Aller au contenu principal

Orge brassicole
Entre rendement et protéine, apporter la juste dose d´azote

La fertilisation azotée de l´orge brassicole est délicate à mener. Elle doit répondre à un objectif de rendement et, en même temps, se limiter à un taux de protéine autour de 10,5 %.


La fertilisation azotée de l´orge brassicole cherche à répondre au mieux aux objectifs qualitatifs : une proportion satisfaisante de grains de calibre supérieur à 2,5 millimètres ainsi qu´une teneur en protéines proche de 10,5 %. Les résultats des essais menés par l´ITCF montrent que le calibrage semble diminuer avec la dose d´azote. Selon ces mêmes essais, la dose optimale pour le rendement permet de maximiser le rendement calibré. Concernant la teneur en protéines, elle augmente proportionnellement avec la dose d´azote apportée. Elle est aussi conditionnée par les potentialités pédoclimatiques. Comme en blé, l´effet variétal influence la teneur en protéines.

Calculer la juste dose
Le calcul de la dose d´azote se réalise en deux temps. Première phase : la détermination de la dose prévisionnelle qui intègre l´objectif de rendement visé. Cette dose est calculée suivant la méthode des bilans qui estime le besoin à 2,5 kilos d´azote par quintal de grain produit. Ce besoin est identique pour l´orge de printemps et d´hiver. La méthode des bilans prend en compte l´estimation de la fourniture du sol en azote. Celle-ci est calculée à partir de la mesure de reliquat d´azote minéral en sortie d´hiver. Deuxième phase : un ajustement est pratiqué en fonction de l´objectif qualité qui dépend de l´effet variétal à l´aide de méthodes telles Jubil, Hydro N-Tester...
La dose prévisionnelle d´azote peut être fractionnée pour l´orge brassicole en deux apports : cinquante kilos avant le stade deux feuilles et le complément courant tallage. Pour l´orge d´hiver, la dose est aussi fractionnée en deux fois : un tiers ou la moitié de la dose totale au début du tallage, le reste au stade épi un centimètre.

Jubil à n´utiliser que pour les orges à haut rendement
La méthode Jubil permet d´ajuster la dose d´azote tardif apportée au stade un noud. Son utilisation est limitée aux situations à potentiel de rendement élevé.
L´objectif de la méthode est d´éviter une perte de rendement supérieure à 5 quintaux à l´hectare ainsi qu´une teneur de protéine inférieure à 9,5 % (déclassement). Dans des d´essais (1993 à 2001), dans les cas où un apport complémentaire était décidé, le rendement calibré gagnait quatre quintaux à l´hectare et la teneur en protéines passait de 9,6 à 10,6 %.
La méthode Jubil sur orge diffère légèrement de celle sur blé tendre. La dose prévisionnelle est apportée entièrement au stade un noud sur l´orge brassicole alors qu´elle est diminuée de quarante kilos par hectare en blé tendre. L´apport complémentaire à la dose prévisionnelle varie entre trente et cinquante kilos et doit être réalisé entre les stades 1 et 2 nouds dans le cas où une pluie est prévue avant le stade 2 nouds ou si une irrigation peut être réalisée dans la semaine qui suit. En cas de prévision de sécheresse après le stade 2 nouds, il est conseillé de ne pas apporter le complément azoté (qui aurait pour effet d´augmenter trop fortement la teneur en protéines).

Kuhn

Sur orge, en cas de sécheresse après le stade 2 nouds, il est déconseillé d´apporter de l´azote.

Une zone étalon pour la méthode Hydro N-Tester
La méthode Hydro N-Tester a été adaptée sur orge de brasserie. Elle nécessite la mise en place d´une zone étalon en situation non limitante en azote. Elle est réalisée au moment du deuxième apport d´azote sur une zone de 30 mètres de long sur 15 de large. La dose apportée sur cette zone est de 100 kilos d´azote par hectare de plus que la dose épandue sur tout le champ. Cette dernière est apportée en complément entre les stades 1 et 2 nouds. Si le diagnostic résultant de la comparaison des résultats de la zone étalon et du reste de la parcelle est positif, la dose complémentaire doit être apportée. Elle s´élève à 30 kilos d´azote, afin d´éviter une carence préjudiciable au rendement sans augmenter la teneur en protéines.
La méthode Hydro N-Tester est limitée dans son utilisation dans les cas de faibles pluies au stade deux nouds. Il est aussi nécessaire de la réaliser sur des parcelles à potentiel de rendement supérieur à 65 quintaux par hectare. Lorsque la minéralisation est tardive et importante ou si la réserve hydrique est faible, la méthode doit être appliquée avec précautions. Enfin, l´apport complémentaire doit être suivi de pluies dans la semaine suivante.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures