Aller au contenu principal

Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?

L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les cultures, et en particulier pour les céréales ? Le risque est limité pour les blés mais nettement plus élevé pour les orges de printemps semées à l’automne.

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles.
© C. Gloria

Le thermomètre va chuter dans les jours à venir, avec des prévisions de températures à -8°C sous abri pour mercredi 10 février. Le phénomène touchera de nombreuses régions au nord de la Loire - Metz, Dijon, Orléans – mais aussi Caen, Rennes, Lille ou Beauvais, où un tel niveau de température n’a pas été atteint depuis longtemps.

Ces fortes gelées peuvent-elles endommager les blés en place ? L’espèce est sensible au froid à partir de -8°C jusqu’à la mi-montaison, particulièrement à la levée et à l’émission des feuilles et des talles.

L’intensité des dégâts dépend de la vitesse d’apparition du froid : plus les températures baissent rapidement, plus les dégâts peuvent être importants. Quand les températures descendent progressivement, la plante s’endurcit et devient moins vulnérable au froid.

La situation actuelle correspond plutôt à ce cas de figure. En revanche, les dégâts peuvent être sévères si le niveau d‘humidité du sol est important, en particulier si le sol est saturé en eau. Les niveaux de précipitations de ces dernières semaines justifient ces craintes.

Le gel peut provoquer la rupture de l’entre-nœud des céréales, alors qu'il relie les racines séminales au plateau de tallage. Ce phénomène mécanique affecte plus sensiblement les sols crayeux et argilo-calcaires.

Si la céréale n’a pas atteint le stade 3 feuilles, ce phénomène peut provoquer la mort des pieds : les racines adventices ne se développent qu’à partir du stade tallage. Les semis profonds sont particulièrement sensibles à ces situations : dans ce cas, l’élongation de l’entre-nœud est nette.

Le manteau neigeux : un allié capital pour protéger les céréales du gel

La plupart des blés tendres d’hiver ne devraient pas souffrir de l’épisode de froid actuel s’ils ont été semés aux dates préconisées, d’autant que des chutes de neige sont annoncées dès ce soir en Bretagne, Normandie, Centre Val de Loire, Ile de France, Hauts de France. Météo France a émis une alerte orange pour 24 départements.

Un manteau neigeux de plusieurs centimètres devrait protéger les blés dès mardi soir, 9 février, juste avant la chute des températures, annoncée pour le 10 février.

Si le risque est modéré pour les blés tendres, les craintes sont nettement plus importantes pour les orges de printemps semées à l’automne, qui possèdent une moindre résistance au froid. Or cette culture représenterait un quart des surfaces d’orges de printemps, soit plus de 100 000 hectares.

La technique s’est fortement développée à la faveur des hivers cléments des dernières campagnes. Elle consiste à nettement anticiper la date de semis, dès le mois de novembre, pour éviter les stress de fin de cycle et accroître le potentiel de production.

Les dégâts ne pourront être évalués qu'à la reprise de végétation

D'autres cultures comme le pois d'hiver ou le lin d'hiver peuvent être affectées par ce froid. Dans tous les cas, les dégâts ne pourront être observés qu’une fois la période de gel terminée : pour le blé, les feuilles prennent une teinte rouge et vert foncé. Dans les cas les plus sévères, les pieds dépérissent et meurent plusieurs semaines après, imposant parfois un resemis.

Dans les situations les plus critiques, le seuil de retournement du blé varie selon les régions de 70 plantes/m2 (climat océanique) à 120 plantes/m2 (climat continental).

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures