Aller au contenu principal

À Dijon, la plateforme de phénotypage la plus importante au monde

L’Inra de Dijon dispose de la plateforme de phénotypage à haut débit, depuis 2013, la plus grande jamais construite au monde. "Nous disposons d’un ensemble de dix serres fixes et modulables dont quatre sont automatisées, de chambres climatisées géantes, de quatre cabines de phénotypage (et une cinquième prévue à terme). Une serre peut recevoir jusqu’à 600 plantes et les mesures ont été mises au point pour dix espèces de plantes dont des grandes cultures comme le pois, le blé, le colza", présente Christophe Salon, directeur scientifique de la plateforme de phénotypage haut débit à l’Inra de Dijon.

La plante passe dans chaque cabine, comme au Photomaton

Dans les serres, les plantes sont disposées en pot, chacun comportant une puce RFID pour le suivi plante par plante tout au long de leur vie. Ces plantes sont amenées de manière automatisée via des convoyeurs (tapis roulants) pour ((simplement)) leurs alimentation et traitements contrôlés, leurs pesées régulières… et pour les mesures dans les cabines de phénotypage.

La plante arrive et, dans chaque cabine, elle est prise en photo sous plusieurs angles dans le spectre visible de lumière (mesures de hauteur, d’architecture, de surface foliaire, de biomasse…), du proche infrarouge (mesure de teneur en eau) et de fluorescence (pour suivre l’expression d’un gène auquel a été 'greffé' un gène de fluorescence GFP). La quatrième cabine est réservée au système racinaire des plantes.

La plateforme de Dijon revêt un dispositif original de plus avec le phénotypage racinaire. Explications : les plantes sont disposées dans des pots où l’on peut visualiser le système racinaire, des rhizotrons. Il y en a 1200 de prévus.

Visualiser les racines jusqu'à cinq microns de section

Dans la cabine dévolue à ces rhizotrons, le haut débit, mais aussi la haute précision, sont de rigueur, avec des mesures sur des racines jusqu’à cinq microns de section. Le pois est l’une des plantes sur lesquelles portent des études actuellement. " Dans le cadre du projet de recherches Abstress, des pois sont soumis à quatre types de conditions de cultures : optimales, infestation par fusarioses, stress hydrique, et les deux à la fois. Les quatre situations sont comparées avec mesures de morphométrie aérienne et racinaire et mise en relation avec les gènes responsables d’adaptation aux stress après analyse transcriptomique ", explique Christophe Salon.Avec près de 200 plantes passant par jour dans les cabines de phénotypage, les robots ne chôment pas.

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Les cours du colza ont atteint 528 €/t rendu Rouen le 8 mars, établissant un nouveau record. Qui pourrait bien être battu dans les semaines qui viennent... © G. Omnès
Prix record en colza : vers les 600 euros/tonne ?
Les prix du colza ont été propulsés à un niveau encore jamais atteint. Demande dynamique en huile, offre en graines réduite,…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures