Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Foncier : plus de transactions mais des prix en baisse

D’après la FNSafer, les ventes de terres libres ont progressé de près de 6 % en surface en 2017, les prix perdant en moyenne 0,8 %.

En grandes cultures, les prix des terres libres baissent pour la seconde année consécutive de 0,5 % en moyenne.
© J.Chabanne

Le foncier agricole attire. Selon les chiffres diffusés fin mai par la FNSafer (fédération nationale des Safer), les ventes de terres libres sont en hausse de 7,6 % en nombre et de 5,9 % en surface. 381 000 hectares ont été échangés, soit le plus haut niveau depuis 2001. Ces progressions se sont logiquement traduites en valeur, le marché augmentant de 15,5 % à 4,6 milliards d’euros… Mais les prix à l’hectare, 5 990 euros en moyenne, ont baissé pour la première fois depuis 1996. De 0,8 %, la réduction est légère mais indiscutable. La FNSafer met cette baisse sur le compte de la prudence des acteurs du marché dans un contexte économique encore incertain. « Et l’offre importante de biens à la vente permet aux acquéreurs de négocier les prix à la baisse », ajoute-t-elle dans son rapport sur les prix des terres.

Le reflet du moral des agriculteurs

Concernées avant l’heure une première fois l’an dernier, les terres de grandes cultures n’échappent pas au phénomène : à 7 240 euros, le prix de l’hectare diminue de 0,5 % même s’il reste supérieur de 24 % à la moyenne nationale. La FNSafer y voit « un reflet du moral des agriculteurs », plombé par les retombées de la récolte 2016 et les mauvais prix de 2017. Une région talonnée par les difficultés comme la Bourgogne-Franche-Comté fait pourtant exception : les prix y progressent de 6 % à 3 030 euros l’hectare, portés par l’attrait des terres céréalières à fort potentiel.

Paradoxalement, le prix des terres louées s’accroît de 3 % pour monter à 4 690 euros. De 4,2 %, la hausse est plus forte en zones de grandes cultures (6 010 euros/ha en moyenne). La FNSafer explique cette contradiction apparente par la moindre sensibilité de ce marché aux effets de conjoncture : les prix y sont souvent négociés plusieurs années à l’avance par le fermier et son propriétaire.

Un marché des parts sociales important en valeur

Depuis la loi d’avenir de 2014, les Safer doivent être informés des ventes de parts sociales ou d’actions de sociétés agricoles. Selon la FNSafer, elles ont représenté en 2017 20 % du total des ventes en valeur de foncier agricole. Rappelons que les Safer n’exercent pas leur droit de préemption sur ce type de transaction.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Le sytème de lavage de main embarqué S-Clean
[Covid-19] : S-Clean, un système de lavage de main embarqué sur tracteur
Le système doté d’un réservoir de 3 litres est équipé d’un porte-savon liquide et de deux vannes permettant 5 à 10 lavages de…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne. © C.Baudart
Engrais: faut-il acheter la solution azotée maintenant pour 2021 ?
Couvrir ses besoins en solution azotée pour 2021 est une stratégie qui peut être gagnante au vu des prix bas proposés…
Covid-19/grandes cultures : les bons gestes pour vous protéger !
Les recommandations pour lutter contre le coronavirus dans les travaux du quotidien en grandes cultures, entre lavage de mains,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures