Aller au contenu principal

« En pommes de terre, je teste le prébuttage à l’automne avec engrais vert pour améliorer la portance des sols »

Agriculteur à Herzeele dans le Nord, Olivier Secq met en oeuvre différents moyens pour limiter la compaction de ses sols à la structure délicate.

Olivier Secq, agriculteur à Herzeele (Nord) "Je compte sur les racines de l'engrais vert pour tenir les buttes jusqu’au printemps et y planter les pommes de terre sans les restructurer." © Gaec du Briel
Olivier Secq, agriculteur à Herzeele (Nord) "Je compte sur les racines de l'engrais vert pour tenir les buttes jusqu’au printemps et y planter les pommes de terre sans les restructurer."
© Gaec du Briel

« J’ai une grosse partie de sols limoneux sur mes parcelles(1), avec un sous-sol très argileux qui explique des problèmes d’infiltration de l’eau. La quasi-totalité des parcelles est drainée. Il y a cependant d’importants soucis après les récoltes d’automne de maïs ou de pomme de terre. Parfois, à cause des conditions climatiques, nous pouvons être amenés à récolter tardivement, comme l’an dernier. Avec les pluies, l’eau ne parvenait plus à s’infiltrer après le passage des engins. Malheureusement, quelles que soient les conditions à l’automne, on ne peut pas se permettre de trop attendre. On est obligé d’aller récolter les cultures.

Pour la pomme de terre, je suis en train de tester la technique du prébuttage à l’automne(2). Après un apport de fumier et un déchaumage pour mélanger cette matière organique à la terre, je sème un engrais vert vers la mi-septembre. Avant la levée de ces plantes, je passe pour faire les prébuttes. Je compte ensuite sur les racines du couvert pour tenir les buttes jusqu’au printemps et y planter les pommes de terre sans les restructurer. Les couverts seront détruits à la sortie de l’hiver. Avec cette technique, j’apporte du temps au sol pour se restructurer avant la plantation et j’espère obtenir une meilleure portance à l’arrachage.

Par ailleurs, je compte sur mes couverts d’interculture pour apporter de la vie au sol et en améliorer la structure. Je fais un semis direct avec un décompacteur à l’avant du tracteur qui reprend le sol sur 15-18 centimètres pour assurer le bon développement du couvert. J’ai cultivé de la luzerne pendant trois ans. La structure du sol avait été nettement améliorée sur ce laps de temps. La luzerne m’apportait un aliment pour mon élevage mais de qualité insuffisante pour la production laitière. Je laboure mes sols, sauf avant une céréale à paille. La charrue est un très bon outil de restructuration du sol, surtout quand celui-ci a été esquinté. Mais c’est une arme à double tranchant quand une récolte derrière se déroule en conditions humides. La compaction du sol est alors favorisée. »

(1) Gaec du Briel (avec Hélène, son épouse) : 100 hectares dont 40 de blé tendre, 22 de pomme de terre, 20 de maïs ensilage, 7 de lin textile ; Élevage de vaches laitières (60)
(2) Essai sur cinq ans avec Agro-Transfert

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures