Aller au contenu principal

Des requêtes contre les certificats d’économie de phytos

Envisagés dans le cadre d’Écophyto 2, les certificats d’économie de produits phytos font l’objet d’une procédure au Conseil d’État, portée par les syndicats de producteurs et la distribution.

La profession fait front contre les CEPP (Certificats d’économies de produits phytos). Créés dans le cadre du plan Écophyto 2, ces certificats doivent être délivrés aux distributeurs selon leur capacité à limiter l’utilisation des phytos par les agriculteurs. D’après une ordonnance publiée le 8 octobre au Journal officiel, ils seraient expérimentés « grandeur nature » à partir du 1er juillet 2016. Le test durerait six ans et demi avec à la clé une pénalité forfaitaire pour les distributeurs n’ayant pas réussi à atteindre l’objectif qui leur aura été assigné. Le texte du 8 octobre ne donne pas de chiffres hormis celui du montant maximum de l’amende : cinq millions d’euros pour une même personne physique ou morale. Tout de même.

Les associations de producteurs légitimées par le Conseil d’État

Fortement opposées au projet, Coop de France et la FNA (Fédération du négoce agricole) ont contesté conjointement le texte auprès du Conseil d’État, arguant que l’ordonnance porte « une atteinte grave et immédiate à l’équilibre économique des entreprises de distribution agricole ». Entre autres griefs : les risques de distorsions de concurrence avec les autres pays européens, l’insécurité juridique générée… Les associations de producteurs (FNSEA, AGPM pour le maïs, AGPB pour le blé et FOP pour les oléoprotéagineux) les ont rapidement rejointes. Le Conseil d’État a rendu une première réponse le 16 décembre. S’il ne s’agit pas pour lui d’une urgence, les éventuelles pénalités ne pouvant être réclamées avant 2022, il admet que les associations de producteurs ont leur mot à dire sur le sujet. C’est une petite victoire pour ces dernières, les CEPP touchant de façon indirecte les exploitants (pertes de rendements potentielles, hausse des charges…).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures