, le tassement du sol créé par le passage du tracteur et le retard occasionné pour la préparation du sol.

D´autant que pour Jean-Bernard Leclercq, il faudrait laisser la paille mûrir un peu sur le champ avant de broyer, pour diminuer le besoin de puissance. « Mais cela retarderait d´autant le premier déchaumage, remarque-t-il, alors qu´un déchaumage derrière la moissonneuse-batteuse permet de bénéficier de l´humidité résiduelle du sol pour la levée des mauvaises herbes ».
Le coût du broyage des chaumes est aussi à mettre en balance avec le coût d´un ou plusieurs déchaumages.Les déchaumeurs à disques indépendants ont la capacité de tronçonner les pailles et les chaumes, y compris les tiges de colza s´il y a assez de dégagement entre les disques. Avec deux passages, le déchaumage permet donc déjà de réduire les résidus, sans parler de l´effet faux-semis. Jean-Bernard Leclercq note cependant qu´avant les semis de colza, la paille n´a pas toujours suffisamment évolué. Dans ce cas, certains agriculteurs reviennent à un labour ou à un travail profond avec un outil à dents pour mélanger les résidus avec la terre. De plus en plus, ils préfèrent aussi modifier la rotation en remplaçant le blé par les escourgeons avant le colza, afin d´allonger l´interculture.
Les broyeurs à axes verticaux permettent des chantiers de broyage rapides. ©D. Lucas
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures