Aller au contenu principal

Des résultats moroses pour les céréaliers

Climat, qualité, prix… Rien de bon en perspective pour les résultats économiques des céréaliers. Analyse des économistes de Cerfrance Sud-Champagne.

Après un automne 2013 très humide engendrant des conditions de semis difficiles, une sécheresse printanière et un début d’été 2014 lui aussi très humide, la campagne climatique n’a vraiment pas été l’alliée des agriculteurs. Le blé et l’escourgeon n’ont pas toujours pu être semés, entraînant un report de l’assolement sur les cultures de printemps. Heureusement l’absence de gelée a permis au blé de passer l’hiver facilement. Malgré ces conditions déplorables, les rendements sont globalement bons, supérieurs aux moyennes pluriannuelles. En colza, la production européenne atteint 23,7 millions de tonnes (Mt) contre 21,2 Mt l’année dernière. Concernant le maïs, on s’attend à de bons rendements (90 à 110 q/ha) et à une récolte mondiale historiquement élevée, mais les prix sont très bas ; en pommes de terre comme en betteraves sucrières, on s’attend également à une récolte record… En 2014, la planète recharge ses stocks agricoles. En revanche, c’est la qualité qui a trinqué : seuls 46 % des lots de blé ont un temps de chute de Hagberg supérieur à 220 secondes. Indépendamment de cet aspect qualité, les prix ont chuté de manière quasi continue depuis le début de la campagne pour les qualités standard. « Si on retire les réfactions qui vont inévitablement s’appliquer, le prix du blé 2014 net vendeur est estimé à 120 euros la tonne », indique Nicolas Girault, conseiller de gestion au Cerfrance Sud-Champagne.

Des résultats attendus pires qu’en 2009


Pour rappel, la dernière mauvaise année était 2009, avec un prix payé moyen de 105 euros la tonne. Mais à cause de l’augmentation conséquente des charges, on devrait arriver à un résultat 2014 inférieur à celui connu en 2009. Cette augmentation des charges est évaluée à plus de 500 euros par hectare (€/ha) entre 2007 et 2014. Sur cette période, les coûts d’approvisionnement ont augmenté de plus de 200 €/ha, ceux de mécanisation de plus de 50 % et les charges sociales ont plus que doublé. Les écarts de résultat en exploitation céréalière entre 2013 et 2014 (prévisionnel) sont compris entre 100 et 200 €/ha. Le prix des huiles est en chute, ce qui n’augure rien de bon non plus pour les cours des oléagineux. On estime le prix du colza à 290 euros la tonne contre environ 475 en 2012. Les prix de vente prévisionnels récolte 2014 de blé comme de colza sont proches de ceux connus en 2006. L’affaiblissement de l’euro est la seule chose qui puisse favoriser l’export.

En conséquence, pour s’en sortir au mieux, il est conseillé de chiffrer au plus tôt ses besoins de trésorerie jusqu’à la moisson 2015, d’envisager la réintégration des DPA et/ou DPI. L’étude d’un changement d’assiette MSA pour passer en assiette annuelle peut être réalisée. Attention, il faut absolument prendre en compte toutes les conséquences à court et à moyen termes de cette opération, et elles sont nombreuses.

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Avec ce coup de chaud, les parcelles superficielles risquent de décrocher. Les parcelles profondes ou irriguées peuvent passer le cap sans trop de dégâts.
Coup de chaud sur les blés : faut-il craindre une chute de rendement ?
Les jours à venir s’annoncent très chauds. Par endroits, la pluviométrie de mai est déjà consommée par les plantes et le risque…
discussion trilogue
PAC : les négociations entre eurodéputés et ministres achoppent sur les mesures environnementales
Au bout de trois jours de trilogue, les négociations entre la Commission européenne, le Parlement européen et les ministres se…
Michel et Nicolas Dostes, agriculteurs à Astaffort (47)  -   "Avec des colzas développés suffisamment tôt grâce au semis direct et précoce, aucun insecticide n'a été employé l'automne dernier." © Gaec Dostes
Colza : « Ma stratégie permet d’économiser 50 à 70 euros/hectare d’insecticides »
A Astaffort dans le Lot-et-Garonne, Nicolas Dostes est passé au semis direct et à une implantation précoce du colza. La pression…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures