Aller au contenu principal

Des semences certifiées en recul en blé

« La part des semences certifiées en blé tendre a diminué pour la troisième année consécutive. Elle se situe entre 45 et 47 %", estime Thierry Momont, président de la Section céréales à paille et protéagineux du Gnis (Groupement national interprofessionnel des semences et plants). Pour les semenciers (autogames), le contexte est pesant. "2016 a été une année catastrophique, déplore-t-il sans donner de chiffres précis. Les ventes de semences ont reculé de façon beaucoup plus forte que les baisses de taux d’utilisation de semences certifiées ne le laissent paraître, à cause aussi d’une baisse du PMG. En outre, nous avons eu d’importantes difficultés pour obtenir de bonnes qualités sur la production de semences, et cela a pesé sur nos coûts. »

Des variétés publiques en Chine et en Inde

Lors de la Rencontre filière Semences céréales et protéagineux organisée par le Gnis le 4 avril, Christophe Dequidt a tiré de son tour du monde des moissons effectué en 2014-2015, une analyse des utilisations de semences de blé. « Le système le plus répandu du monde est celui des variétés publiques avec des semences mises à disposition quasi gratuitement, comme en Inde et en Chine, les deux premiers pays producteurs de blé, signale le consultant. En Amérique, la recherche de royalties sur les semences certifiées est compliquée et possible seulement sur des blés avec brevet. En Australie, on passe progressivement d’une recherche publique à des obtenteurs privés mais le taux de semences certifiées n’est que de 10 %. » Finalement, c’est en Europe de l’Ouest que l’on enregistre les taux les plus élevés, ceux du Royaume-Uni et de l’Allemagne se situant entre 40 et 60 %. Comme en France.

EN BREF

Vers une réutilisation des eaux usées traitées, dites REUT ? C’est ce qu’espère l’association Irrigants de France, suite à « la détermination de la Commission européenne à développer cette REUT et à proposer une réglementation incitative et harmonisée au niveau européen. » Celle-ci aurait été annoncée lors de la journée mondiale de l’eau le 22 mars dernier. Aujourd’hui, une réglementation nationale contraignante bloque la REUT pour l’irrigation, suite à une révision en 2014. Pour Éric Frétillère, président d’Irrigants de France, « la REUT s’inscrit dans l’économie circulaire et peut contribuer à la durabilité de nombreuses exploitations qui repose sur l’irrigation. »

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Traiter ou ne pas traiter ? Le conseil de préconisation phyto ne peut désormais plus être apporté par les coopératives et négoces qui ont décidé de garder l'activité de vente de produits. © S. Leitenberger
Produits phytosanitaires : ce qui change pour vous avec la séparation vente-conseil
L’entrée en vigueur, depuis le 1er janvier 2021, de la séparation entre la vente et le conseil concernant les produits…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures