Aller au contenu principal
Font Size

À Dijon, la plateforme de phénotypage la plus importante au monde

L’Inra de Dijon dispose de la plateforme de phénotypage à haut débit, depuis 2013, la plus grande jamais construite au monde. "Nous disposons d’un ensemble de dix serres fixes et modulables dont quatre sont automatisées, de chambres climatisées géantes, de quatre cabines de phénotypage (et une cinquième prévue à terme). Une serre peut recevoir jusqu’à 600 plantes et les mesures ont été mises au point pour dix espèces de plantes dont des grandes cultures comme le pois, le blé, le colza", présente Christophe Salon, directeur scientifique de la plateforme de phénotypage haut débit à l’Inra de Dijon.

La plante passe dans chaque cabine, comme au Photomaton

Dans les serres, les plantes sont disposées en pot, chacun comportant une puce RFID pour le suivi plante par plante tout au long de leur vie. Ces plantes sont amenées de manière automatisée via des convoyeurs (tapis roulants) pour ((simplement)) leurs alimentation et traitements contrôlés, leurs pesées régulières… et pour les mesures dans les cabines de phénotypage.

La plante arrive et, dans chaque cabine, elle est prise en photo sous plusieurs angles dans le spectre visible de lumière (mesures de hauteur, d’architecture, de surface foliaire, de biomasse…), du proche infrarouge (mesure de teneur en eau) et de fluorescence (pour suivre l’expression d’un gène auquel a été 'greffé' un gène de fluorescence GFP). La quatrième cabine est réservée au système racinaire des plantes.

La plateforme de Dijon revêt un dispositif original de plus avec le phénotypage racinaire. Explications : les plantes sont disposées dans des pots où l’on peut visualiser le système racinaire, des rhizotrons. Il y en a 1200 de prévus.

Visualiser les racines jusqu'à cinq microns de section

Dans la cabine dévolue à ces rhizotrons, le haut débit, mais aussi la haute précision, sont de rigueur, avec des mesures sur des racines jusqu’à cinq microns de section. Le pois est l’une des plantes sur lesquelles portent des études actuellement. " Dans le cadre du projet de recherches Abstress, des pois sont soumis à quatre types de conditions de cultures : optimales, infestation par fusarioses, stress hydrique, et les deux à la fois. Les quatre situations sont comparées avec mesures de morphométrie aérienne et racinaire et mise en relation avec les gènes responsables d’adaptation aux stress après analyse transcriptomique ", explique Christophe Salon.Avec près de 200 plantes passant par jour dans les cabines de phénotypage, les robots ne chôment pas.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures