Aller au contenu principal

Florian Baralon veut décloisonner les savoir-faire

Le collectif de développement de l'agroécologie, dont Florian Baralon est membre, s'est constitué pour palier au manque de compétences des techniciens dans l'accompagnement des agriculteurs aux changements de pratique.

Florian Baralon, un des cinq ingénieurs agronomes fondateurs du CDA dans l'Aine. "En formant des agriculteurs à l’expérimentation, nous les incitons à retrouver leur autonomie."
© CDA

Depuis 2013, une association a vu le jour dans la campagne de l’Ain, le collectif de développement de l’agroécololgie (CDA), récemment rebaptisée Centre de développement de l’agroécololgie. Les cinq ingénieurs agronomes fondateurs accompagnent les acteurs du monde agricole à l’agroécologie. Florian Baralon est l'un d'entre eux. Aujourd'hui agriculteur dans l’Ain, c'est un ancien technicien du Civam. De son expérience, il a constaté que « les techniciens n’ont pas souvent les compétences pour conseiller des agriculteurs au changement. Beaucoup d’entre eux ne se retrouvent pas dans ces formes de conseil. Les organismes, entreprises, chercheurs, tous, font des expérimentations de leur côté, mais jusqu’à ce jour rien ne regroupait ces compétences transversales. » Les cinq compères veulent avant tout décloisonner les expériences pour rendre les agriculteurs autonomes.

L'expérimentation participative

« Nous avons constaté qu’en général, lorsque le changement de techniques culturales ne s’opère pas, c’est qu’il y a des verrous par ailleurs, explique le co-fondateur. Les freins peuvent être sociétaux, économiques ou familiaux. Sur ces aspects, nous épaulons les agriculteurs mais c'est avant tout l'expérience du groupe qui encourage au changement. » Leur accompagnement se fait donc de manière collective et sur l’expérimentation dite « participative ». Deux groupes de 8 à 10 agriculteurs au sein de ce collectif se sont lancés dans l'expérimentation. L’un, Cap Agroéco, étudie l’association de cultures. « Les agriculteurs nous disent ce qu’ils veulent étudier ainsi que les modalités, illustre Florian Baralon. Nous leur apportons les informations pour l’élaboration du protocole, eux récoltent et nous analysons ensemble les résultats. » Pour le co-fondateur, les accompagnateurs doivent faire le lien entre les chercheurs et le terrain. L’idée est de leur transmettre la rigueur scientifique tout en étant pédagogue. Le second groupement s'est organisé sous forme de GIEE et se nomme 3A3B. Il étudie les anciennes variétés de céréales. Outre l’expérimentation participative de techniques culturales, les membres sont responsables de la mise en place d’une nouvelle filière. Les participants sillonnent leur région pour trouver des boulangers et biscuitiers prêts à les accompagner dans leur aventure. Le CDA a pour objectif de créer deux nouveaux groupements d’agriculteurs par la suite.

Pour compléter ces expérimentations, le collectif effectue des diagnostics d’entreprise afin de mieux connaître l’exploitation, forme des conseillers et techniciens et propose également un coaching individuel au changement pour les personnes en ressentant le besoin. En formant ces agriculteurs à l’expérimentation, les fondateurs les incitent à retrouver leur autonomie. Avec ces cartes en main, ils espèrent faire oublier la peur et les échecs afin qu’agriculteurs comme conseillers avancent vers de nouvelles pratiques.

Les plus lus

Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
« la confirmation et la mise en évidence de présomptions fortes de liens entre certaines pathologies et l’exposition aux pesticides doivent orienter les actions publiques vers une meilleure protection des populations », affirment les experts de l'Inserm. © V. Marmuse
Pesticides et santé : nouvelle « confirmation de présomptions fortes de liens » avec certaines maladies (Inserm)
L’expertise réactualisée de l’Inserm « confirme la présomption forte d’un lien entre l’exposition aux pesticides et six…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures