Aller au contenu principal

Cultures transgéniques
Entre cultures et importations, les OGM alimentent toujours les chroniques

Destructions de parcelles de cultures transgéniques, nouveaux résultats d´essais et importations de riz contaminés : les OGM font la une des médias.


Les destructions de parcelles de cultures transgéniques se sont poursuivies cet été. Cette fois-ci, les anti-OGM se sont attaqués à des parcelles de production de maïs en plus des seuls essais. « Des agriculteurs ont vu le fruit de leur travail réduit à néant et plus de 60 % des parcelles d´essais OGM ont été saccagées », s´insurgent Gnis, Oléosem, Seproma et UIPP dans un communiqué commun en démontrant des exemples de contre-vérités dont se font l´écho les anti-OGM. Ces derniers déclarent que les expérimentations de cultures OGM sont illégales du fait de la non transcription en droit français de la directive européenne 2001/18/CE relative à la dissémination volontaire d´OGM. Or les expérimentations ont été soumises à évaluation avant autorisation par le ministère de l´Agriculture, en toute légalité aux yeux des semenciers concernés. Un projet de loi sur les OGM qui doit notamment retranscrire la fameuse directive européenne a fait l´objet d´une première lecture au Sénat ce printemps. Il attend toujours de passer devant l´Assemblée nationale.
Un essai qui ne démontre rien de nouveau
Des agriculteurs et des apiculteurs ont mené des expérimentations sur le niveau de contamination à plusieurs distances de maïs population par une parcelle de maïs OGM. Ces contaminations ont été prouvées avec un taux maximum de 0,3 % des pollens sur la parcelle de maïs population la plus proche (25 mètres). Ces essais ne prouvent rien de plus que ce qui a déjà été montré par la filière maïs au travers des études POECB(1). La contamination existe effectivement. La mise en place des moyens de coexistence entre maïs OGM et maïs classique doit permettre sur ce dernier de ne pas dépasser le seuil réglementaire européen de 0,9 % d´OGM. Mais le cahier des charges d´agriculture biologique en France exige 0 % d´OGM, ce qui est impossible aux yeux de l´agro-fourniture. Dernière polémique sur les OGM, la découverte de lots de riz contaminés par des OGM (riz LL601) en provenance des États-Unis.
En Europe, l´importation de ce riz OGM est interdite. Les États-Unis ne commercialisent pas ce riz OGM. Surprenant. Les contaminations pourraient provenir d´expérimentations. La DGCCRF(2) a détecté la présence de ce riz sur 7 des 19 échantillons importés en France, à l´état de traces (moins de 0,1 %). Le riz a été trouvé également dans d´autres pays européens.
Plus qu´un danger pour la santé publique, cet événement met en lumière les difficultés d´importer des lots de production indemne d´OGM non autorisé. Les lots incriminés sont bloqués.

(1) Programme opérationnel d´évaluation des cultures issues des biotechnologies.
(2) Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures