Aller au contenu principal

Des semences certifiées en recul en blé

« La part des semences certifiées en blé tendre a diminué pour la troisième année consécutive. Elle se situe entre 45 et 47 %", estime Thierry Momont, président de la Section céréales à paille et protéagineux du Gnis (Groupement national interprofessionnel des semences et plants). Pour les semenciers (autogames), le contexte est pesant. "2016 a été une année catastrophique, déplore-t-il sans donner de chiffres précis. Les ventes de semences ont reculé de façon beaucoup plus forte que les baisses de taux d’utilisation de semences certifiées ne le laissent paraître, à cause aussi d’une baisse du PMG. En outre, nous avons eu d’importantes difficultés pour obtenir de bonnes qualités sur la production de semences, et cela a pesé sur nos coûts. »

Des variétés publiques en Chine et en Inde

Lors de la Rencontre filière Semences céréales et protéagineux organisée par le Gnis le 4 avril, Christophe Dequidt a tiré de son tour du monde des moissons effectué en 2014-2015, une analyse des utilisations de semences de blé. « Le système le plus répandu du monde est celui des variétés publiques avec des semences mises à disposition quasi gratuitement, comme en Inde et en Chine, les deux premiers pays producteurs de blé, signale le consultant. En Amérique, la recherche de royalties sur les semences certifiées est compliquée et possible seulement sur des blés avec brevet. En Australie, on passe progressivement d’une recherche publique à des obtenteurs privés mais le taux de semences certifiées n’est que de 10 %. » Finalement, c’est en Europe de l’Ouest que l’on enregistre les taux les plus élevés, ceux du Royaume-Uni et de l’Allemagne se situant entre 40 et 60 %. Comme en France.

EN BREF

Vers une réutilisation des eaux usées traitées, dites REUT ? C’est ce qu’espère l’association Irrigants de France, suite à « la détermination de la Commission européenne à développer cette REUT et à proposer une réglementation incitative et harmonisée au niveau européen. » Celle-ci aurait été annoncée lors de la journée mondiale de l’eau le 22 mars dernier. Aujourd’hui, une réglementation nationale contraignante bloque la REUT pour l’irrigation, suite à une révision en 2014. Pour Éric Frétillère, président d’Irrigants de France, « la REUT s’inscrit dans l’économie circulaire et peut contribuer à la durabilité de nombreuses exploitations qui repose sur l’irrigation. »

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
En créant un groupement d'employeurs, Mickaël et Vanessa Dupeyron, ainsi que Raphaël Descat, ont pu proposer des CDI à leurs salariés.
Gagner plus en travaillant moins : le collectif gagnant de trois agriculteurs
Trois agriculteurs unissent leurs moyens et leur énergie pour développer leur activité. Le groupement d’employeurs qu’ils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures