Aller au contenu principal

Des semences certifiées en recul en blé

« La part des semences certifiées en blé tendre a diminué pour la troisième année consécutive. Elle se situe entre 45 et 47 %", estime Thierry Momont, président de la Section céréales à paille et protéagineux du Gnis (Groupement national interprofessionnel des semences et plants). Pour les semenciers (autogames), le contexte est pesant. "2016 a été une année catastrophique, déplore-t-il sans donner de chiffres précis. Les ventes de semences ont reculé de façon beaucoup plus forte que les baisses de taux d’utilisation de semences certifiées ne le laissent paraître, à cause aussi d’une baisse du PMG. En outre, nous avons eu d’importantes difficultés pour obtenir de bonnes qualités sur la production de semences, et cela a pesé sur nos coûts. »

Des variétés publiques en Chine et en Inde

Lors de la Rencontre filière Semences céréales et protéagineux organisée par le Gnis le 4 avril, Christophe Dequidt a tiré de son tour du monde des moissons effectué en 2014-2015, une analyse des utilisations de semences de blé. « Le système le plus répandu du monde est celui des variétés publiques avec des semences mises à disposition quasi gratuitement, comme en Inde et en Chine, les deux premiers pays producteurs de blé, signale le consultant. En Amérique, la recherche de royalties sur les semences certifiées est compliquée et possible seulement sur des blés avec brevet. En Australie, on passe progressivement d’une recherche publique à des obtenteurs privés mais le taux de semences certifiées n’est que de 10 %. » Finalement, c’est en Europe de l’Ouest que l’on enregistre les taux les plus élevés, ceux du Royaume-Uni et de l’Allemagne se situant entre 40 et 60 %. Comme en France.

EN BREF

Vers une réutilisation des eaux usées traitées, dites REUT ? C’est ce qu’espère l’association Irrigants de France, suite à « la détermination de la Commission européenne à développer cette REUT et à proposer une réglementation incitative et harmonisée au niveau européen. » Celle-ci aurait été annoncée lors de la journée mondiale de l’eau le 22 mars dernier. Aujourd’hui, une réglementation nationale contraignante bloque la REUT pour l’irrigation, suite à une révision en 2014. Pour Éric Frétillère, président d’Irrigants de France, « la REUT s’inscrit dans l’économie circulaire et peut contribuer à la durabilité de nombreuses exploitations qui repose sur l’irrigation. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures