Aller au contenu principal

 Drive fermier, vente directe... Bien choisir son site web, condition du succès

Le site web est au cœur du fonctionnement d’un drive de producteur. Il doit être ergonomique pour le client, mais également très fonctionnel pour les producteurs, car l’usage est quotidien.

Le site web d'un drive fermier doit être ergonomique pour les clients, et intuitif pour les producteurs, car l'usage sera quasi quotidien. © Emplettes paysannes
Le site web d'un drive fermier doit être ergonomique pour les clients, et intuitif pour les producteurs, car l'usage sera quasi quotidien.
© Emplettes paysannes

Vitrine, tiroir-caisse, carnet de commandes, outil de gestion des stocks… Le site web est une pièce maîtresse pour les drives de producteurs. « Le choix du prestataire du site web est très important, confirme Jean-Michel Matte, du drive Emplettes paysannes, en Meurthe-et-Moselle. Il y a la question du coût, mais aussi de la réactivité. S’il y a une panne un dimanche et qu’une grande partie des commandes sont habituellement passées le lundi, il faut pouvoir obtenir une réponse rapide du prestataire. »

L’outil doit être fonctionnel pour les clients et pour les producteurs. Il est recommandé de le découvrir à l’aide d’une démonstration. « Pour un producteur, la simplicité dans les mises à jour de ses produits est importante pour éviter d’y passer trop de temps, souligne Éric Petitjean, de la société Dynapse, qui développe des sites pour les drives. L’utilisation du site doit être intuitive pour les producteurs, car ce sera un peu leur magasin, avec une interaction quasi quotidienne. »

Dans ce souci de simplification, certains sites vont jusqu’à proposer aux producteurs de centraliser toutes leurs commandes, quel que soit le réseau (Amap, drive, vente directe…). C’est le cas par exemple de l’outil développé par Bio tout court (réservé aux produits bio), avec en outre la fourniture d’un portefeuille numérique.

Des coûts très abordables

Les coûts et les modes de facturation varient selon les prestataires : prélèvement d’une commission en pourcentage du chiffre d’affaires pour le site associé à la marque Drive fermier, facturation pour la création du site puis abonnement de maintenance pour d’autres prestataires… Il est possible de trouver des solutions abordables et de qualité chez les acteurs spécialisés sur ce créneau.

Chez Dynapse, la création du site avoisine 500 euros, avec un surcoût en cas de charte graphique très personnalisée. Le prix mensuel de l’abonnement de maintenance varie selon le chiffre d’affaires. « 90 % des drives avec qui nous travaillons optent pour une solution facturée entre 50 et 100 euros par mois », précise Éric Petitjean.

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
La nouvelle convention collective implique d'échanger avec son salarié sur son poste et ses compétences. © C. Baudart
Employeurs : ce que change la nouvelle convention collective pour les agriculteurs
Les producteurs de grandes cultures qui emploient un ou plusieurs salariés doivent appliquer la nouvelle Convention collective…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures