Aller au contenu principal

Gare à l’invasion de biodiesel argentin

Pour se mettre en conformité avec l’OMC, Bruxelles va baisser les droits de douane sur le biodiesel argentin... Ce qui n’est pas du goût de la filière biocarburant européenne.

Les dirigeants de la Fop et de l'Ufop (équivalent allemand de la Fop) veulent faire front uni contre les importations européennes de biodiesel.
© V. Noël

L’abaissement drastique des droits de douane appliqués au biodiesel argentin risque de faire mal à la filière biocarburant européenne. La décision a été prise le 7 septembre par le Comité de défense commercial européen. Elle fait suite à la mise en place depuis 2013 d'importants droits de douane (22 à 25 %) sur le biodiesel argentin, une mesure anti-dumping condamnée par un panel à l’OMC (Organisation mondiale du commerce).  Cette mesure s’était pourtant révélée salvatrice pour les industriels européens, puisqu’auparavant, l’Union importait 2,5 millions de litres de biodiesel par an (d’Argentine mais aussi d’Indonésie) contre 0,5 million de litres aujourd’hui. Conséquence : « cinq bateaux argentins déjà chargés vont arriver rapidement sur le territoire européen, a prévenu Arnaud Rousseau, président de la Fop (producteurs d’oléoprotéagineux) et d’Avril (spécialiste des huiles et protéines), en conférence de presse à Paris le 14 septembre. On va voir arriver du biodiesel à des prix inférieurs à celui de la graine en Europe ». Pour témoigner de l’unité des producteurs, le syndicat a pour l’occasion fait venir des représentants de l’Ufop, homologue allemand de la Fop : « Nous sommes bien d’accord avec la France pour que l’on empêche les importations de biodiesel étranger », a confirmé Wolfgang Vogel, son président.

Enclencher au plus vite une procédure « anti-subvention »

Les responsables sont d’autant plus agacés que les États-Unis ou le Pérou ont mis en place le même type de mesures… et les maintiennent. « Nous demandons une procédure fast-track anti-subvention », a expliqué Arnaud Rousseau. Elle servirait à dénoncer de façon plus acceptable pour l’OMC la politique de l’Argentine. En l’occurrence, le pays « pratique la différenciation de ses taxes à l’exportation, taxant plus les graines que l’huile et le produit fini (biodiesel) », décrit Claude Soudé, de la Fop dans une note. Le dispositif, qui encourage l’export du biocarburant, pourrait donc être considéré comme une subvention aux exportations.

Cependant, le dossier, qui nécessite d’être porté par Bruxelles, risque de ne pas être facile à monter. Or, « l’industrie européenne ne va pas pouvoir supporter longtemps ces arrivages », a signalé Arnaud Rousseau. Rappelons qu’en 2016, Avril a perdu 40 millions d’euros sur ses activités de trituration et d’estérification.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures