Aller au contenu principal

Gel : des pertes autour de 10 % en colza et betterave

Les dégâts liés à l’épisode de gel qui a frappé les campagnes françaises à partir du 12 avril commencent à être chiffrés en grandes cultures. Et la facture s’annonce salée pour les producteurs.

Sur céréales, l'intensité des dégâts est lié à l’espèce, au stade et à l’exposition. © C. Baudart
Sur céréales, l'intensité des dégâts est lié à l’espèce, au stade et à l’exposition.
© C. Baudart

Colza et betterave devraient être les deux principales cultures les plus touchées par le gel. Pour les colzas, la perte de récolte pourrait être « de l’ordre d’une dizaine de pourcents », a estimé Arnaud Rousseau, président de la Fédération des Oléoprotéagineux (FOP), lors d’un point presse le 14 avril. « Cela représente grosso modo 300 000 tonnes, pour des pertes chiffrées entre 120 et 220 millions d’euros. » Un chiffre à prendre encore avec précaution, vu la capacité du colza a compenser, mais qui tend un peu plus les marchés. La récolte 2021 a gagné 8 €/t en deux jours.

En termes de surfaces, les chiffres officiels d'Agreste évaluaient les semis à 990 000 hectares dans la note d'avril. Selon Arnaud Rousseau, sur cette sole emblavée, « 40 000 à 50 000 hectares pourraient avoir été retournés » du fait de mauvaises conditions d'implantation. Si l'on y ajoute les conséquences du gel, la surface récoltée de colza pourrait avoisiner le niveau extrêmement bas de 900 000 hectares.

Du coté des betteraves, autour de 10 % des 400 000 hectares emblavés cette année en France seraient touchés, soit « entre 30 000 et 55 000 hectares de betteraves en cours de levées », selon une estimation de la Confédération Générale des planteurs de Betteraves (CGB) au 12 avril. « Le diagnostic final reste encore à préciser mais le constat est déjà sans appel : la filière betteravière française n’a jamais connu de telles pertes liées au gel », précise l’organisation.

Pour les lins textiles, dont la majorité des surfaces était semée, des dégâts sont également signalés dans de nombreuses aires de production. Le lin de printemps est particulièrement sensible au gel dès l’émergence des plantules et dans les 15 premiers jours qui suivent la levée.

Pour les céréales, une estimation précise reste hasardeuse - les effets du gel apparaitront plus tard - mais les dégâts concerneraient surtout les orges de printemps, semées au printemps ou à l’automne. Mais tout dépend « de l’espèce, du stade, et surtout de l’exposition », note Jean-Charles Deswarte, spécialiste en écophysiologie chez Arvalis.

En attendant, dans les parcelles, les experts mandatés par les assureurs multiplient les rendez-vous.

Les plus lus

Parcelle laissé en sol nu
Parcelles non semées et PAC : quelles sont les options possibles ?

Les pluies qui n’en finissent plus offrent par endroits peu de fenêtres de tir pour réaliser les derniers semis prévus.…

Un bon ressuyage des sols est important avant de préparer la parcelle à accueillir un semis de colza.
Semis de colza : 5 conseils clés pour les réussir

L'implantation du colza est une étape cruciale. L'objectif est de garantir son bon développement et sa robustesse à l'automne…

Parcelle de blé tendre en Nouvelle Aquitaine
Moisson 2024 : des potentiels de rendement dégradés en céréales à paille

Les intempéries auront-elles le dernier mot sur les rendements 2024 ? Les remontées du terrain semblent le prouver…

Olivier Pellerin agriculteur et entrepreneur de travaux agricoles dans son champ d'orge à Presly dans le Cher.
Couverts végétaux et interculture : « Je propose des mélanges qui combinent intérêts agronomique et faunistique »

Olivier Pellerin est entrepreneur de travaux agricoles et agriculteur à Presly, dans le Cher. Il commercialise des semences…

Parcelle de blé tendre
Prix du blé tendre : la hausse va-t-elle se poursuivre ?

Le prix du blé pourrait rester élevé dans les prochaines semaines au regard de la situation de sécheresse en Russie et de l’…

Epandage de matière organique. Epandeur à fumier et compost RollMax de Rolland (chez David Dos Reis) . Fertilisation. Fertilisant. Apport de fientes de volailles. ...
Fertilisation : l’apport de phosphore passe au second plan en bio à cause de la conjoncture

La conjoncture actuelle impose aux agriculteurs biologiques de faire des économies sur l’amendement des sols. L’apport de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures