Aller au contenu principal

Gagner plus en travaillant moins : le collectif gagnant de trois agriculteurs

Trois agriculteurs unissent leurs moyens et leur énergie pour développer leur activité. Le groupement d’employeurs qu’ils viennent de constituer permet de sécuriser leurs projets.

En créant un groupement d'employeurs, Mickaël et Vanessa Dupeyron, ainsi que Raphaël Descat, ont pu proposer des CDI à leurs salariés.
En créant un groupement d'employeurs, Mickaël et Vanessa Dupeyron, ainsi que Raphaël Descat, ont pu proposer des CDI à leurs salariés.
© C. Baudart

Mutualiser pour voir plus grand et gagner plus tout en gardant du temps pour soi : tel est le credo de Mickaël Dupeyron, agriculteur à Hères, petite commune de la vallée de l’Adour (Hautes-Pyrénées). Avec sa sœur Vanessa, agricultrice sur la même commune, et son filleul et voisin Raphaël Descat, il multiplie les projets en commun pour valoriser au mieux leurs 360 hectares composés de maïs, tournesol, céréales à paille et soja. C’est également dans cet objectif de diversification et de consolidation des revenus que chacun a converti une partie de sa surface en bio.

Une unité de séchage et de stockage collective

Leur réalisation collective la plus ambitieuse à ce jour est la création d’une unité de séchage, triage et stockage à façon de maïs et céréales en productions biologiques, d’une capacité de stockage de 7 500 tonnes. Montée par eux-mêmes durant l’hiver 2017-2018, l’installation leur permet, ainsi qu’aux agriculteurs voisins, de sécher leur production de maïs et céréales en maîtrisant les coûts de séchage. Personne n’est lié à un organisme stockeur et chacun peut proposer ses lots à l’opérateur de son choix. « Cela nous permet d’amener un produit fini au bout. Pour cette activité, nous nous sommes associés au sein d’une société en 2016, la SARL de Bernède, mais le séchoir était devenu trop petit et nous avons décidé d’investir », raconte Mickaël Dupeyron. L’investissement est conséquent : 1,6 million d’euros.

« Pour mener à bien ce projet, nous avons extrapolé les données connues sur les dix ans à venir, explique Claude Masounave, consultant au cabinet Exco FSO, du groupement AgirAgri, à Maubourguet. Cette étude prévisionnelle a permis aux agriculteurs de mesurer la rentabilité de leur projet, d’identifier les paramètres clés de réussite et d’évaluer si leurs objectifs pouvaient être atteints. » Dans le cas du séchoir, un accord conclu avec Euralis sur le long terme a été déterminant. La coopérative s’est engagée à faire sécher et stocker du maïs et céréales bio sur une durée de sept ans et à prix fixe.

rgc361_gest_heres3

Face à la multiplication des tâches, des activités et des structures, une remise à plat de l’organisation s’est imposée. « À nous trois, nous totalisons neuf structures juridiques et nous employons deux salariés, sans compter nos parents qui donnent régulièrement un coup de main, explique Raphaël. Jusqu’à présent, chacun d’entre nous employait du personnel. Pendant les pics de travail, nous travaillions ensemble et cela revenait à faire travailler un salarié sur une structure qui n’était pas son employeur. » Quoique pratique au quotidien, ce fonctionnement ne pouvait perdurer longtemps. En septembre 2020, les trois agriculteurs ont constitué un groupement d’employeurs, lequel est opérationnel depuis janvier 2021.

Le groupement d’employeurs a résolu plusieurs problèmes

Le groupement d’employeurs a embauché les salariés des exploitations qui sont mis à disposition des membres du groupement. Les employeurs sont sereins. « Nous gérons le personnel au sein d’une structure unique et cela me facilite la vie », détaille Vanessa, qui assure la gestion administrative du groupement. La structure a également permis de proposer des CDI à temps plein aux salariés, jusqu’à présent employés en CDD. Un point fort quand on souhaite conserver des profils compétents et motivés.

« Le groupement a également permis d’embaucher le père de Mickaël et Vanessa. À la retraite, il continue de nous aider et il est important de lui assurer une couverture juridique et sociale en cas de souci », explique Raphaël. Une problématique d’autant plus vive que la notion d’entraide familiale, admise lorsqu’un retraité aide son fils installé sur la ferme familiale, est interprétée de façon restrictive par la caisse régionale de la MSA. Pour l’organisme, l’entraide n’existe qu’entre personnes physiques et n’est donc pas possible lorsque le fils est gérant d’une EARL ou d’une SCEA. Le groupement d’employeurs résout plusieurs problèmes à la fois.

Après l’ETA, l’assolement en commun

Pour aller plus loin dans la mutualisation, les associés comptent mettre en commun leur matériel au sein d’une ETA, en cours de constitution. Les caractéristiques de la future entreprise, de nature commerciale et assujettie à l’impôt sur les sociétés (IS), permettront d’optimiser le coût du matériel, de réaliser des gains de productivité, et d’acheter du matériel performant. Cela ouvre aussi des perspectives de prestations de service, alors que la demande de travaux par des tiers est croissante.

En attendant, chacun investit de son côté mais en dimensionnant l’investissement en fonction du travail à effectuer sur l’ensemble des structures. Raphaël a acheté une herse étrille, Vanessa a opté pour une houe rotative. Quant à Mickaël, il a jeté son dévolu sur un tracteur avec guidage GPS. « Plutôt que chacun d’entre nous ait son matériel, nous préférons avoir deux bras de plus, embaucher un salarié, mutualiser et disposer d’un peu de temps libre », résume Mickaël Dupeyron. Pour y parvenir, les associés ont déjà leur prochain projet en tête : mettre en place un assolement en commun.

rgc361_gest_heres2
Claude Masounave, consultant chez Exco, Fiduciaire du Sud-Ouest, groupement AgirAgri
rgc361_gest_heres_mazounave

« Supprimer le risque social avec le groupement d'employeurs »

« Le groupement d’employeurs est une association. À ce titre, il n’est soumis ni à la TVA ni à l’impôt sur les sociétés. Ça tombe bien : l’objectif n’est pas de faire des bénéfices. Ici, la création du groupement d’employeurs et de la société commerciale répondait à deux finalités : sortir l’activité commerciale de la société civile agricole pour respecter son caractère civil (impossibilité de réaliser des activités commerciales ne rentrant pas dans la théorie dite 'de l’accessoire'). Or les prestations, de nature commerciale, ont tendance à se développer. Nous avons également voulu sécuriser les statuts des salariés des exploitations et supprimer le risque social, qui grandissait au fil des différents projets. Désormais, le groupement d’employeurs met ses salariés à disposition de ses membres. Les statuts ont été formalisés lors d’une assemblée générale extraordinaire puis déposés au greffe des associations et transmis à la Direccte. Je recommande de bien anticiper la reconnaissance de l’association par la Direccte, qui vérifiera principalement la prise en compte de la bonne convention collective. Le groupement ne peut exercer son activité sans son accord alors mieux vaut soumettre le projet à la Direccte en amont. »

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
En créant un groupement d'employeurs, Mickaël et Vanessa Dupeyron, ainsi que Raphaël Descat, ont pu proposer des CDI à leurs salariés.
Gagner plus en travaillant moins : le collectif gagnant de trois agriculteurs
Trois agriculteurs unissent leurs moyens et leur énergie pour développer leur activité. Le groupement d’employeurs qu’ils…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures