Aller au contenu principal

Fertilisation azotée : « J’ai réduit la volatilisation en changeant mes habitudes sans investissement majeur »

Sébastien Bocquillon, agriculteur à Humières (62), génère des économies significatives en prenant en compte les conclusions du projet Épand’air pour optimiser ses apports et limiter les pertes d’azote.

« Pour le deuxième apport, je sacrifie parfois le stade exact épi 1 cm pour attendre la pluie », explique Stéphane Bocquillon.
« Pour le deuxième apport, je sacrifie parfois le stade exact épi 1 cm pour attendre la pluie », explique Stéphane Bocquillon.
© Chambre d'agriculture du Nord-Pas-de-Calais

« J’ai participé aux travaux d’Épand’air au travers du Geda du Ternois dont je fais partie. Épand’air est un projet conduit de 2017 à 2020 par la chambre d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais, avec Atmo Hauts-de-France et Arvalis, dans l’objectif d’accompagner les agriculteurs pour limiter la volatilisation. Les travaux d’Épand’air montrent que la volatilisation ammoniacale est une question environnementale mais aussi une question économique : la qualité de l’épandage minéral ou organique génère des économies significatives pour nos exploitations. Économiser 10 % améliore la qualité de l’air, mais c’est aussi de l’argent non dépensé.

Les trois formes d’engrais minéraux ont été testées sur blé tendre et les résultats ont montré qu’un panel de solutions permettaient de diminuer la volatilisation ammoniacale sans investissement majeur. Ça nous a confortés dans certaines de nos pratiques – comme le fractionnement – mais cela nous a aussi amenés à changer nos habitudes. Par exemple, le deuxième apport d’azote est le stade le plus conséquent et le plus sensible à la volatilisation ammoniacale. Pour limiter les pertes, les conditions climatiques pendant et après l’application comptent beaucoup. L’idéal c’est d’avoir une pluie quand on sort du champ tout en se rapprochant au maximum du stade épi 1 cm. C’est parfois compliqué de combiner toutes les bonnes conditions. Depuis ces travaux, je sacrifie le stade exact épi 1 cm et j’attends un peu la pluie

Pour les engrais organiques, Épand’air a conduit à modifier notre organisation. Souvent, ici, on réalise tous nos épandages de lisiers pendant deux ou trois jours, puis on travaille le sol. Nous travaillons désormais le sol avant l’épandage car c’est plus efficace pour limiter la volatilisation. Le produit épandu s’infiltre plus facilement dans le sol qu’en cas de travail du sol après épandage, surtout si ce n’est pas effectué juste derrière l’épandeur. Les travaux ont aussi démontré l’intérêt de l’épandage sur Cipan. »

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures