Aller au contenu principal

Déterminez maintenant quel travail du sol réaliser avant le semis du colza

Bien diagnostiquer l’état de son sol avant un colza est important pour garantir la meilleure implantation possible. La pratique en images avec la vidéo proposée par Terres Inovia.

prélèvement sol avec une bêche
Le prélèvement de terre avec une bêche sera fait sur un sol frais pour pouvoir bien en diagnostiquer l'état.
© S. Cadoux/Terres Inovia

Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été dans des régions au contexte pédoclimatique difficile. Terres Inovia propose un test bêche simple à mettre en œuvre pour bien diagnostiquer l’état de son sol. Idéalement, ce test s’effectue maintenant, c’est-à-dire avant la récolte du précédent quand le sol est encore humide. En situation sèche, le sol est dur et le diagnostic est alors beaucoup plus difficile à poser.

Terres Inovia met à disposition une vidéo pour expliquer son approche. « Dans chaque parcelle, trois prélèvements de la profondeur et de la largeur d’une bêche seront réalisés dans des zones représentatives du champ, explique Stéphane Cadoux, chargé d’étude en agronomie chez Terres Inovia. Ensuite, il faut observer le comportement global de la bêchée prélevée et casser les mottes pour en examiner l’état interne. » Selon que le bloc de terre prélevée sera ouvert (terre fine), en mottes décimétriques ou prises en masse et que l’état interne des mottes sera poreux, fissuré ou tassé, il sera indispensable de travailler son sol (à 10 cm ou à 20 cm) ou l’on pourra au contraire ne pas y toucher.

Limiter au maximum le travail du sol pour préserver l’humidité

Un tableau reprend ces critères pour aider à prendre la bonne décision. Un principe malgré tout avant le semis du colza : limiter au maximum les opérations de travail du sol de façon à maintenir la fraîcheur. Le colza en aura besoin en août pour bien démarrer. Dans le numéro de Réussir Grandes Cultures à paraître début juin, le dossier sera consacré à l’implantation du colza avec les différents leviers à actionner pour obtenir des plantes robustes aux premiers jours de l’automne : semis, choix variétal, fertilisation avant l’automne, légumineuses associée…

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
En créant un groupement d'employeurs, Mickaël et Vanessa Dupeyron, ainsi que Raphaël Descat, ont pu proposer des CDI à leurs salariés.
Gagner plus en travaillant moins : le collectif gagnant de trois agriculteurs
Trois agriculteurs unissent leurs moyens et leur énergie pour développer leur activité. Le groupement d’employeurs qu’ils…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures