Aller au contenu principal

Désherbage vulpins et ray-grass : c’est le moment d’agir !

L’été pluvieux a pénalisé les moissons. Mais l’humidité des sols et les niveaux de températures sont désormais des atouts pour désherber efficacement à l’interculture. N’attendez pas pour intervenir !

Les déchaumages superficiels vont favoriser les levées des graines adventices.
Les déchaumages superficiels vont favoriser les levées des graines adventices.
© Einböck

Les blés viennent d’être fauchés : c’est le moment d’actionner les fameux leviers agronomiques pour maîtriser les ray-grass et vulpins, à commencer par le faux semis. Le moment est idéal : le niveau d’humidité des sols, couplé à une remontée des températures, va favoriser les levées en nombre des graines d’adventices.

Le faux semis, technique de travail du sol qui consiste à travailler la terre sur ses premiers centimètres, va stimuler les germinations et générer de fortes levées. Une aubaine alors que les longues semaines de pluies des mois précédents ont favorisé le salissement des parcelles, la montée à graines des adventices et la constitution d’un stock semencier parfois important. Un seul pied de ray-grass génère entre 500 et… 5 000 graines.

Il s’agit désormais de diminuer ce stock au maximum pour limiter les repousses dans la culture suivante. Les conditions fraîches et humides de ces dernières semaines sont ici un atout. Comme pour le blé, elles ont favorisé les levées de dormance des graines des graminées adventices.

Attention : la pratique du faux semis est recommandée dès maintenant derrière une céréale mais pas derrière un colza. La directive nitrates, en vigueur dans de nombreux départements, impose d’attendre un mois après la date de récolte pour s’y mettre.

Multiplier les faux semis

Durant toute l’interculture, la destruction des relevées d’adventices pourra être assurée par un nouveau faux semis, réalisé à la même profondeur d’ici à une quinzaine de jours, ou par une application de glyphosate aux doses en vigueur, suivie par un nouveau faux semis.

Laisser au minimum trois semaines entre le dernier faux semis et le semis de la culture suivante ou de la CIPAN. En parcelles infestées, une application herbicide avant le semis améliore la propreté de la parcelle. Pour le passage d’outils, il est recommandé de toujours travailler superficiellement afin de ne pas faire remonter des graines adventices enfouies plus profondément.

L’usage du controversé glyphosate permettra en outre de limiter les populations de chardons, adventice vivace fréquemment signalée cette année. Dans ces situations, on évitera absolument l’utilisation d’outils de déchaumage à disque, sous peine de bouturer et de multiplier les rhizomes.

Qu’elles soient mécaniques ou chimiques, ces interventions estivales ne devraient pas suffire pour éradiquer les chardons : il faut actionner plusieurs leviers et du temps pour en venir à bout.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Tous les produits contenant  du métaldéhyde sont taxés.
Antilimaces : pour le métaldéhyde, coût augmenté et stockage obligatoire en local phyto
A compter de cette année, les produits à base de métaldéhyde font l’objet de taxes spécifiques et d’obligation de stockage en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures