Aller au contenu principal

[Edito] Souveraineté alimentaire ou transition écologique : le choix impossible ?

L'agression russe contre l'Ukraine démontre concrètement que l'enjeu de la souveraineté alimentaire n'est pas que théorique, y compris en Europe. Et soulève la question de l'articulation de celle-ci avec la transition écologique.

Parcelle de protéagineux. C'est l'une des dimensions du débat : peut-on prétendre à la souveraineté alimentaire en faisant l’économie d’une transition écologique ambitieuse pour réduire la dépendance aux importations des moyens de production ?
Parcelle de protéagineux. C'est l'une des dimensions du débat : peut-on prétendre à la souveraineté alimentaire en faisant l’économie d’une transition écologique ambitieuse pour réduire la dépendance aux importations des moyens de production ?
© C. Delisle

L’onde de choc de l’agression de l’Ukraine par la Russie a relancé les discussions sur la souveraineté alimentaire. Cette catastrophe humaine et économique a le mérite de rappeler que la question n’est pas théorique, même pour une Europe habituée à remplir le ventre d’une grande partie de ses habitants.

L’arme alimentaire russe, à travers ses exportations de grains, d’engrais et d’énergie, est désormais bien tangible. Un constat s’impose : la forte dépendance de la planète aux matières premières russes est un danger vital. Plusieurs ministres de l’Agriculture européens en ont conclu qu’il fallait sanctuariser le potentiel de production de l’UE, « quoi qu’il en coûte », pour assurer la souveraineté alimentaire de l’Europe et de ses voisins méditerranéens. Une position qui a aussitôt suscité un vif débat.

Assurément, produire suffisamment est un impératif pour l’UE, pour sa sécurité comme pour sa capacité d’export vers des pays pris en tenaille entre une population croissante et un changement climatique délétère. Mais peut-on réduire la notion de souveraineté alimentaire à la quantification de volumes produits, sans s’interroger sur les moyens de production qu’il faut engager ?

Accroître la sobriété de notre système alimentaire, en réduisant la dépendance à l’énergie fossile, qu’elle soit sous forme de gaz, de carburant ou de phyto, apparaît aussi indispensable que de maintenir notre niveau de production. À défaut, on ne fera que déplacer la dépendance, tout en accélérant un changement climatique délétère pour la sécurité alimentaire.

Autrement dit, peut-on prétendre à la souveraineté alimentaire en faisant l’économie d’une transition écologique ambitieuse ? Pour ne pas être stérile, ce débat doit poser des objectifs précis et des mesures concrètes, aux conséquences documentées sur l’ensemble des aspects alimentaires, économiques et environnementaux. Tant les saccages de trains de blé que les critiques à l’emporte-pièce du verdissement de la PAC n’y contribuent guère.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les sangliers, dont les populations explosent, sont responsables de 85 % des dégâts de grand gibier occasionnés aux cultures.
Dégâts de gibier : le système d’indemnisation menacé d’explosion
Les dégâts de gibier coûtent de plus en plus cher aux fédérations départementales de chasseurs. Et détruisent des cultures qui n’…
En hiver, la présence d'un couvert contribue à une meilleure infiltration de l'eau, réduisant les risques de tassement ou de lissage du sol en profondeur.
Couverts d’interculture : comment optimiser leurs bénéfices sur la structure du sol ?
Bien menés, les couverts végétaux améliorent la structure du sol sur les premiers centimètres, mais ne remplacent pas le travail…
Alexandre Dufour. "Je ne travaille pas pour toucher des indemnités des chasseurs ni pour cultiver des chardons".
Dégâts de gibier : « Nos cultures sont détruites à chaque fois »
Alexandre Dufour est agriculteur en système polyculture- élevage allaitant sur 280 hectares à Agey, en Côte-d’Or. Il déplore des…
Vu la dimension des projets de méthanisation, les banquesexaminent de près la santé financière des exploitants et le niveau de fonds propres.
Méthanisation agricole : 6 points à surveiller pour financer son projet
Rentabilité, fonds propres, compétences... Les banques exigent de plus en plus de garanties pour financer les projets de…
Une graminée comme l'orge de printemps dans la betterave montre un effet perturbateur pour l'installation de pucerons.
Jaunisse de la betterave : résultats encourageants avec les plantes compagnes
Depuis deux ans, diverses solutions de lutte contre la jaunisse de la betterave sont testées sur le terrain au travers d’un plan…
Un colza associé à la féverole développe un enracinement plus profond.
Sol : les plantes compagnes favorisent le drainage
L'association de plantes favorise le développement du système racinaire, favorable à la structure du sol.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures