Aller au contenu principal

Diagnostiquer l’état de vos sols

L’enjeu d’une bonne gestion physique de son sol passe par un bon diagnostic. Le meilleur moyen, c’est la bêche, selon Hubert Boizard. « On peut regarder l’enracinement de ses cultures en creusant des profils de sol mais les agriculteurs n’aiment pas faire des trous », reconnaît-il. Pénétromètre, infiltrométrie, mesures de résistivité électrique…, il n’y a pas de méthode miracle, selon Vincent Tomis, chargé de projet à Agro-Transfert Ressources et Territoires, et Hubert Boizard, chercheur à l’Inra d'Estrées-Mons en Picardie. Dans le cadre du projet D’Phy, il sera proposé une méthode de diagnostic simple à mettre en œuvre pour les agriculteurs, accessible et la plus pertinente possible.
Pour prévenir les tassements, des outils de modélisation de l’évolution de l’état structural sous les passages de roues permettent d’établir un niveau de risque. « Le modèle Terranimo, conçu par des scientifiques suisses et danois prend en compte plusieurs paramètres du sol et des
caractéristiques du matériel pour évaluer comment les pressions se propagent en profondeur
sous une charge. Il sera utilisé surtout dans un but pédagogique pour les agriculteurs »,
mentionne Vincent Tomis.
« Avec cet outil de simulation, on peut évaluer le risque à intervenir avec un engin agricole en fonction du type de sol et des prévisions climatiques. Dans certains pays, on obtient cette information sur son smartphone », informe Jean Roger-Estrade, d'Agro Paris Tech.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Combiné à d'autres leviers, les techniques de travail du sol simplifié permettent aux producteurs de colza et de tournesol de bénéficier d'un bonus substantiel. © Orthman
Bas carbone : des efforts désormais valorisés en grandes cultures
Colza, tournesol, orge, maïs : les filières végétales se lancent sur le marché du carbone pour générer de la valeur ajoutée. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures