Aller au contenu principal

Edito : la fable de la betterave, la jaunisse et les néonicotinoïdes

La décision de permettre le retour des néonicotinoïdes sur betteraves a une nouvelle fois suscité de violentes passes d'armes, mettant une fois de plus en évidence le fossé entre les points de vue, et la difficile transition vers une baisse massive de l'usage des produits phytos.

Pour la deuxième année d’abstinence néonicotinoïdique, les betteraves françaises ont subi un assaut de pucerons d’une intensité inédite. © ITB
Pour la deuxième année d’abstinence néonicotinoïdique, les betteraves françaises ont subi un assaut de pucerons d’une intensité inédite.
© ITB

La betterave, la jaunisse et les néonicotinoïdes : ce pourrait être le nom d’une fable. Et, à certains égards, c’en est une, tant cette histoire s’apparente à une leçon de vie, ce qui est le propre de ces récits. Voici donc qu’en 2016, une loi est votée interdisant les néonicotinoïdes. Promis, juré, cela n’engendrera aucune impasse technique.

Quatre ans plus tard, pour la deuxième année d’abstinence néonicotinoïdique, les betteraves françaises subissent un assaut de pucerons d’une intensité inédite. On ressort les pulvés, on traite et on retraite avec les insecticides autorisés, rien n’y fait : la jaunisse s’étend.

À la CGB, on s’alarme sur l’air de « on vous l’avait bien dit », et on urge les pouvoirs publics de dégainer un plan de soutien pour ne pas assister à une hémorragie de planteurs, synonyme de faillite industrielle et de nouveaux chômeurs. Parmi les mesures : permettre — à l’instar d’autres pays européens — l’usage dérogatoire des néonicotinoïdes honnis, symbole des pesticides tueurs d’abeilles.

Le tout frais ministre de l’Agriculture accède à la demande. Au passage, sa collègue de la Transition écologique se voit contrainte de justifier l’usage de produits qu’elle avait contribué à interdire en 2016, renforçant l’image des « politiques girouettes ».

Hourra chez les planteurs, consternation chez les opposants au tout phyto. S’ensuit la désormais traditionnelle polémique scientifique, chacun justifiant sa position sur la base d’arguments attestés en laboratoire (« pas de risque pour les abeilles, les betteraves ne fleurissent pas », assurent les uns ; « la rémanence dans le sol de ces produits sera fatale pour les pollinisateurs », rétorquent les autres).

La morale ? C’est que l’exécutif a dû choisir entre deux maux pour cause d’impréparation. Les pesticides sont mauvais pour l’environnement. Mais le monde agricole n’est pas encore suffisamment armé pour basculer massivement dans l’ère du zéro phyto. Entre inertie et précipitation, difficile de trouver le bon tempo.

Les plus lus

Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Moisson 2021 : brève accalmie avant de nouvelles pluies ?
De nouveaux orages sont annoncés pour la fin de semaine. Pour préserver la qualité de la récolte, les moissonneuses s’activent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures