Aller au contenu principal

Gare à l’invasion de biodiesel argentin

Pour se mettre en conformité avec l’OMC, Bruxelles va baisser les droits de douane sur le biodiesel argentin... Ce qui n’est pas du goût de la filière biocarburant européenne.

Les dirigeants de la Fop et de l'Ufop (équivalent allemand de la Fop) veulent faire front uni contre les importations européennes de biodiesel.
© V. Noël

L’abaissement drastique des droits de douane appliqués au biodiesel argentin risque de faire mal à la filière biocarburant européenne. La décision a été prise le 7 septembre par le Comité de défense commercial européen. Elle fait suite à la mise en place depuis 2013 d'importants droits de douane (22 à 25 %) sur le biodiesel argentin, une mesure anti-dumping condamnée par un panel à l’OMC (Organisation mondiale du commerce).  Cette mesure s’était pourtant révélée salvatrice pour les industriels européens, puisqu’auparavant, l’Union importait 2,5 millions de litres de biodiesel par an (d’Argentine mais aussi d’Indonésie) contre 0,5 million de litres aujourd’hui. Conséquence : « cinq bateaux argentins déjà chargés vont arriver rapidement sur le territoire européen, a prévenu Arnaud Rousseau, président de la Fop (producteurs d’oléoprotéagineux) et d’Avril (spécialiste des huiles et protéines), en conférence de presse à Paris le 14 septembre. On va voir arriver du biodiesel à des prix inférieurs à celui de la graine en Europe ». Pour témoigner de l’unité des producteurs, le syndicat a pour l’occasion fait venir des représentants de l’Ufop, homologue allemand de la Fop : « Nous sommes bien d’accord avec la France pour que l’on empêche les importations de biodiesel étranger », a confirmé Wolfgang Vogel, son président.

Enclencher au plus vite une procédure « anti-subvention »

Les responsables sont d’autant plus agacés que les États-Unis ou le Pérou ont mis en place le même type de mesures… et les maintiennent. « Nous demandons une procédure fast-track anti-subvention », a expliqué Arnaud Rousseau. Elle servirait à dénoncer de façon plus acceptable pour l’OMC la politique de l’Argentine. En l’occurrence, le pays « pratique la différenciation de ses taxes à l’exportation, taxant plus les graines que l’huile et le produit fini (biodiesel) », décrit Claude Soudé, de la Fop dans une note. Le dispositif, qui encourage l’export du biocarburant, pourrait donc être considéré comme une subvention aux exportations.

Cependant, le dossier, qui nécessite d’être porté par Bruxelles, risque de ne pas être facile à monter. Or, « l’industrie européenne ne va pas pouvoir supporter longtemps ces arrivages », a signalé Arnaud Rousseau. Rappelons qu’en 2016, Avril a perdu 40 millions d’euros sur ses activités de trituration et d’estérification.

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures