Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Déterminez maintenant quel travail du sol réaliser avant le semis du colza

Bien diagnostiquer l’état de son sol avant un colza est important pour garantir la meilleure implantation possible. La pratique en images avec la vidéo proposée par Terres Inovia.

prélèvement sol avec une bêche
Le prélèvement de terre avec une bêche sera fait sur un sol frais pour pouvoir bien en diagnostiquer l'état.
© S. Cadoux/Terres Inovia

Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été dans des régions au contexte pédoclimatique difficile. Terres Inovia propose un test bêche simple à mettre en œuvre pour bien diagnostiquer l’état de son sol. Idéalement, ce test s’effectue maintenant, c’est-à-dire avant la récolte du précédent quand le sol est encore humide. En situation sèche, le sol est dur et le diagnostic est alors beaucoup plus difficile à poser.

Terres Inovia met à disposition une vidéo pour expliquer son approche. « Dans chaque parcelle, trois prélèvements de la profondeur et de la largeur d’une bêche seront réalisés dans des zones représentatives du champ, explique Stéphane Cadoux, chargé d’étude en agronomie chez Terres Inovia. Ensuite, il faut observer le comportement global de la bêchée prélevée et casser les mottes pour en examiner l’état interne. » Selon que le bloc de terre prélevée sera ouvert (terre fine), en mottes décimétriques ou prises en masse et que l’état interne des mottes sera poreux, fissuré ou tassé, il sera indispensable de travailler son sol (à 10 cm ou à 20 cm) ou l’on pourra au contraire ne pas y toucher.

Limiter au maximum le travail du sol pour préserver l’humidité

Un tableau reprend ces critères pour aider à prendre la bonne décision. Un principe malgré tout avant le semis du colza : limiter au maximum les opérations de travail du sol de façon à maintenir la fraîcheur. Le colza en aura besoin en août pour bien démarrer. Dans le numéro de Réussir Grandes Cultures à paraître début juin, le dossier sera consacré à l’implantation du colza avec les différents leviers à actionner pour obtenir des plantes robustes aux premiers jours de l’automne : semis, choix variétal, fertilisation avant l’automne, légumineuses associée…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
 © V. Marmuse / CAIA
Météo : les cultures seront-elles confrontées à un été chaud ou très chaud ?
Les prévisions trimestrielles de Météo France tablent sur un été plus chaud que la normale. D’autres prévoient un été moins chaud…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Les céréales n'aiment pas beaucoup les excès d'eau, en particulier les orges. © C. Baudart
En grandes cultures, les excès de pluies hivernales bousculent les assolements
Les niveaux de pluviométrie de l’hiver, largement supérieurs à la normale, modifient la physionomie de la plaine : semis de blé…
Stratégie « de la ferme à la table » : Bruxelles place la barre environnementale haut
Un quart de la surface européenne en bio, baisse de 50 % de l’usage des phytos et de 20 % de l’utilisation d’engrais… Dans la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures