Aller au contenu principal

Des résultats moroses pour les céréaliers

Climat, qualité, prix… Rien de bon en perspective pour les résultats économiques des céréaliers. Analyse des économistes de Cerfrance Sud-Champagne.

Après un automne 2013 très humide engendrant des conditions de semis difficiles, une sécheresse printanière et un début d’été 2014 lui aussi très humide, la campagne climatique n’a vraiment pas été l’alliée des agriculteurs. Le blé et l’escourgeon n’ont pas toujours pu être semés, entraînant un report de l’assolement sur les cultures de printemps. Heureusement l’absence de gelée a permis au blé de passer l’hiver facilement. Malgré ces conditions déplorables, les rendements sont globalement bons, supérieurs aux moyennes pluriannuelles. En colza, la production européenne atteint 23,7 millions de tonnes (Mt) contre 21,2 Mt l’année dernière. Concernant le maïs, on s’attend à de bons rendements (90 à 110 q/ha) et à une récolte mondiale historiquement élevée, mais les prix sont très bas ; en pommes de terre comme en betteraves sucrières, on s’attend également à une récolte record… En 2014, la planète recharge ses stocks agricoles. En revanche, c’est la qualité qui a trinqué : seuls 46 % des lots de blé ont un temps de chute de Hagberg supérieur à 220 secondes. Indépendamment de cet aspect qualité, les prix ont chuté de manière quasi continue depuis le début de la campagne pour les qualités standard. « Si on retire les réfactions qui vont inévitablement s’appliquer, le prix du blé 2014 net vendeur est estimé à 120 euros la tonne », indique Nicolas Girault, conseiller de gestion au Cerfrance Sud-Champagne.

Des résultats attendus pires qu’en 2009


Pour rappel, la dernière mauvaise année était 2009, avec un prix payé moyen de 105 euros la tonne. Mais à cause de l’augmentation conséquente des charges, on devrait arriver à un résultat 2014 inférieur à celui connu en 2009. Cette augmentation des charges est évaluée à plus de 500 euros par hectare (€/ha) entre 2007 et 2014. Sur cette période, les coûts d’approvisionnement ont augmenté de plus de 200 €/ha, ceux de mécanisation de plus de 50 % et les charges sociales ont plus que doublé. Les écarts de résultat en exploitation céréalière entre 2013 et 2014 (prévisionnel) sont compris entre 100 et 200 €/ha. Le prix des huiles est en chute, ce qui n’augure rien de bon non plus pour les cours des oléagineux. On estime le prix du colza à 290 euros la tonne contre environ 475 en 2012. Les prix de vente prévisionnels récolte 2014 de blé comme de colza sont proches de ceux connus en 2006. L’affaiblissement de l’euro est la seule chose qui puisse favoriser l’export.

En conséquence, pour s’en sortir au mieux, il est conseillé de chiffrer au plus tôt ses besoins de trésorerie jusqu’à la moisson 2015, d’envisager la réintégration des DPA et/ou DPI. L’étude d’un changement d’assiette MSA pour passer en assiette annuelle peut être réalisée. Attention, il faut absolument prendre en compte toutes les conséquences à court et à moyen termes de cette opération, et elles sont nombreuses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures