Aller au contenu principal

Engrais : "J’ai acheté la moitié de ma solution azotée dès avril 2022"

Damien Bonhomme est installé en polyculture élevage sur 220 ha à Colombey-les-Deux-Églises et Gillancourt, en Haute-Marne. Il a anticipé ses achats d’engrais pour sécuriser sa fertilisation au printemps prochain.

Damien Bonhomme, agriculteur en Haute-Marne, a choisi d'anticiper au maximum pour assurer sa fertilisation du printemps.
Damien Bonhomme, agriculteur en Haute-Marne, a choisi d'anticiper au maximum pour assurer sa fertilisation du printemps.
© Piloter sa ferme

"Sur les achats d’engrais, nous sommes complètement tributaires de la situation internationale. Pour ma part, j’ai travaillé en confiance avec mon organisme stockeur, Sepac Compagri, ainsi qu’avec mon prestataire d’aide à la décision Piloter sa ferme pour anticiper au maximum. Fort de l’expérience de 2021, dès le printemps, en avril 2022, j’ai acheté la moitié de ma solution azotée à 450 €/t. Je n’ai pas encore été livré mais je n’ai pas d’inquiétude sur ce point.

Pour le reste, je vais me pencher très prochainement sur le sujet avec mon technicien, et je voudrais notamment étudier des solutions moins chères que le sulfate ammonium. Pour les engrais de fond, c’est plus facile car nous avons une activité d’élevage laitier sur la ferme qui génère du fumier. On peut donc fertiliser une grande partie de l’assolement avec cette matière organique.

Plus que jamais lors de la prochaine campagne, je serai attentif aux conditions d’application des produits. Pour autant, je ne compte pas rogner sur les passages en blé pour assurer un niveau de protéines correct ainsi que mes revenus futurs."

220 ha de SAU dont 160 ha de grandes cultures et le reste en prairies permanentes et temporaires.

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Yann Matura, 120 hectares à Buchy."Depuis trois ans, j’utilise des purins d'ortie tout formulés (Form GC) de J3G avec une application au 1er nœud et une seconde à 2 nœuds. Avec un coût de 10 euros à l'hectare, ces produits tonifient les cultures."
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures