Aller au contenu principal

Désherbage/sols drainés : « Contre les vulpins, j’actionne un ensemble de leviers. »

Décalage de dates de semis, chimie, labour, désherbage mécanique… Hervé Auburtin mise sur plusieurs techniques pour contrôler le vulpin sur les parcelles drainées, sur lesquelles le désherbage chimique se révèle de plus en plus compliqué.

Hervé Auburtin, agriculteur à Saint-Jure (Moselle) : « Si des restrictions plus sévères s’appliquent sur les sols drainés, je pense recourir davantage au désherbage mécanique et introduire plus de culture de printemps dans la rotation. » © H. Auburtin
Hervé Auburtin, agriculteur à Saint-Jure (Moselle) : « Si des restrictions plus sévères s’appliquent sur les sols drainés, je pense recourir davantage au désherbage mécanique et introduire plus de culture de printemps dans la rotation. »
© H. Auburtin

« Les terres que je cultive sont à 80 % drainées et une petite proportion (5 %) est à plus de 45 % d’argile. Le problème majeur d’adventices est le vulpin et j’agis sur plusieurs leviers pour le contrôle des mauvaises herbes. Contre cette graminée, le décalage de date de semis au 10 octobre plutôt qu’au 20-25 septembre fonctionne bien. Les vulpins lèvent en octobre. Avec le semis direct des blés, j’arrive à éliminer une bonne partie de la population.

En termes de désherbage chimique, j’applique le produit Fosburi à 0,6 l/ha sur les blés après colza au stade 1 feuille. Sur les autres blés qui suivent une culture de printemps, je ne fais pas de traitement herbicide à l’automne mais une application de glyphosate avant le semis. Le semis direct que je réalise sur blé, tout comme une technique s’apparentant au strip-till sur colza, ne bouleverse pas l’horizon et ne produit donc pas de relevées d’adventices.

Précédemment, j’utilisais des produits comme le chlortoluron. Avant une orge d’hiver, j’effectue un labour, ce qui survient tous les trois ou quatre ans dans la rotation. C’est un bon désherbant mécanique qui casse bien le cycle du vulpin.

L’orge est semée fin septembre et je joue sur de fortes densités à 380-400 grains/m2 pour avoir un effet étouffant sur les adventices, notamment sur les vulpins qui ne sont pas encore levés. Un traitement au Fosburi y est réalisé comme sur blé.

Au printemps, quand la fenêtre météo est favorable et les sols bien ressuyés, je fais un passage de herse étrille, ce qui enlève plus de 80 % des adventices qui restent. Parfois, je passe cet outil à l’aveugle sur les orges avant leur levée sur des adventices au stade fil blanc ou point vert. Quand le passage est possible, l’efficacité est assez bluffante. Si des restrictions plus sévères s’appliquent sur les sols drainés, je pense recourir davantage au désherbage mécanique et introduire plus de culture de printemps dans la rotation. »

240 ha de culture dont 80 de blé tendre, 30 d’orge d’hiver, 30-40 de colza, tournesol, pois, orge de printemps, mirabelle

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Glyphosate : l’Anses entérine l'interdiction en labour et des réductions de doses en non-labour
Les restrictions d’usage du glyphosate annoncées par l’Anses concernent toutes les productions agricoles mais impactent peu les…
Aides PAC / Grandes cultures : versements anticipés sur les comptes courants dès le 16 octobre
70 % des aides Pac viennent d’être versées sur les comptes des exploitations de grandes cultures. Un ratio majoré cette année. En…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
Thierry Gaillard, Michaël Bonnevie et Emmanuel Vigier font partie du groupe de huit agriculteurs qui portent à bout de bras un projet de méthaniseur dans le Cher. L'introduction des Cive dans la rotation sera un atout pour sortir des impasses techniques actuelles. © G. Omnès
Énergies renouvelables : un projet de méthanisation pour pérenniser des fermes en zone intermédiaire
Huit agriculteurs du Cher se sont lancés dans un projet de méthanisation afin de sécuriser l’avenir de leurs fermes à la…
En plus d'être une bonne candidate pour la méthanisation et de résister aux aléas climatiques, la silphie produit des fleurs jaunes attractives pour les abeilles. © C. Gloria
La silphie, une culture fourragère offrant de nombreux atouts pour la méthanisation
Dans les plantes alimentant les méthaniseurs, je demande… la silphie. Cette espèce originaire d’Amérique du Nord commence à être…
récolte de colza
Colza : l'inquiétante chute des surfaces se poursuit en 2020
Insectes hors de contrôle, sécheresse au semis… le colza est confronté à des conditions hostiles qui mettent à mal son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures