Aller au contenu principal

Du tourteau de colza valorisé dans les panneaux de bois¶

Une jeune pousse de l’Oise travaille sur la création d’un produit plus économique et plus vert pour remplacer les résines synthétiques dans les panneaux de bois.¶

Michel Boucly, directeur général délégué du groupe Avril et Fabrice Garrigue, président d’Evertree ont inauguré leur centre de recherche et de développement à Venette, dans l’Oise, le 10 juillet 2017.
© L. Debuire

La société Evertree a inauguré le 10 juillet son centre de recherche et d’innovation à Venette, dans l’Oise. Créée par le groupe Avril, cette jeune entreprise concentre ses recherches sur la substitution par un bioproduit des résines issues de la pétrochimie et utilisées dans la fabrication de panneaux de bois. Ses travaux reposent sur le développement d’un additif issu de la protéine de colza qui permet de réduire l’utilisation de résine synthétique. Mis au point par deux chercheurs américains au sein d’une start-up nommée Biopolymer technologies, cet additif innovant est issu de tourteaux de colza standard. Selon Fabrice Garrigue, président d’Evertree, « il permet de répondre aux préoccupations sociétales. La plupart des résines utilisées par les fabricants sont composées en grande partie de formaldéhydes critiqués pour leur caractère cancérogène. En utilisant l’additif mis au point par Evertree, non seulement les entreprises créent des matériaux plus recyclables mais aussi moins chers. Notre produit permet d’économiser 5 à 10 % sur le coût de production des panneaux de bois. »

Une usine d’ici 2020

Aussi intéressant soit-il, ce nouveau débouché devrait rester une niche. « Pour approvisionner 20 % du marché mondial, il suffirait de 20 000 tonnes de tourteaux par an. Pour rappel, nous en utilisons trois millions de tonnes pour l’alimentation animale. Autant dire que c’est une pincée de sel, a expliqué Michel Boucly, directeur général délégué du groupe Avril. Nous parlons plus ici d’une valorisation qualitative de la protéine de colza. »

L’additif est, pour le moment, en phase de qualification chez six acteurs de l’industrie du panneau de bois composite dans le monde, principalement localisés en Amérique du Nord et en Europe. Pour répondre à la future demande, une usine devrait voir le jour en Seine-Maritime d’ici 2020. Elle utiliserait 25 à 50 000 tonnes de tourteaux chaque année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures