Aller au contenu principal

HERBICIDES CEREALES
Deux associations originales de substances actives

Deux nouveaux produits arrivent sur le marché pour le désherbage des céréales. Des compositions innovantes à défaut de nouvelles molécules.

Pas de nouvelles matières actives herbicides à prévoir dans les quelques années qui viennent ! Les agriculteurs doivent se contenter de compositions originales dans les nouveaux produits de désherbage. La rentrée 2012 compte deux de ces nouveautés.


SYNGENTA PROPOSE DAIKO. Le produit associe le prosulfocarbe, bien connu au travers de la spécialité Défi, au clodinafop- propargyl du Celio. Ce sont donc deux molécules antigraminées aux modes d’actions différents qui se retrouvent dans Daiko. « Cette association peut être pertinente dans les situations avec des adventices encore sensibles aux fops. Mais malgré tout, ce produit n’est pas suffisant, observe Ludovic Bonin, spécialiste désherbage céréales chez Arvalis. Daiko n’apporte rien d’intéressant sur graminées à l’automne. La dose de 2,25 litres/hectare est trop juste. » Daiko est homologué à la dose de 3 litres/hectare mais il souffre en effet d’une restriction de dose d’utilisation à l’automne de 2,25 litres/hectare. Dans ces conditions, il apporte beaucoup moins de prosulfocarbe qu’un Défi, ce dernier étant utilisable jusqu’à 5 litres/hectare. « Daiko est valorisé en association avec d’autres antigraminées comme Carat, Fosburi ou Quartz GT, précise Ludovic Bonin. Compte tenu de la dose restrictive de Daiko à l’automne, il est essentiel de renforcer la dose de son partenaire. Par exemple, un mélange Daiko (2 l/ha) + Quartz GT (2 l/ha) se situera dans les références hautes sur vulpins encore sensibles aux fops. Sur ray-grass, l’association Daiko (2,25 l/ha) + Carat (0,8 l/ha) est très intéressante mais Défi + Carat l’est tout autant selon nos essais. » Daiko est commercialisé aux alentours de 14 euros le litre alors que l’on est plus près des 10 euros le litre pour Défi. Tout comme Arvalis, Syngenta n’envisage pas autrement l’utilisation de Daiko qu’en mélange avec d’autres spécialités : Daiko + Puccini Gold,Daiko + Arbalète, Daiko + Gachette… pour éliminer les graminées mais aussi nombre de dicotylédones à l’automne.


SECONDE NOUVEAUTÉ HERBICIDE : PICOTOP, COMMERCIALISÉ PAR BASF. Déjà présent dans Picosolo,Narak et Celtic, le picolinafène est, cette foisci, associé au dichlorprop-P pour aboutir à un antidicotylédones. « Le spectre d’action de Picotop est complet. Il ne présente pas beaucoup de faiblesses contre les dicotylédones à problème, remarque le spécialiste d’Arvalis. L’efficacité est remarquable sur les pensées, les véroniques des champs et à feuilles de lierre, le coquelicot, les stellaires… » Le produit est utilisable en sortie d’hiver. « Il sera intéressant de le mélanger à un antigraminées de type Abak ou Atlantis qui présentent justement des lacunes contre les dicotylédones que Picotop détruit de façon satisfaisante. » La dose homologuée du produit est de 2 litres/hectare pour un prix de l’ordre de 16 euros le litre. Picotop ne contient pas de molécules inhibitrices de l’ALS (sulfonylurée ou autre), ce qui peut être perçu comme un avantage pour le contrôle durable des mauvaises herbes.Des populations de graminées et maintenant de dicotylédones expriment une résistance génétique contre les herbicides inhibiteurs de l’ALS.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures