Aller au contenu principal
Font Size

Développer l’emploi partagé en Cuma

Mutualisation de la main-d’œuvre ‹ Les Cuma l’attendaient depuis longtemps. Le décret permettant à ces dernières de constituer des groupements d’employeurs pour 49 % de leur masse salariale, au lieu de 30 % précédemment, vient d’être publié au Journal officiel.

Depuis 2006, les Cuma pouvaient développer dans la limite de 30 % de leur masse salariale globale une activité de groupements d’employeurs au profit de leurs adhérents. Une proportion qui constituait un frein, estime Florent Bouvard, vice-président de la FNCuma, en charge de l’emploi, les Cuma ayant du mal à conserver des salariés qu’elles avaient formés.
Ce décret est donc une véritable bonne nouvelle pour l’emploi en Cuma. Les présidents de Cuma ont souvent un volant de salariés en CDD, qu’ils ont du mal à conforter. Ce mécanisme va les autoriser, sur le volume total de leur masse salariale, à monter à 49 % et permettra de ce fait de développer du groupement d’employeurs et de consolider les postes, d’aller vers des emplois stables et faits pour durer ”, indique Florent Bouvard.

Les Cuma disposent donc désormais d’un cadre juridique stabilisé leur permettant de mutualiser de la main-d’œuvre et de développer de l’emploi partagé. Ce décret pourrait avoir un vrai “ effet boost ” sur l’emploi en Cuma, sachant qu’il y a de plus en plus de besoin de main-d’œuvre sur les exploitations, poursuit Florent Bouvard. “ Il est toujours difficile de donner des chiffres mais nous espérons au sein du réseau que d’ici un à deux ans, il y aura jusqu’à 15 ou 20 % d’augmentation de l’emploi en Cuma. ”


À noter que le décret sera applicable dès le 1er janvier 2014.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures