Aller au contenu principal

Des sols en bonne santé pour se passer du glyphosate chez Michel Roesch

En bio et en TCS, Michel Roesch, exploitant dans le Bas-Rhin, allie couverts savamment composés et scalpeur pour se passer du glyphosate.

"En bio et en non labour, le contrôle des adventices repose sur les couverts d'interculture bien implantés pour étouffer les mauvaises herbes", indique Michel Roesch.
© Sol Vivant

« Depuis 2004, mon exploitation est menée en TCS avec l’outil Ecodyn qui peut s’apparenter à un scalpeur réglé pour ne pas travailler plus de 4 centimètres du sol, c’est-à-dire jamais plus profond que la ligne de semis. Je suis passé en bio où le contrôle des adventices en interculture repose sur les couverts végétaux entre autres. Il faut bien les implanter de façon à ce qu’ils étouffent les mauvaises herbes. Avant un maïs ou un soja, le couvert se compose d’un mélange de sept à dix espèces dont une bonne part de légumineuses. Il tient une place aussi importante que celle d’une culture. En implantant des couverts végétaux dès que possible, nous introduisons de la matière organique au maximum. Le sol fonctionne comme un digesteur. Ces pratiques amènent à obtenir un sol en bonne santé qui donnera de la niaque aux cultures. Grâce à cette vigueur, les quelques adventices présentes n’auront pas d’incidence sur la production."

Passage d’un déchaumeur à pattes d’oie larges

"À titre d’exemple, entre un blé et un maïs, on laisse la paille broyée sur le champ une fois le blé moissonné, un apport d’azote organique est réalisé à ce moment pour rééquilibrer le ratio C/N et l’on fait un passage d’outil à disque pour ramener un peu de terre sur la paille, qui est très riche en matière organique. La paille est plaquée au sol et on n’y touche pas pendant une quinzaine de jours, le temps de laisser les micro-organismes commencer à décomposer les résidus de culture. Nous passons un déchaumeur à pattes d’oie larges qui scalpe la terre sur quelques centimètres. Le semis du couvert est réalisé en même temps, sur sol frais. La destruction du couvert intervient en hiver, au rouleau faca pour plaquer tout au sol et améliorer la décomposition. Puis un déchaumage à disque en mars-avril permet de mélanger les résidus de culture avec un peu de terre. Un scalpage deux à trois semaines après coupe tout à 4 centimètres de profondeur. Un coup de rotative prépare le semis en nivelant la parcelle et en créant un faux lit de semences. Le semis de maïs suit rapidement avec quelques interventions de désherbage mécanique. Les adventices, y compris les vivaces, sont bien contrôlées jusqu’au stade où la culture prend le dessus. On ne peut pas substituer le glyphosate avec une autre technique mais avec tout un ensemble de pratiques. »

EN CHIFFRES
En vallée du Rhin à Mussig
30 ha en bio irrigués
Sur 4 ans, rotation soja - blé - couvert - maïs - céréale secondaire (avoine de printemps, épeautre…) - couvert – soja
Zéro labour depuis 2004 et passage en bio après 2010
45-60 q/ha de rendement en blé après soja (35-50 q/ha)
85-20 q/ha de rendement en maïs
www.sol-vivant.fr

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures